mardi 2 septembre 2014

KINGDOM OF HEAVEN


KINGDOM OF HEAVEN

À la fin du XIIe siècle, en France, une troupe de croisés vient trouver un forgeron nommé Balian. Inconsolable depuis la mort de leur enfant à la naissance, la femme de celui-ci s’est récemment suicidée. Balian accueille froidement la visite du chef croisé, le baron Godefroy d'Ibelin, qui lui révèle être son père et lui propose de l'accompagner à Jérusalem, où il possède des terres. Balian refuse cette offre. Cependant il doit répondre du meurtre d'un prêtre, qu'il a tué car celui-ci avait dérobé la croix d'argent que son épouse portait au cou et ordonné sa décapitation avant son enterrement (motivée par l'infamie du suicide aux yeux de l'Église). En fuite, Balian rejoint son père, qui est ensuite blessé par les hommes de l'évêque et du seigneur du village lancés à la poursuite de Balian. Godefroy meurt quelque temps plus tard à Messine, port italien d'où partent les navires pour la Terre sainte non sans l'avoir adoubé chevalier et convaincu de poursuivre sa route. Arrivé en Terre Sainte malgré le naufrage de son navire, Balian se lie d'amitié avec Imad, un Sarrasin qu'il pense être un simple serviteur, et prend possession des domaines de son père. Il doit faire face aux intrigues de la cour du roi de Jérusalem et notamment à l'animosité de Guy de Lusignan et de Renaud de Châtillon, qui souhaitent la guerre contre Saladin. Il jure de protéger le roi lépreux Baudouin IV ainsi que le peuple et devient très proche de Sibylle, sœur du roi et épouse de Guy, avec qui il a une idylle.


Kingdom of Heaven
Réalisation : Ridley Scott
Scénario : William Monahan
Musique : Harry Gregson-Williams
Production : Scott Free Productions et 20th Century Fox
Genre : Aventure, Historique
Titre en vo : Kingdom of Heaven
Pays d’origine : Royaume-Uni, États-Unis
Parution : 2 mai 2005
Langue d'origine : anglais, arabe
Durée : 187 min

Casting :
Orlando Bloom : Balian d’Ibelin
Eva Green : Sibylle
Liam Neeson : Godefroy d’Ibelin
Jeremy Irons : Tibérias
David Thewlis : le chevalier hospitalier
Marton Csokas : Guy de Lusignan
Brendan Gleeson : Renaud de Châtillon
Edward Norton : Baudouin IV, le roi lépreux
Ghassan Massoud : Saladin
Alexander Siddig : Imad
Jon Finch : le patriarche de Jérusalem
Velibor Topic : Almaric
Michael Sheen : le prêtre du village
Kevin McKidd : le sergent anglais de Godefroy d'Ibelin
Khaled El Nabawy : le mollah
Nikolaj Coster-Waldau : le bailli du village
Eriq Ebouaney : Firuz
Jouko Ahola : Odo
Karim Saleh : l'émissaire de Saladin
Iain Glen : Richard Cœur de Lion

Mon avis : Sortie il y a de cela presque une décennie, j’ai très longtemps été totalement indifférent a ce Kingdom of Heaven qui, selon moi, ne devait pas avoir un grand intérêt – ah, moi et mes idées préconçues, c’est toute une légende. Mais il faut dire, à ma décharge (oui, j’aime me trouver des excuses), que la bande annonce de l’époque était tout sauf engageante et qu’il était difficile de ne pas y voir qu’un simple film à grand spectacle en costumes où la vérité historique serait agréablement ballotée aux grés des envies des producteurs de la chose. D’ailleurs, neuf ans plus tard et après visionnage de la chose, mais aussi et surtout, après m’etre renseigner un peu sur ce film dont j’ai vu la version longue, je reste convaincu que sa version originale m’aurait déplu tant celle-ci faisait l’impasse sur tout un tas d’éléments qui apportent une consistance importante à l’intrigue – imaginez donc ce Kingdom of Heaven sans la présence du fils de Sybille, une hérésie totale. Car peut-être l’avez-vous deviné, au vu de mes dires, finalement, ce long métrage du sieur Ridley Scott, eh ben, il n’était pas si mauvais que je ne le pensais, loin de là : en effet, et tout d’abord, si bien évidement, la vérité historique n’est pas entièrement respectée, contraintes scénaristiques oblige, dans les grandes lignes, on ne s’en éloigne guère et, à mes yeux, ce fut une bonne surprise. Certes, il y aurait de quoi tiquer fortement sur le rôle des Templiers présentés ici comme des fanatiques ou sur, le politiquement correct étant passé par là, le fait que l’importance de la religion soit passée au second plan, pourtant, entre des personnalités de personnages historiques plus ou moins bien fidèles à la réalité et événements et batailles crédibles, force est de constater que ce Kingdom of Heaven était tout sauf le navet que je croyais. Alors bien sûr, il manque un petit je ne sais quoi qui fait que ce film ne restera pas dans les annales du septième art, comme un certain souffle épique, par exemple, que Gladiator possédait mais dont est dépourvu, malgré toute la bonne volonté du monde, Kingdom of Heaven. Mais bon, pour une certaine fidélité historique, des acteurs plutôt bons (accessoirement, nous avons un casting impressionnant) et des décors et des costumes qui nous plongent tout droit aux temps des croisades, l’œuvre de Ridley Scott est bien plus intéressante qu’elle n’y parait ; mais attention, en version longue sinon, tout ce que j’ai dit jusque-là n’est plus valable…


Points Positifs :
- Même si, comme il fallait s’y attendre, Kingdom of Heaven n’est pas une reconstitution historique parfaite (ce n’est pas un livre d’histoire) et que certaines libertés ont été prises avec la réalité, celles-ci sont moins importantes que je ne le craignais et au final, on obtient un film qui sans etre d’une fidélité absolue à la réalité, n’en reste pas moins plutôt instructif dans les grandes lignes.
- Décors, costumes et mêmes les acteurs (sacré bon casting d’ailleurs) : il n’y a rien à redire et si l’on ajoute certaines scènes spectaculaires, il est clair que tous les éléments sont en place pour passer un bon moment.
- Franchement, j’ai bien apprécié l’acteur qui joue le rôle de Saladin, l’une des grands hommes de cette époque.
- Orlando Bloom sans ses oreilles pointues et son arc, ça peut le faire aussi.
- La version longue est nécessaire pour apprécier ce film à sa juste valeur.  

Points Négatifs :
- Certes, les arrangements avec la réalité historique furent moins nombreux que je ne le pensais mais ils n’en existent pas moins et justement, certains sont plutôt gênants : déjà, les Templiers étaient tout sauf des fous sanguinaires, ensuite, Renaud de Châtillon n’était même pas un Templier, mais ce n’est que le début puisqu’il n’y eut aucune histoire d’amour entre Balian et Sybille, que le premier n’était pas un batard tandis que la seconde perdit la vie au cours d’un siège, en Terre Sainte.
- Bigre, qu’ils sont tolérants tous ces gens : croisés, musulmans, on respecte les croyances de l’autre comme si c’était la chose la plus normal qui soit… bref, une fois de plus, le politiquement correct a encore frapper et si oui, en effet, il y avait une certaine liberté religieuse dans la région, c’était plus par calcul politique que par bonté d’âme…
- Traditionnelles erreurs historiques quand a l’armement ou les armures dont certaines n’existaient même pas à l’époque des faits.
- Mine de rien, il y a un certain manichéisme dans Kingdom of Heaven avec des gentils très gentils et des méchants sans foi ni loi… Il me semble qu’il n’est pas nécessaire d’etre un spécialiste des croisades pour se dire que les choses étaient un peu plus compliquées que cela.
- Le happy-end final, un peu exagéré.
- Si ce n’est pas la version longue, vous pouvez baisser ma note finale de deux bons petits points !

Ma note : 7/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...