mardi 26 janvier 2016

TONIGHT'S THE NIGHT


TONIGHT'S THE NIGHT

Neil Young

1 - Tonight's The Night (Neil Young) 4:39
2 - Speakin'Out (Neil Young) 4:56
3 - World On A String (Neil Young) 2:27
4 - Borrowed Tune (Neil Young) 3:36
5 - Come On Baby Let's Go Downtown (Danny Whitten/Neil Young) 3:35
6 - Mellow My Mind (Neil Young) 3:07
7 - Roll Another Number (For The Road) (Neil Young) 3:02
8 - Albuquerque (Neil Young) 4:02
9 - New Mama (Neil Young) 2:11
10 - Lookout Joe (Neil Young) 3:57
11 - Tired Eyes (Neil Young) 4:38
12 - Tonight's The Night - Part II (Neil Young) 4:52


Tonight's the Night
Musicien : Neil Young
Parution : 20 juin 1975
Enregistré : 1970 – 1973
Durée : 44:52
Genre : Folk Rock, Blues Rock
Producteur : Neil Young, David Briggs, Elliot Mazer et Tim Mulligan
Label : Reprise Records

Musiciens :
Neil Young : voix, piano, guitare, harmonica et harpe
Ralph Molina : batterie, voix (1 2 3 5 6 7 8 9 11 12)
Billy Talbot : basse (1 2 3 4 5 6 7 8 11 12)
Danny Whitten : guitare et voix (5)
Jack Nitzsche : piano, guitare slide (5 10)
Ben Keith : guitares, voix (1 2 3 6 7 8 10 11 12)
Kenny Buttrey : batterie (10)
Tim Drummond : basse (10)
Nils Lofgren : guitare, piano, voix (1 2 3 6 7 8 9 11 12)
George Whitsell : voix (9)

Mon avis : Si le grand Neil Young, probablement l’un des mes musiciens préférés, fut présent lors des premières années de ce blog, force est de constater que cela faisait belle lurette que celui-ci brillait par son absence dans Le Journal de Feanor puisque, il faut quasiment remonter a trois ans pour retrouver une critique de l’un de ses albums – c’était l’excellent Harvest, sans nul doute son opus le plus connu. Mais, possédant encore quelques albums en stock a critiquer sur ce blog, alors que je m’étais procurer, il y a peu de temps,  On the Beach, accessoirement, l’un des rares albums de la grande époque du canadien que je ne possédais pas encore (il faut dire que, pendant longtemps, il n’existait pas en CD, aussi incroyable que cela puisse paraitre), je me suis dit que replonger dans la discographie de Neil Young avant d’aborder une nouveauté n’était pas plus mal, et, pour cela, mon choix s’est porté sur Tonight's the Night, sans nul doute l’un de ses opus les plus intimistes et, accessoirement, l’un de mes préférés. Il faut dire, avant toute chose, que Tonight's the Night n’est pas un disque simple d’accès : d’une noirceur extrême, morbide a souhait, Neil Young y chante comme s’il allait s’écrouler a chaque instant. Il faut dire qu’a l’époque, le canadien n’allait pas fort : épuiser par les tournés et traumatiser par la mort de deux de ses compagnons, tout deux par overdose, son guitariste Danny Whitten et Bruce Berry, ancien roadie de CSN&Y, Young est au trente-deuxième dessous, moralement parlant, mais, musicalement, c’est toute autre chose puisque ces drames vont l’inspirer de fort belle manière, ce qui donnera, bien entendu, ce Tonight's the Night, véritable chef d’œuvre (encore un) folk/blues qui aura traumatiser des générations de dépressifs. Bien évidement, ici, il ne faut pas s’attendre a un Neil Young enjoué, a un Neil Young campagnard ou un Neil Young survolté, non, ici, le canadien va mal, il souffre et nous le fait savoir : la vie est injuste, la mort une salope qui frappe a tout instant mais il faut bien continuer, quitte a exprimer son dégout et sa tristesse… Mais bon, lorsque l’on voit le résultat final – qui, bien sur, déplu fortement a la maison de disques qui rechignera longtemps à sortir cet album – on ne peut pas s’empêcher de se dire que, parfois, les aléas de la vie peuvent accoucher de véritables merveilles !


Points Positifs :
- Tonight's the Night est incontestablement le disque le plus sombre de la longue carrière de Neil Young mais, accessoirement, c’est ce qui en fait sa force. Le canadien souffre de la perte de deux de ses vieux amis, il est épuisé tant physiquement que psychologiquement, et, plutôt que de sombrer définitivement, il nous pond un disque noir (dans tous les sens du terme) qui n’est certes pas facile d’accès mais qui n’en reste pas moins excellent.
- Malgré de belles ballades comme Albuquerque ou World On A String (particulièrement celle-ci), Tonight's the Night est surtout composé de titres lugubres, dépressifs, mais qui, accessoirement, prennent aux tripes lorsqu’on les écoute. La chanson éponyme, Borrowed Tune, Speakin'Out, ça ne rigole pas mais qu’est ce que c’est bon !
- On a l’impression que Neil Young va s’écrouler d’un moment a l’autre lors de chaque chanson, mais qu’est ce qu’il chante bien… avec les tripes pourrait-on dire.
- Come On Baby Let's Go Downtown, pour le duo avec Danny Whitten.

Points Négatifs :
- Il est évidant que Tonight's the Night n’est pas un disque simple d’accès et que nombreux seront ceux qui seront refroidis par sa noirceur.
- Tonight's the Night vaut surtout pour son ensemble, cohérant et qui touche l’âme de celui qui l’écoute (après tout, qui n’a jamais connu de très mauvais moments dans sa vie ?) et si la plupart des chansons qui composent cet album sont bonnes, il manque des grands titres, des incontournables.

Ma note : 8,5/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...