samedi 20 septembre 2014

LE SEIGNEUR DES ANNEAUX – LES DEUX TOURS


LE SEIGNEUR DES ANNEAUX – LES DEUX TOURS

Frodon le Hobbit et ses compagnons se sont engagés, au grand conseil d'Elrond, à détruire l'Anneau de Puissance dont Sauron de Mordor cherche à s'emparer pour asservir tous les peuples de la Terre habitée : Elfes et Nains, Hommes et Hobbits. Dès les premières étapes de leur audacieuse entreprise, les Compagnons de Frodon vont affronter les forces du Seigneur des Ténèbres et bientôt ils devront se disperser pour survivre. Parviendront-ils à échapper aux Cavaliers de Rohan ? Trouveront-ils asile auprès de Ceux des Arbres, grâce à l'entremise de Sylvebarbe ? Qu'adviendra-t-il de Gandalf le Gris métamorphosé, au-delà de la mort, en Cavalier Blanc ?


Le Seigneur des anneaux – Les deux Tours
Auteur : J. R. R. Tolkien
Type d'ouvrage : Fantasy
Première Parution : 11 novembre 1954
Edition Poche : 1 mars 2005
Titre en vo : The Lord of the Rings – The Two Towers
Pays d’origine : Grande-Bretagne
Langue d’origine : Anglais
Traduction : Francis Ledoux
Editeur : Pocket
Nombre de pages : 569

Mon avis : Au début du mois, je vous proposais, finalement (car ce blog a tout de même six ans et demi d’existence), la critique du premier volet de ce qui est sans aucun doute la plus grande œuvre de Fantasy des temps modernes et, sans nul doute, la plus connue, je veux bien évidement parler du Seigneur des Anneaux du non moins mythique auteur anglais J.R.R. Tolkien. Pour la petite histoire, comme je le disais alors, ce roman, au cours de ma vie, j’ai eu l’occasion de le lire a de multiples reprises et, fut un temps, je le connaissais par cœur, ou presque ; cependant, je dois bien avouer que cela faisait deux bonnes décennies, plus ou moins, que je n’avais pas eu l’occasion de relire Le Seigneur des Anneaux, ma dernière expérience avec la Terre du Milieu datant, bien entendu, de son adaptation cinématographique du début du siècle par Peter Jackson – curieusement, j’ai profité de ce mois d’aout pour la revoir dans son intégralité. Du coup, après tout ce temps, deux sentiments s’opposent à la relecture de cette œuvre : le plaisir, indéniable, de la redécouvrir, tant de temps après, mais, cependant, entre le fait que je connais l’intrigue par cœur a quoi il faut ajouter le revisionage des films, par moments, j’ai eu un peu de mal à me plonger complètement dans la lecture des Deux Tours, second volet du Seigneur des Anneaux. Mais ceci ne signifie en aucune façon que mon opinion au sujet de cette œuvre ait changé, loin de là car si le plaisir de la découverte est perdu depuis longtemps, ce qui est normal, au fil des pages, il apparait rapidement que Tolkien a bel et bien écrit un chef d’œuvre, et si la première partie, ou l’on suit les destinés d’Aragorn, Gandalf, Legolas et les autres en terres du Rohan, est toujours aussi bonne, ma grande surprise lors de cette relecture fut le livre IV qui lui nous entraine sur les pas de Frodon, Sam et Gollum. Plus jeune, ces passages étaient pour moi les moins intéressants et ce n’était pas évidant de les lire, mais en prenant de l’âge, avec un peu plus d’expérience ou de bouteille (comme vous préférez) et surtout, bien d’autres lectures, force est de constater que cette virée à la frontière du Mordor est bigrement passionnante, pour peu que toutes ces descriptions des lieux visités et autres nombreux dialogues entre Frodon et Sam ne vous rebutent pas. Bref, vous l’avez compris, avec Les deux Tours, nous avons une fois de plus la confirmation que cette œuvre, Le Seigneur des Anneaux, est vraiment exceptionnelle et que, même si je suis le premier à reconnaitre – et j’y tiens – qu’il n’y a pas que Tolkien dans la vie, loin de là, il me parait également évidant que son œuvre, elle, n’en reste pas moins magistrale.


Points Positifs :
- Un second volet dans la lignée de son prédécesseur et qui vient confirmer, mais pouvait-on encore en douter, que Le Seigneur des Anneaux est plus qu’un chef d’œuvre de la Fantasy mais tout simplement une œuvre majeure de la littérature du vingtième siècle.
- Le découpage en deux parties, où l’on suit les membres de la Communauté désormais séparés, peut choquer de prime abord mais s’avère, finalement, non seulement une bonne idée mais en plus, plutôt réussi, ce qui était loin d’etre évidant au départ.
- Finalement, plus de 25 ans après ma première lecture de cette œuvre, j’ai enfin pris plaisir à suivre les péripéties de Frodon, Sam et du sournois Gollum ; certes, il se passe moins de choses qu’avec Gandalf, Aragorn et compagnie mais, mine de rien, c’est tout aussi captivant, et ce, dans un genre différent.
- Certains passages, cultes avec le temps : le réveil des Ents, la course poursuite d’Aragorn, Legolas et Gimli qui prennent en chasse des orcs qui ont kidnappés Merry et Pippin, la mort de Boromir, la relation entre Frodon/Sam d’un côté, Gollum de l’autre, Arachnée, Saroumane défait, Faramir, un personnage bien plus fouillé que dans le film…
- Ce n’est pas une surprise mais c’est fou ce que le roman est supérieur au long métrage, même si ce dernier, finalement, ne démérite pas.

Points Négatifs :
- Il semblerait que Le Seigneur des Anneaux va enfin avoir droit à une nouvelle traduction sous nos vertes contrées, et ben, disons que c’est une bonne nouvelle car celle de Francis Ledoux n’est pas vraiment ce qu’il se fait de mieux… et je ne parle pas des fautes, lettres oubliées et quelques coquilles dans les dialogues où on ne sait plus qui parle par moments.
- La séparation de la Communauté en deux groupes est incontestablement une bonne idée, mais pour certains, suivre ceux-ci dans deux livres différents et avec des chronologies qui ne sont pas les mêmes (du coup, le film s’en sort mieux) peut ne pas etre évidant pour certains.
- Finalement, j’ai finis par apprécier le livre IV, celui de Frodon, Sam et Gollum, mais bon, c’est vrai que par moments, ça traine en longueurs…

Ma note : 9,5/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...