vendredi 30 octobre 2009

NEED FOR SPEED III: HOT PURSUIT


NEED FOR SPEED III: HOT PURSUIT

Need for Speed 3 : Hot Pursuit est un jeu de courses de voitures sur Playstation. Le soft offre un sentiment de vitesse grisant, de beaux graphismes, et de pur plaisir de conduite. Dans le mode Classique, il y a une douzaine de super-voitures ayant chacune des qualités différentes à montrer. Alors montez dans votre Ferrari ou autre Lamborghini et faites chauffer le moteur.

Celui-là, il fallait que je vous en parle un jour ou l’autre tant il occupe depuis longtemps une place particulière dans mon cœur. Tout commença il y a une dizaines d’années, un ami m’avait prêté, comme je ne partais pas en vacances et que je ne travaillais pas à ce moment là, pour le mois d’août, sa Playstation avec trois jeux : Gran Turismo, Fifa 97 et donc, ce Need For Speed III. A l’époque, je n’avais pour console qu’une vieille Megadrive que je ne touchais guère plus et une autre, vestige des années 80 dont je ne serais même pas capable de vous donner le nom. Mon ami de l’époque (car la vie étant ce qu’elle est, parfois, on perd les gens de vue : a ce point, j’attends toujours qu’il repasse avec une K7 vidéo pour que je lui enregistre je ne sais plus quoi ; Carlos, si tu me lis…) ne cessait de me venter Gran Turismo, la révolution de l’année 98, mais personnellement, vu le peu d’attrait que j’ai toujours eu pour les jeux de voitures, Fifa m’intéressa largement plus. Mais, curieusement, ce fut Need For Speed qui remporta les suffrages de ces quelques semaines, me faisant passer un superbe mois d’août et me convainquant, quelques mois plus tard, à me procurer une Playstation et à me plonger dans plusieurs années consacrées aux jeux vidéos.

Mais comment quelqu’un comme moi, allergique aux jeux de voitures, ait put être attirer parce qu’il faut bien appeler un jeu de course automobile ? En fait, pour des raisons qui font que Need For Speed est tout sauf un simple jeu de course, bien au contraire. Certes, a la base, il est bien question de, au volant de superbes voitures comme des Ferrari, des Lamborghini ou des Corvettes, batailler ferme contre des adversaires dirigées par la console, ou des amis, dans des circuits plus ou moins convenus. Mais justement, lorsque l’on parle de ceux-ci, comment ne pas s’extasier devant certains comme le parcours endiablé en montagne ou mon préféré, dans une espèce de Grand Canyon ? Tout simplement superbe, de part les décors (pour l’époque, une révolution) mais aussi par leur difficulté. Ah, que de souvenirs de parties endiablées a batailler ferme pour essayer de remporter des courses ou la moindre erreur dans le dernier virage pouvait être fatale. Un must, tout simplement. Mais ce qui a fait la légende de la série des Need For Speed, c’est bien entendu le mode poursuite, où cette fois ci, plutôt que de faire simplement une course, il faut échapper aux forces de l’ordre dans des poursuites endiablées et jouissives, un peu comme dans bon nombre de films ou séries américaines. Un véritable régal qui a sut séduire en son temps bon nombre de joueurs et que, sincèrement, je n’ai jamais retrouvé par ailleurs.

Voilà donc pourquoi, une dizaine d’années après sa sortie, Need For Speed III reste à mes yeux mon jeu de course préféré et l’un des tous meilleurs, tous genres confondus. Un jeu que j’ai eu le plaisir de réessayer hier soir, pendant quelques heures et qui, encore maintenant, me procure toujours autant de plaisir.

GO DIEGO ! AU SECOURS DU DINOSAURE


GO DIEGO ! AU SECOURS DU DINOSAURE

Rejoins Diego et ses amis sauveteurs d’animaux dans une nouvelle aventure extraordinaire : ils vont sauver des dinosaures ! ¡Al rescate! To the Rescue! Voyage dans le temps avec Diego et Bébé Jaguar pour aider Maia, la maiasaure, à retrouver sa famille dans une mission de sauvetage extraordinaire. Tu devras escalader des rochers, te suspendre à tes barreaux, résoudre des énigmes et même utiliser un bâton sauteur pour aider l’amie de Diego à rentrer chez elle au cours de ce voyage préhistorique.

Allez, le monde entier peut se moquer de moi mais je n’en ai cure. Oui, c’est bel et bien d’un jeu pour enfants que je vais vous parler aujourd’hui, et je n’en éprouve aucune honte. Bon, avant toute chose, je tenais tout de même à préciser que je n’ai pas pousser la folie jusqu’à jouer à ce jeu, ou du moins, pas entièrement, parce que je l’ai un peu essayer afin d’expliquer à mes enfants comment se débrouiller pour avancer dans la partie (et aussi, pour des petites aides dans les passages soit disant difficiles qui se sont avérés bien rares au final). Mais ensuite, et ce fut l’un des gros points positifs de ce jeu, j’ai put les laisser seuls, s’amusant avec un jeu ma fois assez agréable et plutôt bien réaliser vu le public concerné. En temps normal, je me méfie, a juste raison des licences : bien trop souvent, les jeux qui en sont tirés ne sont qu’une occasion pour les grosses compagnies de se faire encore plus d’argent en utilisant des personnages célèbres sur des softs mal réalisés et bancales ; après tout, a quoi bon se fatiguer puisque un titre célèbre se vendra forcement ? Cependant, tout en ayant conscience que ce Diego ai avant tout destiné à un public très jeune, le peu que j’ai put voir m’avait l’air plutôt pas mal, avec des graphismes certes pas exceptionnels mais fidèles au dessin animé et qui ont plut aux enfants, public visé, faut il le rappeler. Car c’est cela le plus important au final : un adulte aura du mal à être sincèrement objectif devant un tel jeu, ce qui est normal, mais quand je vois que mon fils de trois ans, s’en est très bien sorti alors qu’il est tout sauf un habitué des consoles, je ne peut que constater que ce sympathique Diego méritait que sur la jaquette figure la mention « a partir de trois ans ». Je connais bien trop de jeux qui s’en ventent et qui sont tout simplement injouables pour les petits. Et rien que pour cela, mais aussi pour les dinosaures, la facilité de prise en main et le plaisir qu’il procura à mes enfants, je tenais à saluer ce Go Diego ! Au secours du dinosaure.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...