samedi 6 août 2016

STAGE


STAGE

David Bowie

1 - Warszawa (Bowie, Eno) 6:50
2 - "Heroes" (Bowie, Eno) 6:19
3 - What in the World (Bowie) 4:24
4 - Be My Wife (Bowie) 2:35
5 - Blackout (Bowie) 4:01
6 - Sense of Doubt (Bowie) 3:13
7 - Speed of Life (Bowie) 2:44
8 - Breaking Glass (Bowie, Davis, Murray) 3:28
9 - Beauty and the Beast (Bowie) 5:08
10 - Fame (Bowie, Lennon, Alomar) 4:06
11 - Five Years (Bowie) 3:58
12 - Soul Love (Bowie) 2:55
13 - Star (Bowie) 2:31
14 - Hang On to Yourself (Bowie) 3:26
15 - Ziggy Stardust (Bowie) 3:32
16 - Art Decade (Bowie) 3:10
17 - Alabama Song (Brecht, Weill) 4:00
18 - Station to Station (Bowie) 8:55
19 - Stay (Bowie) 7:17
20 - TVC 15 (Bowie) 4:37


Stage
Musicien : David Bowie
Parution : 8 septembre 1978
Enregistré : avril 1978 – mai 1978
Durée : 71:57
Genre : Pop, Rock, Progressif
Producteur : David Bowie, Tony Visconti
Label : RCA

Musiciens :
David Bowie : chant, claviers
Carlos Alomar : guitare rythmique, chœurs
George Murray : basse, chœurs
Dennis Davis : batterie
Adrian Belew : guitare, chœurs
Simon House : violon
Sean Mayes : piano, cordes, chœurs
Roger Powell : synthétiseurs, claviers, chœurs

Mon avis : Ici, l’affaire semblait entendue depuis longtemps, il faut dire que rien qu’avec le titre de ce double album, les choses commençaient mal puisque Stage, en anglais, signifie concert, alors, je ne sais pas ce qui était passé par la tête de Bowie en cette lointaine année 1978 ou qui l’avait conseillé, mais franchement, un grand bof. Cependant, le problème était plus profond qu’un simple choix de titre boiteux car depuis sa sortie, ce live fut longtemps considérer comme étant une franche déception alors que, en fait, il aurait put être sublime : imaginez du peu une compilation de ce que pouvaient être les concerts du Mince Duc Blanc a l’époque, avec des titres issus de Low, « Heroes », Station to Station et, bien entendu (histoire de faire plaisir aux fans de la première heure) Ziggy Stardust sauf que, le tout nous était proposer dans le désordre le plus total, les chansons passant du coq a l’âne, pour notre plus grand déplaisir… Puis, en 2005, une fort agréable surprise eut lieu lorsque Stage fut remanié de fond en comble, par le biais du duo Bowie et Visconti, les deux hommes décidant de nous proposer ce double live comme il aurait dut être à l’ origine, c’est-à-dire, en nous proposant les morceaux dans l’ordre dans lesquelles ils étaient joués lors de cette célèbre tournée Isolar. Du coup, ce remaniement, que certains pourraient trouver anodin, modifia totalement la donne et permit à Stage d’atteindre des sommets insoupçonnés… Insoupçonnés car oui, et on a souvent tendance à l’oublier de nos jours, a la fin des années 70, Bowie était accompagné d’une ribambelle de bons, que dis-je, d’excellents musiciens : oh certes, Carlos Alomar et compagnie, c’était peut-être moins sexy que les Spiders From Mars, mais musicalement parlant, quelle claque de les écouter en live, surtout pour ce qui est de la partie rythmique, tout bonnement imparable. Le résultat, bien entendu, est d’un tout autre niveau que la première mouture de Stage et sincèrement, avec un Bowie en grande forme et certains titres que l’on redécouvre sous un jour nouveau, tout amateur du chanteur aux yeux vairons se doit, a mon avis, de posséder ce live, très bon témoin de son époque, certes, mais aussi témoin d’une chose qu’elle aussi, on avait oublier, c’est-à-dire que Bowie en concert, c’était une sacrée claque mine de rien… et sur ce point, dommage justement que les lives de ce dernier se comptent presque sur les doigts d’une main…


Points Positifs :
- Remanier de fond en comble et en nous proposant les chansons dans l’ordre où elles étaient interprétées lors de la tournée de 1978, Isolar, Stage apparait sous un jour nouveau et son écoute en devient bien plus agréable.
- Un David Bowie en grande forme mais aussi un groupe qui tient fort bien la route… au point même que par moments, on en oublierait presque qu’il s’agit d’un live.
- Non mais quel contenu quand on y pense : Low, « Heroes », Station to Station, Ziggy Stardust sont représentés avec quelques uns de leurs meilleurs titres, ce qui fait de ce Stage une espèce de best-of qui, ma foi, mérite le détour.
- Il y a de très grands moments dans ce double-live : ainsi, entre les morceaux issus de Low et de « Heroes » sans oublier le final apocalyptique avec trois titres de Station to Station, il y a de quoi faire !
- La bonne reprise de Alabama Song.

Points Négatifs :
- La partie Ziggy Stardust est, de mon point de vu, la moins intéressante. Certes, ce n’est pas mauvais mais ça sonne plus comme du fan service et je trouve Bowie plus inspiré sur ses titres plus récents (pour l’époque) que sur ceux qui avaient fait sa gloire, quelques années auparavant.
- Dans un live, on s’attend a entendre le public, or, ici, on ne peut pas vraiment dire que c’est le cas ce qui donne par moments l’impression que nous avons a faire a un album studio – ce qui n’est pourtant pas le cas.
- Un grand bof pour la jaquette.
- Pas terrible le titre tout de même : Stage/Concert

Ma note : 7,5/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...