samedi 29 août 2015

THORGAL – LA CAGE


THORGAL – LA CAGE

Après son épreuve au pays des géants, Thorgal trouve refuge momentanément dans la forteresse de Brek Zarith afin de reprendre des forces. Il songe profondément aux erreurs qu'il a commises et décide de retourner vivre sur son île auprès de sa femme et de ses enfants. Il embarque à bord d'une barque avec de l'eau et des provisions pour dix jours, ainsi qu'une somme d'argent que lui donne son ami Galathorn. Au même moment, Aaricia et Jolan partent eux aussi à bord de leur barque, afin de rendre visite à Sardaz l'écorché. En mer, la barque de Thorgal croise celle d'Aaricia sans pour autant qu'ils parviennent à se voir. Le lendemain, un bateau rattrape la barque de Thorgal et l'aborde. Il s'agit des hommes de la princesse Syrane. Ils sont là pour saccager sa barque et faire croire à son naufrage. Heureusement, Thorgal réagit et parvient à se défaire de ses brigands. Aaricia et Jolan, quand à eux, arrivent à destination et retrouvent Sardaz dans son repère pour lui faire une proposition...


Thorgal – La cage
Scénario : Jean Van Hamme
Dessins : Grzegorz Rosinski
Couleurs : Grzegorz Rosinski
Couverture : Grzegorz Rosinski
Editeur : Le Lombard
Genre : Heroic Fantasy, Fantastique, Science-Fiction
Pays d’origine : Belgique
Langue d’origine : français
Parution : 08 novembre 1997
Nombre de pages : 48

Mon avis : Après avoir enfin retrouver la mémoire dans le vingt-deuxième tome de la saga, Géants – notre héros l’avait perdu dans La forteresse invisible et était devenu, sous la coupe de la charismatique Kriss de Valnor, un pirate redouté, Shaïgan-sans-merci – Thorgal décide enfin, après un court passage chez son vieil ami, le prince Galathorn, de retrouver les siens. Bien évidement, vu que cela fait quelques années qu’il a abandonné sa famille (excusez moi mais c’est bel et bien le terme qui convient) et, surtout, que suite a son départ, celle-ci a souffert mille maux – bannissement, marquage au fer rouge pour Aaricia capturée ensuite par Kriss et obligée de la servir pendant plusieurs années alors que sa rivale copulait allègrement avec Thorgal, amnésique, sous ses yeux – on se doute bien que notre enfant des étoiles risque d’avoir droit a un accueil pour le moins froid ; après tout, Aaricia a de bonnes raisons de lui en vouloir quand a Louve, celle-ci n’a jamais vu son père… Et comme accueil froid, alors que Thorgal rentrait, naïvement, comme une fleur, on peut dire que celui-ci est plutôt pas mal : enfermé dans une cage, subissant les récriminations d’une épouse amoureuse mais terriblement blessée dans son orgueil (on la comprend), Thorgal, ne sachant que faire, devra attendre qu’une bande de pirates viennent s’en prendre aux siens pour, enfin, retrouver la place qui était la sienne : celle du mari, du père mais aussi et surtout, du héros. Alors bien sur, ce coté qui flirte bien avec les premiers albums de la série où Thorgal apparaissait toujours en sauveur de la situation est un peu facile, de même, la scène de la réconciliation est un peu gnangnan, cependant, ne vous y trompez pas, en dehors de ces quelques petites imperfections, La cage est un bon, que dis-je, un très bon album de Thorgal : scénaristiquement, on frôle la perfection quand a la réaction très dure mais parfaitement compréhensible d’Aaricia. Ensuite, il y a ses paroles, dures elles aussi mais on ne peut plus justes, mais le meilleur, je l’ai laissé pour la fin, cette cage où Thorgal est enfermé et qui a donner le titre a cet album, n’est-elle pas, finalement, une fort belle métaphore du choix d’un héros qui, après s’être encanailler quelques temps avec Kriss de Valnor et avoir gouter a la liberté, décide, finalement, de retrouver sa famille, ses obligations et ses devoirs ? Bref, de se mettre lui-même en cage ?!


Points Positifs :
- Comme je l’ai dit plus haut, plus qu’une cage physique (bien que celle-ci existe), la cage est plus métaphorique qu’autre chose : Thorgal à gouter a la liberté et a Kriss de Valnor qui la symbolisait parfaitement, mais, désormais, il doit retrouver les siens, reprendre ses obligations familiales, retrouver le train-train quotidien, bref, retourner bien tranquillement a sa cage…
- Depuis quelques albums – grosso modo, depuis Louve – Aaricia a vachement gagné en consistance et en intérêt en tant que personnage – ah, il est loin le coté fadasse des débuts – mais dans ce tome, jamais l’épouse de Thorgal n’a été aussi forte, implacable et sure d’elle-même. Certes, elle aime toujours son mari, mais elle va le faire baver avant de lui pardonner ses innombrables fautes.
- Un bel exemple : le dessin qui illustre cette fin de billet où Aaricia apparait debout, comme la nouvelle chef de famille, les garçons d’un coté, les filles de l’autre, quant a Thorgal, il perd en importance et l’on ne voit que son crane, de dos.
- Le personnage de Louve et ses étranges pouvoirs de contrôle et de communication sur les animaux.
- D’ailleurs, la scène où l’un des pirates se fait hacher menu par des mouettes en est un bel exemple ; accessoirement, c’est un petit hommage à un certain film d’Alfred Hitchcock, Les Oiseaux.
- Bien sur, je le dis à chaque fois mais bon, si les dessins de Grzegorz Rosinski sont parfaits, il faut le signaler !

Points Négatifs :
- Un peu trop facile la façon dont Thorgal retrouve la confiance d’Aaricia avec l’attaque des pirates et notre héros qui vient sauver les meubles, comme au bon vieux temps…
- La scène de la réconciliation entre Thorgal et Aaricia est franchement gnangnan.
- Bigre, le chien est encore blessé et échappe une fois de plus a la mort ; décidément, il faut croire que celui-ci possède le pouvoir d’auto-guérison de Wolverine !
- Et encore une femme – ici la sœur du prince Galathorn – qui succombe au charme ravageur de Thorgal, le bourreau de ses dames…

Ma note : 8,5/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...