vendredi 9 décembre 2016

BLACK SCIENCE – SUR LES RIVES DU LÉTHÉ


BLACK SCIENCE – SUR LES RIVES DU LÉTHÉ

Un homme caché par un grand manteau et un masque déambule dans un lieu inconnu à la recherche d'un certain objet. Une fois celui-ci retrouvé, il retourne dans son antre. Il s'agit de Grant McKay. Celui-ci souffre de troubles de la mémoire depuis déjà trois ans. Parfois, il a des flashs lui montrant son passé. Il se revoit notamment lorsqu'un jour où il était malade, il dut retourner chez lui et surpris sa mère en train de tromper son père avec un autre homme. Afin de lui faire tenir sa langue, sa maman lui dit que le Goongaloonga viendrait le dévorer s'il trahissait ce secret. Une autre fois, il eut une vision lui disant de passer de l'autre côté de la colline. Alors que Grant s'approche d'une grotte, un monstre apparaît, celui de son enfance. Heureusement, son frère le sauve. Un frère qui ne devrait pas être là et qui lui dit qu'il ne peut rien faire contre la créature...


Black Science – Sur les rives du Léthé
Scénario : Rick Remender
Dessins : Matteo Scalera
Encrage : Matteo Scalera
Couleurs : Moreno Dinisio
Couverture : Matteo Scalera
Genre : Science-Fiction
Editeur : Image Comics
Titre en vo : Black Science – Volume 4
Pays d’origine : Etats-Unis
Parution : 31 mai 2016
Langue d’origine : anglais
Editeur français : Urban Comics
Date de parution : 26 août 2016
Nombre de pages : 160

Liste des épisodes
Black Science 17-21

Mon avis : Quatrième tome de cette excellente série qu’est Black Science, ce nouvel album, le dernier paru en France pour le moment (ce qui signifie que je vais devoir patienter longtemps pour découvrir la suite) confirme une fois de plus tout le bien que l’on peut penser au sujet d’un auteur comme Rick Remender, ce dernier n’étant jamais aussi bon que lorsqu’il est libéré des contraintes éditoriales d’une grosse compagnie comme Marvel. En effet, entre un univers (ou plutôt des univers) original, des personnages charismatiques au possible malgré leurs simplicités apparentes et leurs nombreux défauts et, bien entendu, cette fameuse thématique familiale qui reste le grand cheval de bataille de Remender, Black Science reste une valeur sure de la bande dessinée nord-américaine actuelle, pour ne pas dire, soyons fous, l’un de ses plus beaux fleurons. Il faut dire que, coté dessins, Matteo Scalera, artiste génial, sublime un scénario qui le mérite bien et, une fois de plus, au cours de ces cinq nouveaux épisodes qui composent cet album, certaines planches sont tout bonnement sublimes et brillent par leur inventivité. Bref, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes ? En fait, presque car si, indéniablement, ce quatrième volume de la série reste, qualitativement parlant, de haute volée, force est de constater que l’on regrettera, un chouia, qu’il soit trop centré sur Grant McKay, la plupart des autres protagonistes brillant par leur quasi-absence – et lorsque l’on sait que l’on pouvait avoir des doutes quant au sort de certains d’entre eux, je vous laisse imaginer mon désarroi ! Mais bon, d’un autre coté, si l’on bouffe du Grant McKay du début à la fin de ce quatrième tome, force est de constater que vu le nombre de révélations qui sont faites sur son passé et plus précisément, sur son rapport avec ses parents, rapport qui aura modelé l’homme qu’il est devenu, tout cela s’est avéré nécessaire afin de mieux cerner un personnage tellement peu sympathique que l’on avait jusque là bien du mal a lui trouver des excuses. Bref, vous l’avez compris, avec ce quatrième volume de Black Science, les amateurs de la série vont encore passer un très bon moment, les fans de Remender chanter ses louanges, quand aux autres, eh bien, il serait peut-être temps de s’intéresser un peu a cette œuvre décidément hors du commun !


Points Positifs :
- On croyait tout connaitre sur  Grant McKay, protagoniste principal de l’histoire et individu fort peu sympathique, eh ben, c’était bien mal connaitre ce diable de Rick Remender qui nous livre dans ce tome tout un tas de révélations sur son enfance, révélations qui viennent expliquer l’homme qu’il est devenu, mais aussi, atténuer le ressenti que l’on pouvait éprouver a son égard…
- D’ailleurs, sur ce point, Remender va loin pour ce qui est des parents de Grant McKay : entre un père suicidé et une mère qui couchait avec tout ce qui bougeait et qui traite son fils comme un moins que rien, pas étonnant que ce dernier ait fait n’importe quoi avec sa famille.
- Matteo Scalera livre encore une prestation tout simplement magnifique ! Certes, ce n’est pas une surprise mais bon, force est de constater que certaines planches sont somptueuses, que tout cela fourmille d’idées audacieuses et qu’il y a même une belle référence a Blacksad !
- La manière dont Grant McKay se venge de Rebecca est délicieusement perverse mais bien méritée !

Points Négatifs :
- Un tome beaucoup trop centré sur Grant McKay, ce qui fait que, du coup, quasiment tous les autres protagonistes brillent par leur absence. Et vu que cela fait depuis la fin du troisième tome que je me pose des questions sur le sort de Kadir…
- Que Grant McKay éprouve des remords sur son comportement inqualifiable vis-à-vis de sa famille, qu’il souhaite tout faire pour les sauver, c’est une chose – surtout qu’elle est au cœur de l’intrigue de Black Science – mais bon, par moments, il pourrait arrêter de geindre un peu ?!
- Une couverture pas vraiment top…

Ma note : 8/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...