lundi 18 janvier 2016

LA NUIT DES MORTS-VIVANTS


LA NUIT DES MORTS-VIVANTS

Un cimetière de Pennsylvanie. Barbara et son frère Johnny ont fait une longue route pour venir se recueillir sur la tombe de leur père enterré dans leur ville natale. Ce rite annuel irrite Johnny, qui se moque de Barbara, et lui rappelle comment elle lui faisait peur lorsqu'elle était enfant. Il cherche à nouveau à l'effrayer, en lui affirmant que les morts vont venir la chercher. Barbara, énervée, s'isole, et se fait agresser par une personne à la démarche mécanique et au visage ravagé. Son frère la défend, mais meurt dans la lutte, la tête fracassée contre une pierre tombale. Barbara s'enfuit, et se réfugie dans une maison isolée. Un routier afro-américain, Ben, la rejoint, et bloque portes et fenêtres avec des planches de bois alors que de nombreux morts, revenus à la vie, se dirigent vers la demeure. Barbara s'évanouit, et restera en état de choc à son réveil.


La Nuit des morts-vivants
Réalisation : George A. Romero
Scénario : George A. Romero et John A. Russo
Musique : Scott Vladimir Licina
Production : Laurel Productions et Image Ten
Genre : Horreur
Titre en vo : Night of the Living Dead
Pays d'origine : États-Unis
Langue d'origine : anglais
Date de sortie : 1 octobre 1968
Durée : 96 mn

Casting :
Duane Jones : Ben
Judith O'Dea : Barbara
Karl Hardman : Harry Cooper
Marilyn Eastman : Helen Cooper
Keith Wayne : Tom
Judith Ridley : Judy
Kyra Schon : Karen Cooper
Charles Craig : Newscaster/Mort-vivant
Bill Hinzman : Mort-vivant dans le cimetière
Russel Streiner : Johnny
Bill Cardille : Chilly Billy Cardilly
George Kosana : Sheriff McClelland

Mon avis : Dans les films d’horreurs, s’il y a bien un genre dont on connait les ficelles par cœur depuis des lustres, c’est bien celui dédié aux zombies, au point même que, a force, il devient fort difficile de réaliser une œuvre avec nos sympathiques morts-vivants sans que celle-ci ne paraisse ringarde. Cependant, a la base, comme souvent d’ailleurs, il y a une œuvre fondatrice, une œuvre qui aura a la fois marqué et lancer le genre, et, dans le cas présent, comme les amateurs du genre le savent bien, c’est La nuit des morts-vivants, œuvre culte du sieur George Romero. Production indépendante paru sur grand écran en 1968, La nuit des morts vivants est le long métrage fondateur d’un genre, le film de zombies, qui lui doit quasiment tout, ou presque : après tout, il ne serait absolument pas exagéré d’affirmer que tous les films parus depuis s’en sont fortement inspirés, voir, carrément, copiés. Un lieu isolé, un groupe de survivants qui n’arrivent pas à se mettre d’accord sur la marche à suivre, ce qui entrainera leur perte, et, bien sur, dehors (mais pas pour longtemps), une horde de zombies qui font le siège avant la dégustation finale : voilà l’intrigue de La nuit des morts-vivants et, grosso modo, celui de quasiment tous les films du genre qui auront suivis. Alors bien sur, les plus jeunes d’entre nous ou ceux qui ne supportent pas les films en noir et blanc, trouveront que, coté effets spéciaux, le film de Romero, ce n’est pas vraiment ça. De même, reconnaissons qu’il y a eu infiniment plus gore depuis, cependant, malgré cet état de fait, qu’auraient été tous ces films sans celui de Romero a la base ? Pas grand-chose, peut-être même n’auraient-ils jamais existé d’ailleurs… Bien sur, en disant cela, je mets en avant le coté historique de ce long métrage, mais n’allez pas croire que La nuit des morts-vivants ne vaut que pour son coté historique, loin de là : tout d’abord, c’est un bon film, bien supérieur a bon nombre de nanars qui suivront, de plus, les plus attentifs remarqueront même le petit coté social de Romero avec un héros de couleur alors que la ségrégation raciale n’avait pris fin qu’une année avant la sortie du film sur les écrans. Quant à ceux qui trouveront que La nuit des morts-vivants manque un peu d’originalité, c’est peut-être, tout simplement, parce qu’ils ont regarder trop de films de zombies, mais bon, de temps en temps, retourner aux sources, ce n’est pas un mal, bien au contraire.


Points Positifs :
La nuit des morts-vivants est le film de zombies par excellence, celui qui a lancé le genre, celui qui a posé les bases de toute une mythologie moderne, tout ce qui aura suivis, ou presque, n’étant finalement qu’une réédite.
- Une bande de survivants qui s’opposent les uns aux autres coincés dans une maison isolée alors qu’une horde de zombies fait le siège : une idée simple, certes, mais terriblement efficace.
- Ce n’est pas vraiment un spoiler : tout le monde y passe, mais justement, c’est la conclusion logique de ce film.
- Forcément, si les zombies sont la partie apparente de l’iceberg, il ne faut pas oublier les relations sociales, elles aussi au cœur de l’intrigue du film de George Romero.
- Duane Jones est fichtrement bon dans son rôle qui en fait le seul, quasiment, capable de résister aux zombies, mais qui doit faire face à une opposition pour le moins virulente de l’un des autres survivants, ce dernier étant, bien entendu, loin d’être aussi efficace.
- C’est un film en noir et blanc ! Et alors ? Je trouve que cela renforce encore plus l’ambiance angoissante.

Points Négatifs :
- Aussi culte que soit La nuit des morts vivants, il est clair que ce dernier accuse tout de même son age, sans oublier, en plus qu’il s’agit a la base d’une production indépendante sans grands moyens.
- Bien évidement, les plus jeunes habitués aux productions plus récentes rechigneront fortement devant ce film d’un autre age, ce qui est dommage, certes, mais compréhensible.

Ma note : 8/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...