jeudi 25 août 2016

THE WITCHER 3 – HEARTS OF STONE


THE WITCHER 3 – HEARTS OF STONE

Des jeunes filles un poil naïves vont depuis quelques temps dans les égouts d’Oxenfurt pour tenter d’embrasser un crapaud qui serait censé se transformer en prince charmant à ce contact labial. Evidemment, aucune n’est reparue, et en particulier la servante du sieur Olgierd von Everec, que ce-dernier souhaiterait donc retrouver. Le contrat que Geralt de Riv accepte est donc celui de ce personnage bien étrange, nimbé de mystère et qui va entrainer notre Sorceleur dans une aventure où il côtoiera le mal à l’état pur…


The Witcher 3 – Hearts of Stone
Éditeur : Bandai Namco
Développeur : CD Projekt RED
Concepteur : Konrad Tomaszkiewicz
Date de sortie : 13 Octobre 2015
Pays d’origine : Pologne
Genre : Action-RPG
Mode de jeu : Un joueur
Média : Blu-Ray
Contrôle : Manette
Plate-forme : PS4

Mon avis : En juin dernier, je vous avais proposé la critique de ce qui restera, à mes yeux, sans nul doute le jeu de la décennie, je veux bien évidement parlé du troisième volet de The Witcher, soft polonais d’action-RPG qui avait atteint des sommets qualitatifs tellement élevés que, sincèrement, lorsque viendra le moment d’abandonner l’univers de Geralt, je pense que tout autre jeu me paraitra bien fade a coté… Fort heureusement, la quête principale, colossale au vue de sa durée de vie, n’était pas la seule que nous avaient proposée les polonais de Projekt Red puisque, depuis la sortie du jeu, en mai 2015, deux DLC sont parus, Blood and Wine, il y a quelques mois et donc, ce Hearts of Stone qui nous préoccupe aujourd’hui et qui est paru en fin d’année dernière. Bref, deux nouvelles opportunités de replonger dans l’univers de The Witcher, ce qui, forcément, ne pouvait que ravir les fans de la saga. Et ma foi, force est de constater que si Blood and Wine promait énormément, ce Hearts of Stone que je viens tout juste de conclure fut a la hauteur de mes espérances ! En effet, et pour moins de dix euros, ce qui est bel et bien une somme modique surtout qu’il m’aura fallut une bonne quinzaine d’heures pour en voir le bout (ce qui est plus que la plupart des jeux modernes), Hearts of Stone est l’exemple parfait de ce que devrait être un bon DLC : un vrai complètement plutôt qu’une suite de missions sans intérêt, un scénario travailler et passionnant, de nouvelles têtes charismatiques et des situations qui n’ont rien a envier au jeu principal, bref, un sans faute ou presque puisque, il faut l’avouer, s’il fallait bien trouver un petit défaut a ce DLC, alors, ce serait la nouvelle région, située au nord-est de Novigrad, et qui est trop petite et pas dépaysante pour un sou. Mais en dehors de ce petit défaut, le reste, lui, est à la hauteur de Wild Hunt, ou plutôt, dans la lignée de ce dernier : la quête principale nous fera voir du pays tout en mêlant habillement les fausses pistes et les situations on ne peut plus variées (ah, la mission du mariage est un pur moment de bonheur), les protagonistes – Olgierd Von Everec, particulièrement, Gaunter de Meuré – sont charismatiques, quand aux boss, ces derniers représentent enfin un véritable challenge, ce qui n’avait pas forcément été le cas dans Wild Hunt. Bref, vous l’avez compris, avec Hearts of Stone, les petits gars de Projekt Red démontrent une fois de plus tout leur savoir faire et, surtout, confirment a nouveau qu’au moins eux, ils ne se moquent pas de leurs fans en nous pondant un DLC qui, en toute sincérité, n’a strictement rien a envier a beaucoup d’autres jeux actuels… et dire qu’il parait que Blood an Wine est encore meilleur !


Points Positifs :
Hearts of Stone est plus qu’un simple DLC et n’a strictement rien à envier a beaucoup d’autres softs : entre son scénario en béton, ses protagonistes charismatiques et quelques scènes qui resteront dans les mémoires, c’est repartit pour une nouvelle virée inoubliable dans l’univers de The Witcher !
- Bien évidement, on retrouve tout ce qui avait fait la grande force de Wild Hunt, c’est-à-dire, un univers immense, des graphismes somptueux, des jeux de lumière incroyables, des personnages tellement crédibles qu’ils en deviennent troublant, un scénario captivant, etc.
- Le scénario : en partant d’un simple contrat sur un monstre – le fameux crapaud – qui a élu domicile dans les égouts d’Oxenfurt, on tombe dans une intrigue qui, finalement, n’a rien à envier à un certain Faust…
- Olgierd Von Everec : lorsqu’il apparait, au début du jeu, j’étais un peu dubitatif mais au fur et a mesure de l’avancée de l’histoire, il s’est avéré être bien plus complexe qu’on pouvait le penser de prime abord – d’où mon choix final a s’en encontre.
- Les missions de la quête principale sont franchement excellentes et entre le duel contre le crapaud géant, la scène du mariage (hilarante), le casse d’un coffre fort a Oxenfurt, la virée dans le monde onirique inventé par l’épouse d’Olgierd et le final oh combien diabolique, on ne s’ennui pas une seconde !
- Certains auront pesté contre ces boss quasiment invincibles, personnellement, je trouve que ce fut une bonne chose et que cela à apporter quelque chose au chalenge !
- Coté durée de vie, on nous avait promis dix heures environ, il m’en aura fallut une quinzaine pour en venir a bout – quête principale, missions annexes, chasse au trésor, contrats…

Points Négatifs :
- Pas vraiment de dépaysement ici puisque juste une petite portion au nord-est de Novigrad est développée dans ce DLC.
- Les quêtes annexes et les chasses au trésor sont peu nombreuses, hélas ; que voulez vous, j’en voudrais toujours plus !
- Quasiment aucun lien avec l’intrigue du jeu principal, ce qui est dommage et apporte même quelques petites incohérences comme ces gardes qui ne cessent de clamer « longue vie a Radovid » alors que ce dernier est mort depuis belle lurette…
- Quelques petits bugs, ici et la, mais sans grande conséquence au final.

Ma note : 8,5/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...