mercredi 3 août 2016

LES CAHIERS DE SCIENCE & VIE 49 – XIX SIÈCLE, LA PASSION DES MONDES DISPARUS


LES CAHIERS DE SCIENCE & VIE 49 – XIX SIÈCLE, LA PASSION DES MONDES DISPARUS
Février 1999

XIXe siècle, la passion des mondes disparus
Edito : L’histoire d’un nouveau récit
I – Un sujet sensible
- L’appel des nouveaux espaces
- Une science à la mode
- Des disciplines aux destins croisés
- A la recherche des monstres perdus
- Un succès paradoxal
II – Quand l’Homme entre en scène
- L’invention de l’homme fossile
- La place de l’Homme
III – Une filiation contestée
- Le point de vue de Darwin
- L’Homme est-il le parent du singe ?
- Sur les traces du chainon manquant
- Quand l’Homme s’expose aux cotés du singe

Mon avis : Si hier, je vous ai proposé la critique d’un ancien numéro des Cahiers de Science & Vie, celui consacré aux Croisades, aujourd’hui, je poursuis certes sur ma lancée mais en plongeant beaucoup plus loin dans le passé de cette revue puisque, pour la petite histoire, ce numéro est paru en février…1999 ! Une éternité, ou presque, en tous cas, un numéro des Cahiers d’un autre siècle, ce qui, à la lecture, se remarque fort bien tellement les différences avec ses successeurs sont visibles. Alors bien sur, malgré les très nombreuses différences, que cela soit au niveau de la maquette qui a pris un petit coup de vieux ou de ton – sincèrement, dans les années 90, les Cahiers étaient moins grand public que de nos jours – nous restons en terrain familier puisque, déjà a l’époque, la qualité était au rendez vous… mais cela, je n’en doutais pas. Du coup, malgré un petit coté déstabilisant dut a l’ancienneté de la chose, avec quelques efforts, la lecture n’est pas trop ardue, loin de là, et on peut jouir du contenu de ce numéro, un contenu fort instructif puisque traitant des débuts de la paléontologie et de la théorie de l’évolution. Un sujet intéressant, mine de rien, même si je dois reconnaitre que lorsque je m’étais procurer ce numéro il y a quelques temps, je pensais, naïvement, que dinosaures et autres mammouths occuperaient une place plus importante, or, ce n’est pas vraiment le cas. Cependant, malgré cette relative déception, on apprend pas mal de choses sur tous ces grands noms qui ont fait la paléontologie mais aussi, et surtout, qui ont mis l’Homme au sein de son rang, c’est-à-dire, celui du produit d’une longue évolution. Bref, tout un tas de choses fort instructives pour peu que l’on s’intéresse au sujet, dommage juste que le coté un peu spécialisé de l’ensemble ne soit pas fait pour attirer le néophyte…


Points Positifs :
- Prémices de la paléontologie, découvertes des fossiles de dinosaures et d’autres créatures préhistoriques, débuts de la théorie de l’évolution, controverses, rivalités entre savants : un dossier très complet et fort instructif.
- Pour peu que l’on soit un familier du sujet, on apprend tout un tas de choses sans être noyés par la foule d’événements, de découvertes et de noms qui nous sont assénés au fil des pages.
- Coté illustrations, c’est bien plus sobre que de nos jours mais ce n’est peut-être pas plus mal, surtout que certaines sont superbes.

Points Négatifs :
- Indéniablement, fin 99, les Cahiers étaient beaucoup moins grand public que de nos jours, du coup, ce n’est pas toujours évidant de s’y retrouver et je pense que le néophyte s’y perdra totalement a moins de s’accrocher.
- Reconnaissons que la couverture est plutôt moche.
- Dommage que la paléontologie n’ait pas eu droit à une place un peu plus importante : oui, c’est l’Homme et ses ancêtres qui brillent surtout dans ce numéro.
- Une revue qui accuse un peu son age…

Ma note : 7/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...