jeudi 27 août 2015

THORGAL – LA COURONNE D'OGOTAÏ


THORGAL – LA COURONNE D'OGOTAÏ

A l'intérieur de sa forteresse, Thorgal alias Shaïgan-sans-merci, contemple la mer de sa fenêtre. Kriss de Valnor, sa compagne, le sollicite pour qu'il engage ses hommes dans une nouvelle expédition. En effet, ceux-ci s'ennuient et n'attendent qu'une occasion pour repartir. Ses capitaines sont d'ailleurs rassemblés dans la grande salle et attendent sa venue. Un des capitaines lui propose de voguer vers le sud, à dix jours de bateau de là, afin de passer l'hiver à piller. Thorgal n'a encore rien décidé. C'est ce qui agace un de ses capitaines, qui le provoque en duel. Il affronte donc à l'épée Varrak et parvient parfaitement à le neutraliser. Cependant, il ne voit pas arriver l'un des capitaines, qui le frappe d'un coup de poignard dans le dos. Thorgal s'effondre, mort. Kriss de Valnor s'enfuit pour éviter les capitaines. Elle se trouve coincée près d'une fenêtre et se donne la mort à l'aide de son poignard...


Thorgal – La couronne d'Ogotaï
Scénario : Jean Van Hamme
Dessins : Grzegorz Rosinski
Couleurs : Grzegorz Rosinski
Couverture : Grzegorz Rosinski
Editeur : Le Lombard
Genre : Heroic Fantasy, Fantastique, Science-Fiction
Pays d’origine : Belgique
Langue d’origine : français
Parution : 18 novembre 1995
Nombre de pages : 48

Mon avis : Après un vingtième tome, La marque des bannis, fortement centré sur le sort de Jolan et d’Aaricia, ce nouvel album de la saga démarre de façon plus que surprenante puisque notre héros, Thorgal, alias, Shaïgan-sans-merci (depuis qu’il a perdu la mémoire et se trouve sous la coupe de Kriss de Valnor, l’événement a eu lieu ici), est assassiné par ses propres hommes tandis que Kriss, acculé, se donne la mort ! Hein, quoi, comment, le héros de la série et l’un des protagonistes les plus importants qui passent l’arme à gauche aussi subitement !? Jean Van Hamme aurait-il perdu l’esprit ? En fait, si Thorgal et Kriss sont bel et bien morts, les choses vont être un peu plus compliquées que cela… En effet, dans La couronne d’Ogotaï, énième album qui renvoi au cultissime Cycle de Qâ, il va être question de voyages dans le temps et, comme son nom l’indique, de cette fameuse couronne venue de l’espace et perdue depuis Entre terre et lumière. Aux premières loges, Jolan, qui au fil des tomes, prend une place de plus en plus importante, et qui, avec l’aide d’un voyageur du temps venu d’un lointain futur, va essayer de tout faire pour modifier le passé. Ici, vous l’avez deviné, l’élément Fantasy est aux abonnés absents et l’on se trouve dans la SF pure et dure, la chose pourra déstabiliser plus d’un lecteur, cependant, et je pense en disant cela que les fans de la saga ne me contrediront pas, Thorgal, cela a toujours été habille mélange de fantastique, de Fantasy et de SF, ne serais-ce, finalement, que pour ses origines, son peuple venant des étoiles. Reste la problématique du voyage dans le temps, parfois casse-gueule : si la chose passait plus ou moins bien dans Le maître des montagnes, ici, c’est d’un tout autre niveau et ces nombreux allers retours dans le passé et le futur sont maitrisés de main de maitre par un Jean Van Hamme diabolique scénaristiquement parlant… Ajoutons a cela, mais est-il nécessaire de le rappeler, les dessins toujours au top de Grzegorz Rosinski et vous comprendrez aisément mon enthousiasme (une fois de plus) a la lecture de cet album ; déstabilisant, certes, original, c’est clair, mais franchement excellent !


Points Positifs :
- Il n’est jamais facile de traiter du voyage dans le temps dans une œuvre, et, bien souvent, il arrive de se planter complètement, ici, fort heureusement, ce n’est pas le cas et malgré tous ces allers retours spatiaux temporaux, le scénario fonctionne parfaitement et l’on est vite captiver par cette quête quasi désespérée de Jolan afin de sauver ses parents.
- L’élément SF est bien entendu omniprésent, on a droit a un type venu d’un lointain futur (30000 ans) et qui voyage dans le temps afin de préservé la stabilité de celui-ci, mais, même si la chose peut déstabiliser certains lecteurs, tout cela est parfaitement normal au vu de ce que l’on a déjà connu dans la saga ; après tout, Thorgal, c’est de la Fantasy et de la SF.
- Le Jolan de maintenant, celui adulte, des personnages meurent puis sont sauvés avant que leur décès ne survient, le temps est modifié encore et encore… mais si l’on aime le genre, si l’on est familier des paradoxes temporels et autres conséquences des voyages dans le temps, c’est un pur régal !
- La scène d’ouverture où Thorgal et Kriss perdent la vie est surprenante mais n’en reste pas moins excellente…
- Une fois de plus, les dessins de Grzegorz Rosinski sur lesquels il n’y a pas grand-chose à dire, si ce n’est qu’ils sont superbes.

Points Négatifs :
- Il faut reconnaitre que tous ces allers retours dans le temps peuvent en déstabiliser plus d’un, surtout qu’il est facile de s’y perdre si l’on n’est pas attentif.
- Les lecteurs qui n’apprécient pas le coté SF de la série risquent de tiquer fortement et de ne pas aimer cet album.
- La guérison d’Aaricia me semble un peu trop facile, scénaristiquement parlant – ne pouvait-elle pas garder ses marques après tout !?

Ma note : 8/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...