jeudi 21 janvier 2016

L'ATTAQUE DES TITANS – TOME 17


L'ATTAQUE DES TITANS – TOME 17

Dans un monde ravagé par des titans mangeurs d’homme depuis plus d’un siècle, les rares survivants de l’Humanité n’ont d’autre choix pour survivre que de se barricader dans une cité-forteresse. Le jeune Eren, témoin de la mort de sa mère dévorée par un titan, n’a qu’un rêve : entrer dans le corps d’élite chargé de découvrir l’origine des titans, et les annihiler jusqu’au dernier… Le pouvoir ancestral des Reiss leur permettait de régner sur l’Humanité, jusqu’à ce que Grisha, le père d’Eren, le leur arrache pour le confier à son fils. Fermement décidé à récupérer son bien, Rhodes ordonne à Historia de tuer Eren, mais celle-ci choisit de désobéir, par fidélité envers ses propres convictions. Fou furieux, Rhodes se métamorphose alors en un gigantesque Titan dévastateur !


L’attaque des Titans – Tome 17
Scénariste : Hajime Isayama
Dessinateur : Hajime Isayama
Genre : Shōnen
Type d'ouvrage : Action, Dark Fantasy, Dystopie, Horreur, Tragédie
Titre en vo : Shingeki no Kyojin
Parution en vo : 7 août 2015
Parution en vf : 6 janvier 2016
Langue d'origine : Japonais
Editeur : Pika Édition
Nombre de pages : 192

Mon avis : Après un dernier album riche en révélations mais qui péchait peut-être un peu par un certain manque d’action, 2017 débute fort pour L’attaque des Titans puisque, en toute franchise, ce dix-septième tome de la saga est, de mon point de vu, l’un des plus réussis depuis les débuts de celle-ci. D’abord, pour le tournant que prend l’intrigue dans ce volume : Eren et Historia sont sauvés, désormais, on connait quasiment tout au sujet du secret de la famille régnante, les Reiss, et la dernière survivante, Historia donc, est déclarée reine suite au coup d’état militaire qui a eu lieu dans le quinzième tome. L’auteur se permet même, vers la fin, de faire un saut dans le temps histoire de remettre un peu tout le monde de ses blessures mais aussi, mine de rien, de lancer de nouvelles pistes pour la suite : avec un nouveau matériel et de nouvelles recrues, le Bataillon d’exploration est désormais prêt pour reconquérir le Mur Maria. L’intrigue, du début a la fin, est captivante et, que ce soit par des passages plus calmes où prédominent les dialogues et des scènes d’actions toujours aussi spectaculaires – l’affrontement contre le monumental Titan qu’est devenu le père d’Historia – on se délecte a la lecture de ce dix-septième tome. Petite cerise sur le gâteau : on a enfin droit aux origines du charismatique Livaï ! Bien évidement, l’effet de surprise n’est pas total puisque l’on avait compris, en lisant entre les lignes, que ce dernier était lié à son ancien mentor, Kenny Ackermann – et, accessoirement, a Mikasa bien sur. Cependant, les révélations n’en sont pas moins passionnantes, le personnage de Kenny étant développé une dernière fois de façon fort intéressante, tandis que, bien sur, la scène d’adieux entre ce dernier et Livaï est plutôt touchante. Bref, vous l’avez compris, avec ce dix-septième tome de L’attaque des Titans, l’intrigue s’apprête à prendre une nouvelle direction, finit, pour le moment, les enjeux politiques et préparer vous a en rebouffer du Titan, car bon, comment dire, il ne faudrait pas les oublier ceux-là…


Points Positifs :
- Même si ce n’est pas vraiment une surprise, on a enfin droit aux révélations que l’on attendait depuis longtemps au sujet de Livaï et de ses liens avec les Ackermann. Ses origines, sa jeunesse, son lien familial avec Kenny. Accessoirement, on a droit à une belle scène d’adieux entre les deux hommes, celle-ci rendant le célèbre Caporal Chef un peu humain.
- Un tome important puisqu’il marque un tournant scénaristique dans la saga : désormais, l’humanité est dirigée par les militaires – Historia est reine, mais bon – de nombreuses découvertes scientifiques cachées sont découvertes et des plans sont faits pour reconquérir les territoires perdus sur les Titans et, accessoirement, en finir avec eux.
- On a put se plaindre, par moments, que l’auteur ne faisait pas de grandes révélations au sujet de son intrigue mais les choses ont bien changées depuis quelques temps, même si, de façon fort judicieuse, chaque réponse a une énigme en apporte de nouvelles.
- Le personnage d’Historia, bien sur, qui prend de plus en plus d’importance.
- Coté dessins, cela fait bien longtemps que Hajime Isayama a fait bien des progrès ; que de différences avec les débuts.
- Une couverture sobre mais plutôt réussie. 

Points Négatifs :
- La scène d’adieu entre Kenny et Livaï est certes l’un des moments marquants de ce tome, cependant, quel dommage tout de même que ce personnage n’ait pas eu une place plus importante dans l’intrigue au vu de son potentiel.
- Il y a des moments, il m’agace Eren a toujours se lamenter.

Ma note : 8,5/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...