lundi 4 janvier 2016

SCIENCES ET AVENIR HS 123 – LES ANIMAUX EXTRAORDINAIRES


SCIENCES ET AVENIR HS 123 – LES ANIMAUX EXTRAORDINAIRES
Juillet/Août 2000

Sciences et Avenir HS 123 – Les animaux extraordinaires
Edito
Idées reçues
Entretien avec… : Pascal Tassy, paléontologue
Parcours raisonné 
Créatures imaginaires
- La Bête du Gévaudan
- Le Monstre du Loch-Ness
- Les Rhinogrades
- La Licorne
- Godzilla
- Le Kraken
- Le Mokele Mbêmbe
- L’Almasty
- Le Dahu
- L’Ornithorynque
- La Sirène
Les animaux factices
Les géants velus
Légendes actuelles
- Rumeurs zoomorphes
- Des mots pour le dire
- Bibliographie
- Internet
- Le point de vu de… : Jean-Michel Besnier, philosophe
- Concepts clés

Mon avis : L’occasion s’était présentée, il y a quelques jours, de me procurer un ancien (très ancien même puisque datant de l’été 2000) numéro de Sciences et Avenir HS, ce qui, ma foi, tombait plutôt bien puisque le dernier en date, dont je vous ai parlé pas plus tard qu’hier et qui était consacré a Dieu et la Science avait été une franche déception.  Mais si l’envie m’avait pris d’aller acheter d’occasion un numéro âgé de quinze ans et demi, c’est que le sujet de celui-ci avait de quoi me plaire fortement, et pas qu’un peu d’ailleurs : intitulé Les animaux extraordinaires, celui-ci s’intéressait donc aux animaux mythiques, tous genres confondus – ce qui signifie qu’ici, on trouve de tout et l’on passe allègrement de la Licorne (créature mythique) a l’Almasty (hominidé dont l’existence est plus que probable) a de pures inventions comme les Rhinogrades, ces derniers valant d’ailleurs le coup. Bref, un numéro qui m’intéressait pour deux raisons : premièrement, pour le coté mythique de bon nombre de créatures traitées, deuxièmement, pour le coté cryptozoologique des autres puisque certains animaux ne seraient pas aussi imaginaires que l’on pourrait le penser de primer abord. Alors bien sur, convaincu d’avance par le sujet, un tel numéro ne pouvait que me plaire, surtout que cela fait bien des années que j’ai une passion a la foie pour les mythes (tous genres confondus) mais aussi pour la Cryptozoologie. Et, ma foi, a la lecture de ce numéro de Sciences et Avenir HS, force est de constater que celui-ci vaut le coup : les créatures proposées sont nombreuses (même si toutes n’ont pas droit au même traitement, malheureusement), la distinction est bien faite entre les animaux mythiques et les autres, de plus, tout cela est fort instructif dans le sens où l’on nous explique bien les différences entre ces deux catégories mais aussi les origines de bon nombre de mythes, bon nombre de ceux-ci étant présents, sous diverses formes, en bien des points du globe. Alors du coup, tout cela aurait put être parfait si ce numéro n’accusait pas un peu son age, c’est-à-dire, une tradition qui était encore présente a l’époque au sein des revues scientifiques, c’est-à-dire, de se moquer allègrement des sciences dites parallèles et de tourner bon nombre d’énigmes, réelles au demeurant, en dérision. Ainsi, la Cryptozoologie y ait raillée, comme il fallait s’y attendre, et cela est plutôt dommage car dans l’ensemble, ce hors-série de Sciences et Avenir est franchement bon… mais bon, comme un ultime pied de nez a certains articles moqueurs, ici ou la, en lisant bien entre les lignes, on s’aperçoit bien que bon nombre de ces animaux extraordinaires qui ne devraient pas exister, au vu des recherches et des nombreux indices trouvés depuis des décennies, ne sont pas aussi imaginaires qu’on pourrait le penser…


Points Positifs :
- Ce numéro de Sciences et Avenir est une bonne compilation de tout un tas de créatures, qu’elles soient mythiques, tiennent de la Cryptozoologie voir, tout bonnement, de la Zoologie, pour les néophytes du sujet qui souhaiteraient en savoir davantage sur la chose ; accessoirement, pour l’avoir lu d’une traite, même si l’on est familier de ces créatures, on y trouve parfaitement son compte.
- Malgré un parti pris fortement négatif par moments, l’ensemble est traité avec un certain sérieux et, au final, on s’aperçoit que bon nombre de ces créatures ne sont pas si imaginaires que cela…
- L’article le plus étonnant, a mes yeux, fut celui consacré aux Rhinogrades : où comment une blague fort bien réalisée nous montre qu’en usant du plus parfait sérieux scientifique, on peut créer de toutes pièces une espèce animale improbable.
- Autre article fort instructif, celui sur l’Ornithorynque, sympathique animal a l’allure chimérique, bien réel, et qui, pendant des décennies, fut l’objet de bien des débats passionnés au sein de la communauté scientifique.
- J’ai bien rigoler en découvrant certaines créatures comme la Truite a fourrure, le Jackalope ou le Corlachien de Garenne.  

Points Négatifs :
- Un parti pris négatif trop marquer la plupart du temps, ce qui est dommage surtout que certains articles (Almasty et autres hommes sauvages pour ne citer que le plus flagrant) contredit entièrement la teneur d’ensemble du magazine, franchement hautain vis-à-vis de la Cryptozoologie – mais bon, pour ceux qui se souviennent de ce qu’était la presse scientifique autrefois, ce n’est pas vraiment une surprise et je reconnais moi-même que celle-ci s’est adoucie depuis quelques années, étant plus ouverte.
- Que l’on nous parle du Monstre du Loch Ness, du Kraken ou des hommes sauvages, c’est une chose, que l’on inclut dans le lot Godzilla ou que l’on nous parle des Pokémons ou du Marsupilami, c’est un peu se moquer du monde !

Ma note : 7,5/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...