jeudi 14 janvier 2016

22/11/63


22/11/63

2011. Jake Epping exerce la profession de professeur d'anglais à Lisbon Falls dans l'État du Maine. Al Templeton, qui tient un snack dont Epping est un client régulier, lui explique qu'il souffre d'un cancer du poumon, résultant de 50 ans de tabagisme. Dans la réserve de son snack, il lui révèle qu'il y a une sorte de portail temporel qui transporte quiconque la franchit en 1958, comme Jake le découvre lui-même lors d'un bref voyage. À son retour, Templeton lui explique que le but de son dernier voyage était d'empêcher l'assassinat de John F. Kennedy mais qu'il a dû renoncer quand il est devenu trop malade. Le souhait de Templeton est que Jake accomplisse cette mission à sa place car il est convaincu que l'histoire en serait changée pour le mieux. Il est possible que Kennedy n'aurait pas engagé son pays dans le « bourbier vietnamien » et que la crise morale et politique qui s'en est suivie dans les années 1970 n'aurait pas eu lieu. Il lui indique aussi trois règles immuables du voyage dans le temps : peu importe le temps qu'on reste dans le passé, il ne s'est déroulé que deux minutes quand on revient dans le présent ; le passé « résiste » aux changements de façon proportionnelle à l'importance de ceux-ci ; et chaque nouveau voyage annule tout ce qu'on a pu changer lors du précédent, à l'exception de quelques effets secondaires minimes.


22/11/63
Auteur : Stephen King
Type d'ouvrage : Fantastique, Uchronie
Première Parution : 8 novembre 2011
Edition Française : 1 octobre 2014
Titre en vo : 11/22/63
Pays d’origine : Etats-Unis
Langue d’origine : Anglais
Traduction : Nadine Gassie
Editeur : J’Ai Lu
Nombre de pages : 1056

Mon avis : Sans grande surprise, je débute cette année 2016 comme j’ai achevé la précédente, c’est-à-dire, pour ce qui est de mes lectures, par un roman de Stephen King, auteur qui, depuis quelques mois, est très présent sur ce blog suite a ma décision de relire bon nombre de ses œuvres que j’avais découvert étant plus jeune mais aussi en me lançant dans des ouvrages que je ne connaissais pas encore. Et, dans le cas présent, 22/11/63 est intéressant a plus d’un titre puisque, en dehors du fait que je n’avais jamais lu ce roman, c’est bien la première fois que j’ai l’occasion de me lancer dans une œuvre du maitre très récente, celle-ci datant, mine de rien, de 2011. Bien sur, doutant un peu de la valeur des ses œuvres les plus récentes, j’aurai put éprouver quelques craintes quand a ce 22/11/63, or, il n’en était rien : il faut dire que ce roman jouit, depuis sa sortie, de critiques fort élogieuses, pour la plupart, a son sujet, et, ma foi, après lecture de la chose, force est de constater que celles-ci sont on ne peut plus justifiées. En effet, dans cette histoire de voyage dans le temps où le héros, un simple quidam du nom de Jake Epping, professeur d’anglais de son état, part dans le passé afin d’empêcher l’assassinat de John Kennedy, là où l’on pourrait craindre un certain manque d’originalité et une intrigue pour le moins bateau, il en est, fort heureusement, tout autrement. Car Stephen King, égal a lui-même, ne se contente absolument pas de nous narrer cette missions (appelons là ainsi), aussi primordiale soit-elle, mais plutôt, et c’est là le coup de génie de l’auteur, de nous faire plonger, nous aussi, lecteurs, dans cette Amérique de la fin des années 50, début 60. Ainsi, puisque entre la date d’arrivée de Jake Epping dans le passé et celle de l’assassinat de Kennedy, il s’écoule facilement cinq bonnes années, cinq années où notre héros va bien devoir… vivre, tout simplement. Et c’est là, justement, que King réussit le coup de force de nous captiver en nous faisant suivre les traces de son personnage principal qui, dans cette Amérique tant de fois rêver mais, finalement, pas aussi idyllique que cela, va devoir trouver un travail, un logement, vivre et, surtout, trouver l’amour. Car oui, mille fois oui, 22/11/63, davantage qu’un simple roman fantastique, plus qu’une uchronie est avant toute chose une belle histoire d’amour, une histoire touchante qui nous fera poser bon nombre de questions sur ce que l’on aurait fait nous même : sauver Kennedy avant toute chose et modifier le passé (et donc le futur) ou alors, se contenter de vivre heureux. Bien sur, Jake Epping, homme hors de son temps mais qui se plait décidément si bien dans cette petite bourgade du Texas où il a trouvé le bonheur, n’oublie jamais sa mission : arrêter Lee Hervey Oswald, du moins, si ce dernier a agis seul, cela va de soit… Mais les choses, forcément, ne seront pas aussi simples et, comme on dit souvent : il suffit d’un battement d’aile de papillon quelque part pour qu’a l’autre bout du monde éclate une tornade… Incontestablement, 22/11/63 est un excellent roman, une pièce maitresse (encore une) parmi la longue biographie de Stephen King et, mine de rien, probablement l’un des plus bons récits de voyages dans le temps qu’il m’a été donné de lire. Bien sur, il est long, très long même et les détracteurs de King trouveront probablement a redire sur le sujet ainsi que ceux qui pesteront devant cette œuvre qui traite autant d’une histoire d’amour que du voyage dans le temps. Mais bon, si jamais vous accrochez au récit, alors, il se peut que vous soyez happez, sans prévenir, par ce formidable voyage dans le passé, dans cette Amérique d’une autre époque et par cette belle histoire d’amour, tandis que, au final, ces milles pages et quelques ne finissent par être si rapidement dévorées que vous finissiez par avoir l’impression que ce roman était… trop court ?! Sincèrement, une belle réussite !


Points Positifs :
- Davantage qu’un simple roman fantastique, 22/11/63 est une œuvre qui vous fera plonger dans le passé (l’Amérique de la fin des années 50, début 60) comme si vous y étiez. Franchement, Stephen King a fait un boulot de documentation impressionnant et son s’y croirait. On n’échappe certes pas au coté sentimental de l’époque mais sans jamais tomber dans le « c’était mieux avant », loin de là.
- Une fort belle histoire d’amour entre notre sympathique Jake Epping et Sadie, la petite bibliothécaire du passé.
- Le traitement du voyage dans le temps est assez original – chaque voyage entraine une remise a zéro – même si, a la fin, on découvre (attention aux spoilers) qu’il y a en fait tout un tas de lignes temporelles parallèles et que ces nombreuses modifications ont entrainé énormément de dégâts dans l’espace temps.
- 22/11/63 est très long et il y a énormément de descriptions : bien entendu, c’est la marque de fabrique de Stephen King mais sincèrement, si vous accrocher a l’histoire, cette longueur apparente ne vous généra en aucune façon.
- Un Lee Harvey Oswald terriblement humain, y compris dans ses défauts, et qui fait froid dans le dos.
- Il y a pas mal de références a d’autres œuvres de King, la principale étant Ça puisque le héros y fait un court séjour au début de son voyage, a l’époque même où Grippe-Sou le Clown avait sévit – on y trouve même deux des membres du Club des Ratés.
- Intéressant la petite partie uchronique a la fin.

Points Négatifs :
- Si l’on devait trouver un véritable défaut a 22/11/63, ce serait toute la partie où le héros espionne Lee Harvey Oswald et qui, c’est évidant, s’étire par moments en longueur.
- Oui, j’ai bien aimé la partie uchronique, dommage tout de même que celle-ci soit aussi courte.  

Ma note : 9/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...