dimanche 7 août 2016

LA PART DES TÉNÈBRES


LA PART DES TÉNÈBRES

Depuis des années, Thad Beaumont, écrivain de Ludlow (Maine) ayant un succès d'estime mais peu connu du grand public, écrit sous le pseudonyme de George Stark des romans ultra-violents qui eux connaissent un grand succès. Quand il apprend qu'un petit malin décidé à le faire chanter a percé son secret à jour, il décide de révéler la supercherie à la presse et organise la « mort » puis l'enterrement bidon de George Stark dans le cimetière de Castle Rock, ville où il a sa résidence secondaire. Mais quelques jours plus tard, la tombe est vandalisée ou plutôt donne l'impression que quelqu'un l'a creusée de l'intérieur pour en sortir. Un habitant de Castle Rock est tué la même nuit et le shérif Alan Pangborn de Castle Rock, qui mène l'enquête sur le meurtre, vient interroger Beaumont car ses empreintes digitales ont été relevées dans la voiture de la victime. Malgré l'alibi en béton fourni par Beaumont, il reste convaincu de sa culpabilité.


La part des ténèbres
Auteur : Stephen King
Type d'ouvrage : Fantastique, Horreur
Première Parution : 20 octobre 1989
Edition Française : 9 octobre 1990
Titre en vo : The Dark Half
Pays d’origine : Etats-Unis
Langue d’origine : Anglais
Traduction : William Olivier Desmond
Editeur : Albin Michel
Nombre de pages : 463

Mon avis : Enième ouvrage de Stephen King dont je vous parle cette année (de toutes façons, c’est simple, depuis bientôt un an, il n’y a que lui sur ce blog), La part des ténèbres est une œuvre que j’aurai put lire depuis des lustres mais que, curieusement, j’avais toujours laissé de coté, allez donc savoir pourquoi ?! Fort heureusement, comme depuis quelques temps, j’ai décidé de me taper la quasi intégralité des romans écrits par Stephen King, l’occasion c’était enfin présentée de m’attaquer a cet ouvrage dont le synopsis de départ ne m’avait peut-être guère attirer étant adolescent mais qui, avec un peu plus de bouteille et du recul apparaissait comme étant plutôt intéressant : ainsi, cette intrigue d’auteur qui décide de « tuer » son alter-ego en écriture ce qui provoquera, en quelque sorte, la naissance de celui-ci renvoie, bien entendu, a Stephen King lui-même puisque, comme chacun sait, le maitre de l’horreur a put, en son temps, écrire quelques ouvrages sous un pseudonyme, celui de Richard Bachman. Du coup, si La part des ténèbres a vu le jour, c’est parce que quelques temps auparavant, la découverte de la réelle identité de Richard Bachman se fit, ce qui, accessoirement, accoucha d’un roman qui n’est certes pas exempt de défauts mais qui, dans l’ensemble, reste plutôt bon. Pour son idée de postulat de départ, bien entendu, pour les origines de ce double, cet inquiétant George Stark (celles-là, il fallait les trouver puisqu’il s’agit, attention au spoiler, du frère jumeau du héros dévoré in-utéro par ce dernier, et donc, en quelques sortes, d’une espèce de fantôme) mais aussi et surtout, pour le coté psychologique de la chose, Thad Beaumont craignant a juste raison les agissements de son double maléfique mais tout en l’admirant de plus en plus au fil des pages… Bref, pour toutes ces raisons, La part des ténèbres est un bon Stephen King, indéniablement, de plus, ceux qui ont lu Bazaar retrouveront avec plaisir un certain shérif Alan Pangborn (même si La part des ténèbres est sorti avant), cependant, malgré une lecture agréable et un scénario, ma foi, réussi, il manque un petit je ne sais quoi qui en aurait fait un incontournable : pour moi, un bon roman de Stephen King se doit d’être captivant et dans le cas présent, je reconnais que si certains passages étaient réussis, s’il y a bien de bonnes idées, je n’ai pas été aussi pris par la lecture que dans d’autres ouvrages du maitre. Peut-être parce que le personnage de George Stark m’aura laissé froid ou, tout simplement une affaire de gouts… ce qui fait que, au final, La part des ténèbres est un bon roman mais sans plus…


Points Positifs :
- Le postulat de départ avec cet espèce de double maléfique, cet écrivain fantôme qui prend vie lorsque le héros décide de renoncer à son pseudonyme sous lequel il avait connu le succès en écriture.
- Les origines de George Stark : jumeau de Thad Beaumont qui fut dévorer par ce dernier dans l’utérus de leur mère et qui, en quelque sorte, fut toujours présent auprès de son frère en tant que… esprit, fantôme ?!
- Les relations ambigües entre les deux hommes, surtout que Thad Beaumont, homme normal comme vous et moi, et de plus en plus attirer au fil des pages par ce double maléfique si sur de lui.
- L’idée d’utiliser les moineaux comme psychopompes : qui pourraient lier de si sympathiques oiseaux a la mort ?!
- La présence du shérif Alan Pangborn que l’on retrouve dans Bazaar.

Points Négatifs :
- George Stark est tellement brutal, tellement violent, impitoyable et sur de lui qu’au bout d’un moment, on a du mal a accrocher au personnage ; Thad Beaumont est bien plus intéressant, justement, pour son envie, finalement, de ressembler a son double et d’oublier toutes les contraintes de la vie quotidienne.
- Si l’histoire est plutôt réussie dans l’ensemble et s’il y a bel et bien de bonnes idées, La part des ténèbres pèche un peu, par moments, par des excès de descriptions (normal chez King) qui cassent un peu le rythme du récit, du coup, on est moins captiver que dans d’autres œuvres, surtout qu’au bout d’un moment, on en a un peu assez des lamentations de la femme de Beaumont…

Ma note : 7,5/10

2 commentaires:

Tigger Lilly a dit…

Ce n'est pas son meilleur mais il reste intéressant. Tu as lu Misery je suppose ? Si pas, jette-toi dessus sans plus tarder : il est meilleur tout en ayant des thématiques communes.

Feanor a dit…

Eh ben en fait, non, je n'ai jamais lu Misery, juste vu le film deux ou trois fois mais il est bien entendu sur mes tablettes d'ici quelques temps...

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...