jeudi 14 janvier 2016

SCARY MONSTERS (AND SUPER CREEPS)


SCARY MONSTERS (AND SUPER CREEPS)

David Bowie

1 - It's No Game (No. 1) (Bowie, Hisahi Miura) 4:20
2 - Up the Hill Backwards (Bowie) 3:15
3 - Scary Monsters (and Super Creeps) (Bowie) 5:12
4 - Ashes to Ashes (Bowie) 4:25
5 - Fashion (Bowie) 4:49
6 - Teenage Wildlife (Bowie) 6:56
7 - Scream Like a Baby (Bowie) 3:35
8 - Kingdom Come (Tom Verlaine) 3:45
9 - Because You're Young (Bowie) 4:54
10 - It's No Game (No. 2) (Bowie) 4:22


Scary Monsters (and Super Creeps)
Musicien : David Bowie
Parution : 12 septembre 1980
Enregistré : février 1980 – avril 1980
Durée : 45:08
Genre : Rock, New Wave, Post-Punk
Producteur : David Bowie, Tony Visconti
Label : RCA

Musiciens :
David Bowie : chant, claviers, chœurs
Dennis Davis : percussions
George Murray : basse
Carlos Alomar : guitares
Chuck Hammer : guitare synthésiseur (4, 6)
Robert Fripp : guitare (1, 2, 3, 5, 6, 8)
Roy Bittan : piano (2, 4, 6)
Andy Clark : synthétiseur (4, 5, 7, 9)
Pete Townshend : guitare (9)
Tony Visconti : guitare acoustique (2, 3), chœurs
Lynn Maitland, Chris Porter : chœurs
Michi Hirota : voix (1)

Mon avis : Après avoir rendu un premier hommage a David Bowie, décédé dimanche 10 janvier dernier, avec ce superbe film qu’est Furyo, je reviens sur la carrière de ce magnifique artiste britannique (car, selon moi, c’est amplement mérité) avec un album dont je n’avais pas encore publié la critique sur Le Journal de Feanor : Scary Monsters (and Super Creeps) – oui, il me restait encore quelques opus de Bowie sous le coude ce qui fait que celui-ci risque fort d’être pas mal présent dans les temps a venir sur ce blog. Bon, pour la petite histoire, depuis la toute première fois que j’ai écouté Scary Monsters (and Super Creeps), et, mine de rien, ça fait un bail, j’ai toujours eu un sentiment pour le moins ambivalent a son égard : certes, c’est un fort bon Bowie, accessoirement, le meilleur avant fort longtemps, cependant, pour une question de gouts personnels, passer après la trilogie dite berlinoise, c’est-à-dire, Low, « Heroes » et Lodger (et encore, je ne parle pas des albums précédents) n’a jamais vraiment aider cet album. Pourtant, avec du recul, la chose est plutôt injuste car, indéniablement, Scary Monsters (and Super Creeps) est un excellent album. Marquant indubitablement la fin d’une époque (Bowie en profite pour en finir avec ses anciens avatars dont, principalement, le Major Tom) et avant quelques belles casseroles à venir (hélas), cet opus marque les esprits pour l’excellence de ses titres, la cohésion de l’ensemble ainsi que cette énième transformation musicale où se mélangent allégrement moult genres. Plus accessible que ses prédécesseurs réalisés avec Brian Eno, Scary Monsters (and Super Creeps) est, en quelque sorte, l’album de la maturité de Bowie. Avec des titres aussi bons que It's No Game (No. 1), Fashion (une belle attaque en règle de la société de consommation et des effets de mode) et, bien entendu, Ashes to Ashes qui est sans nul doute l’une des meilleures chansons de Bowie (le clip, lui, est indéniablement le meilleur), pour ne citer que quelques chansons parmi les plus marquantes, cet album prouva, lors de sa sortie, l’excellence musicale du sieur David Robert Jones sur le paysage musical mondial au début des années 80… dommage qu’il ait fallut patienter quinze longues années pour retrouver, avec Outside, un opus digne de ce nom…


Points Positifs :
- Sincèrement, même si Ashes to Ashes n’est pas la seule bonne chanson de cet album, rien que pour celle-ci, Scary Monsters (and Super Creeps) mérite le détour. Mais quel chef d’œuvre !
- It's No Game (No. 1), Fashion, Scary Monsters, Teenage Wildlife… nombreux sont les titres qui se démarquent dans cet album.
- Une cohésion musicale et un mélange des genres savamment dosé qui rendent cet album bien plus accessible que ses prédécesseurs tout en maintenant un degré d’excellence plutôt élevé.
- La pochette bien sur, l’esthétique des clichés intérieurs ; Bowie, ce n’était pas que de la musique…

Points Négatifs :
- C’est mon opinion mais elle n’engage que moi : j’ai toujours trouvé que si l’album démarre fort bien et que des chansons excellentes s’enchainent, la seconde partie (l’ancienne face B des 33 tours), elle, m’apparait légèrement plus faiblarde.
- Tout est une affaire de gouts personnels mais personnellement, j’ai toujours eu une préférence pour des opus un peu plus fous dans leur genre comme ceux de la trilogie berlinoise bien sur, mais aussi Station to Station, Aladdin Sane, etc.  

Ma note : 8/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...