vendredi 9 décembre 2016

OXYGÈNE 7-13


OXYGÈNE 7-13

Jean Michel Jarre

1 - Oxygène 7 (Jean Michel Jarre) 11:41
2 - Oxygène 8 (Jean Michel Jarre) 3:54
3 - Oxygène 9 (Jean Michel Jarre) 6:13
4 - Oxygène 10 (Jean Michel Jarre) 4:16
5 - Oxygène 11 (Jean Michel Jarre) 4:58
6 - Oxygène 12 (Jean Michel Jarre) 5:36
7 - Oxygène 13 (Jean Michel Jarre) 4:23


Oxygène 7-13
Musicien : Jean Michel Jarre
Parution : 20 mai 1997
Enregistré : 1996 – 1997
Durée : 41:12
Genre : Musique électronique
Producteur : Jean Michel Jarre
Label : Disques Dreyfus

Musiciens :
Jean Michel Jarre : ARP 2600, Eminent 310, EMS AKS, EMS VCS3, Mellotron, Akai MPC3000, Clavia Nordlead, Digisequencer, Korg Prophecy, Kurzweil K2000, Logic Audio, Quasimidi Raven RMI, Roland JV-90, Roland TR-808, Roland DJ-70, Theremin, Yamaha CS-80

Mon avis : Le hasard faisant souvent bien les choses, alors que, ce mois ci, sortait un certain Oxygène 3, dernier opus en date de Jean Michel Jarre qui fêtait ainsi le quarantième anniversaire de la sortie de ce qui restera incontestablement comme son chef d’œuvre absolu, je veux bien évidement parler de Oxygène, je me suis enfin décidé a découvrir, enfin, la toute première suite de ce chef d’œuvre de la musique électronique ; car oui, si Oxygène 3 est le troisième, c’est que, quelque part, il y eut un second avant lui… Ainsi, en 1997, c’est-à-dire, un peu plus de 20 ans après le Oxygène, paraissait dans les bacs un certain Oxygène 7-13, suite officielle de son illustre ainé. Bien évidement, a l’époque, ayant franchement délaissé les productions du sieur Jarre, j’étais complètement passé a coté de cet album et ce n’est donc qu’aujourd’hui, qu’enfin, j’ai eu l’opportunité de le découvrir… pour quel résultat ? Eh ben, disons que, sans la moindre surprise, Oxygène 7-13 ne tient absolument pas la comparaison avec Oxygène premier du nom : ce fait, incontestable, étant de toutes façons on ne peut plus logique et il aurait été impossible que cette suite puisse s’approcher de la qualité de son ainé. Mais si au petit jeu des comparaisons, les choses étaient entendues d’avance, force est de constater que tout n’est pas à jeter, loin de là, dans cet Oxygène 7-13 ! Ainsi, premièrement, le fait que Jean Michel Jarre décide, pour cette suite, de mettre de coté tout appareil moderne et revienne aux instruments de ses débuts : l’idée est intéressante et cela permet, pour les fans, de renouer avec les sons des débuts du musicien. Ensuite, il est clair que certains titres sortent du lot et, sur ce point, malgré une première approche difficile – comme je le disais lors de la critique de Chronologie, il y a presque trois mois, jusque là, je ne vous avais parlé que des albums que je connaissais, ou presque, et ne connaissant absolument pas les productions plus récentes du sieur Jarre, je me doutais bien qu’il me faudrait un petit temps d’adaptation – au fil d’une réécoute, j’ai commencé a changer d’avis, particulièrement pour ce qui est du titre qui ouvre le bal, Oxygène 7, qui annonce tout de suite la couleur. Oxygène 8, forcément, de par sa mélodie entrainante, est le morceau que l’on retient le plus facilement à l’écoute, ce qui, hélas, n’est plus vraiment le cas par la suite, le principal défaut, selon moi, de cet album, étant justement le manque de mélodie de l’ensemble. Mais bon, malgré ce fait, il est clair que Oxygène 7-13, sans être un grand album, reste une suite plutôt acceptable de ce véritable chef d’œuvre qu’est Oxygène : le pari, forcément, était risquer, mais dans l’ensemble, Jean Michel Jarre, en renouant avec ses débuts, le réussi assez bien. Au final, pour ma première expérience avec un album post-Chronologie, la déception ne fut pas au rendez vous – d’un autre coté, je n’attendais pas un chef d’œuvre non plus – ce qui fait que, maintenant, je pourrais me plonger avec un certain optimisme dans les œuvres plus récentes du maitre, en attendant, bien entendu, de découvrir ce fameux Oxygène 3 qui est au cœur de l’actualité musicale…


Points Positifs :
- Faire une suite à Oxygène, véritable chef d’œuvre de la musique électronique !? Le pari était osé et il y avait de quoi avoir quelques craintes quant au résultat final, sauf que, si bien évidement, au petit jeu des comparaisons, Oxygène 7-13 ne tient pas la route face a son ainé, dans l’ensemble, cela reste un bon album, qui se dévoile au fil des écoutes successives…
- Le fait que Jean Michel Jarre n’utilise que des instruments datant de l’époque de ses débuts, ce qui permet de maintenir une cohérence musicale entre Oxygène et Oxygène 7-13.
- Quelques morceaux sortent indéniablement du lot, comme Oxygène 7, qui ouvre le bal, Oxygène 10, Oxygène 12 et, bien entendu, Oxygène 8, celui-ci pour sa mélodie implacable.
- Une pochette plutôt réussie.

Points Négatifs :
- Bien évidement, étant une suite, Oxygène 7-13 est comparé en permanence a Oxygène, ce qui est humain, et, du coup, cela joue indéniablement en sa défaveur.
- En dehors de Oxygène 8, il est clair que le reste des titres souffrent un peu d’un certain manque mélodique par moments ; oui, on à déjà connu Jean Michel Jarre plus inspiré sur ce point là.
- Oui, certains titres sortent du lot, c’est clair, mais pour les autres, c’est nettement plus moyen, ce qui est dommage…

Ma note : 7/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...