jeudi 11 août 2016

WISH YOU WERE HERE


WISH YOU WERE HERE

Pink Floyd

1 - Shine On You Crazy Diamond (Parts One) (David Gilmour, Roger Waters, Richard Wright) 13:40
2 - Welcome to the Machine (Roger Waters) 7:38
3 - Have a Cigar (Roger Waters) 5:08
4 - Wish You Were Here (David Gilmour, Roger Waters) 5:34
5 - Shine On You Crazy Diamond (Parts Two) (David Gilmour, Roger Waters, Richard Wright) 12:31


Wish You Were Here
Musicien : Pink Floyd
Parution : 15 septembre 1975
Enregistré : 6 janvier 1975 – 19 juillet 1975
Durée : 44:28
Genre : Rock progressif
Producteur : Pink Floyd
Label : Harvest

Musiciens :
David Gilmour : chant, guitare acoustique, guitare électrique, lap steel guitar, synthétiseurs, effets sonores
Nick Mason : batterie, percussions, effets sonores
Roger Waters : chant, guitare basse, guitare acoustique, synthétiseur, effets sonores
Richard Wright : piano, piano électrique, orgue Hammond, synthétiseurs
Dick Parry : saxophones saxophone baryton et ténor sur Shine On You Crazy Diamond
Roy Harper : chant sur Have a Cigar
Venetta Fields : chœurs sur Shine On You Crazy Diamond
Carlena Williams : chœurs sur Shine On You Crazy Diamond

Mon avis : Au bout de huit ans et demi d’existence de ce blog, s’il y a bien une chose qui est sure au sujet de Pink Floyd, c’est que ce groupe, pourtant un monument du rock progressif, y brille particulièrement par sa quasi absence, car bon, comment dire, en dehors du monumental The Dark Side on the Moon (et encore, la critique remonte a juillet 2009), rien, le néant, ce qui, il faut en convenir, est une véritable hérésie, surtout pour quelqu’un comme moi qui est fan du groupe… Mais bon, comme dirait l’autre, mieux vaut tard que jamais et, justement, en ce jour, c’est d’un autre grand, que dis-je, très grand album de Pink Floyd qui a droit de citer sur ce blog, Wish You Were Here. Bon, ici, il faut le reconnaitre, cet opus, malgré toutes ses qualités, et elles sont nombreuses, malgré deux titres tout simplement extraordinaires – la chanson éponyme et Shine On You Crazy Diamond, surtout ce dernier – souffre depuis sa sortie de la comparaison, injuste, avec son prédécesseur, le grand The Dark Side on the Moon. Il faut dire qu’après un tel chef d’œuvre, les jeux étaient fait d’avance : oui, la suite serait forcément moins somptueuse, moins parfaite, et comme en plus, nous sommes encore loin du délire mégalomaniaque (mais tellement génial) de Roger Waters que fut The Wall, il arrive souvent que, dans les divers classements de meilleurs disques de tous les temps, Wish You Were Here soit aux abonnés absents, ce qui, ma foi, et sans exagération aucune, est une véritable honte. Car oui, c’est un grand album, l’un des meilleurs de Pink Floyd, indéniablement : pour ce Shine On You Crazy Diamond monumental, bien sur, l’un des plus beaux titres du groupe et qui nous parle de Syd Barrett, pour Wish You Were Here, la chanson, et ce Gilmour si inspirer, pour cette pochette, tout aussi culte que celle de The Dark Side on the Moon, mais aussi, ne l’oublions, pour cet ensemble cohérent, ce quasi-concept album où Roger Waters, auteur de toutes les paroles des chansons, nous livre sa vision du groupe (et de ses premiers conflits), de l’industrie de la musique (tellement détestable), de ces groupes qui ont vendus leur âme pour l’argent et, bien sur, de Syd Barrett, encore et toujours. Beau, triste, étonnant par moments lorsque l’on écoute certains passages où nos quatre flamands roses ont encore pousser plus loin l’expérimentation des synthétiseurs, Wish You Were Here est un disque superbe et indispensable pour tout véritable fan de musique qui se respecte… après, certes, il est inférieur a The Dark Side on the Moon, mais bon, être inférieur a la perfection, est-ce vraiment un défaut ?!


Points Positifs :
- Concept album sur le thème de l’absence, Wish You Were Here est quasiment aussi bon que son prédécesseur, The Dark Side on the Moon, que ce soit musicalement, au niveau de la conception, des chansons, des paroles ou de l’ambiance générale qui s’en dégage. Une sorte de Dark Side bis ? Bien plus que cela en fait…
- Shine On You Crazy Diamond, sans nul doute l’une des plus belles chansons de Pink Floyd, un truc monumental de plus de 25 minutes (divisé en deux parties) et qui fourmille de trouvailles tout au long du titre, et, accessoirement, un Roger Waters inspiré comme jamais – et puis, c’est un bel hommage a Barrett.
- Wish You Were Here, autre grand moment de l’album, fort belle chanson, et puis, cette guitare de Gilmour…
- La pochette, a la fois simple, a la fois étrange mais tellement culte.

Points Négatifs :
- Mais quel dommage que ni Roger Waters, ni David Gilmour, n’aient chanté Have a Cigar, car bon, comment dire, Roy Harper, il est sympathique mais ce n’est pas pareil.
- Oui, il est difficile de passer après un tel monument comme The Dark Side on the Moon

Ma note : 9/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...