jeudi 31 décembre 2015

Bilan de l’année 2015


Bon bah voilà, comme chacun sait, nous sommes le 31 décembre 2015, à quelques heures à peine des douze coups de minuits qui annonceront la toute nouvelle année, 2016 ! Bien évidemment, et comme il est de coutume sur ce blog depuis six ans désormais, je tenais à revenir sur les œuvres qui m’ont le plus marqués au cours de ces douze derniers mois. Bien sûr, je dois reconnaitre que cela n’a rien de bien original ; après tout, il est de coutume, dans les derniers jours d’une année, de rappeler les événements qui l’ont marqué (il suffit de regarder la télévision ou de lire la presse pour le constater), cependant, plutôt que de tourner autour du pot, il est temps de revenir sur cette année 2015 qui n’en a plus, désormais, pour très longtemps :


Livre de l’année : Les Tommyknockers

Je dois reconnaitre que pendant quelques mois, je me suis bien demander quel bouquin j’allais choisir pour être le livre de cette année 2015, non pas en raison d’une baisse qualitative de mes lectures mais davantage dut au fait que je n’arrivais pas à trouver une œuvre qui, sincèrement, se démarquait véritablement des autres. De plus, 2015, en quelque sorte, aura été marqué, principalement, par deux auteurs : premièrement, David Gemmell pour les premiers mois de l’année, histoire de poursuivre sur la lancée de 2014, puis, deuxièmement, depuis la rentrée, Stephen King. Et justement, ce fut chez ce dernier que j’aurai fait mon choix… non pas forcément avec un de ses meilleurs romans – cela aurait put être le cas mais vu qu’il s’agissait de relectures, je ne souhaitais pas en choisir une et la mettre en avant – mais avec un de ses titres, Les Tommyknockers, ouvrage souvent sous estimé voir décrié par bon nombre de ses fans, roman que j’avais essayer de lire il y a de cela environ vingt ans, sans succès, et que, curieusement, j’ai fortement apprécié cette fois ci. Alors bien entendu, au vu des très nombreuses œuvres de la bibliographie de Stephen King, il est évidant que Les Tommyknockers n’est pas son meilleur titre, mais bon, au vu des circonstances et, comme je l’ai dit, je ne souhaitais pas mettre en avant une relecture, on dira que cette œuvre aura bénéficié d’un sympathique concours de circonstances pour être le Livre de cette année 2015 !


BD de l’année : Thorgal

Pour ce qui est de l’univers, assez vaste, de la bande dessinée (BD européenne, comics et mangas), au moins, ici, les choses auront été faciles et je n’ai absolument pas hésité quand a mon choix final. Ainsi, et même si ces derniers mois, les comics auront pris une place primordiale sur ce blog (ce qui n’était jamais arrivé a ce genre), je ne pouvais pas ne pas choisir Thorgal en tant que BD de l’année 2015. Non pas un album en particulier mais la série dans son intégralité, et ce, même si cela fait quelques années que je me suis lancer dans celle-ci. Car bon, comment dire, s’il y a bien une série qui aura été sur le devant de la scène depuis cette été, une série, accessoirement, majeure du genre franco-belge et dont je vous ait proposer, ni plus ni moins que les critiques de 28 albums (sur 35), c’est bel et bien Thorgal, alors, après ce simple constat, comment aurais-je put choisir une autre œuvre ?


Film de l’année : Interstellar

2015 fut une année très riche en cinéma pour moi et, franchement, pas mal de longs métrages auraient put avoir droit a cette distinction si recherchée de meilleur Film de l’année. Pourtant, mon choix ne fut pas bien compliquer car, si les films dont j’ai put publier des critiques pour la première fois sur ce blog au cours de ces douze derniers mois mais que je connaissais déjà pour les avoir vu une ou plusieurs fois dans le passé étaient bien évidement hors-jeu d’entrée de piste, pour le reste, dès que j’ai eu le plaisir de regarder un certain Interstellar, en avril dernier, mon choix était quasiment fait et, comme vous pouvez le constater, au final, je n’ai pas changer d’avis. Mais finalement, comment pouvait-il en être autrement avec cette œuvre de science fiction tellement attachante et poétique par moments ?!


Série de l’année : Breaking Bad

Pour ce qui est des séries, 2015 restera aussi comme un bon cru, incontestablement et, au cours de ces douze derniers mois, maintes d’entre elles auraient put prétendre, sans problème, au titre de Série de l’année. Cependant, la aussi, mon choix fut facile, très facile même et ce n’est pas une saison d’une série en particulier mais l’intégralité d’une série qui obtint la récompense tant convoitée, Breaking Bad. Alors bien sur, l’on me dira que celle-ci n’est pas récente et que, sur ce coup, je suis un peu en retard d’un train, mais bon, peu importe car Breaking Bad, je l’ai découvert cette année et, forcément, au vu de l’immense qualité de cette œuvre, je me suis enfiler les cinq saisons d’une traite, ne boudant pas mon plaisir devant ce que j’ai considéré comme étant, après coup, l’une des meilleures séries qu’il m’ai été donné de voir au cours de ma vie, rien de moins ! Alors forcément, comment ne pouvait-elle pas être la Série de cette année 2015 ?!


Jeux Vidéo de l’année : Tomb Raider

Je pense ne pas me tromper en affirmant que 2015 fut l’année, depuis que ce blog existe, où j’aurai le plus jouer a des jeux vidéos, ce qui, il faut le reconnaitre, ne m’arrivait plus depuis une éternité, tout simplement. Qui plus est, si la quantité fut au rendez vous, la qualité n’en fut pas en reste et d’ailleurs, si je dois être tout à fait objectif, nombreux furent les jeux qui auraient mérité le titre suprême de Jeu de l’année 2015. Du coup, mon choix ne fut pas facile devant un panel aussi conséquent de superbes softs mais comme il me fallait en choisir un, au final, j’ai souhaité mettre en avant un certain Tomb Raider. Pourquoi celui-ci et pas un autre ? Déjà, pour la qualité de ce relaunch sur PS3, incontestable, mais aussi, pour ce que cette saga vidéoludique représente pour moi, et ce, depuis près de vingt ans… Alors, que le retour en grâce de Lara Croft obtienne le titre de Jeu de l’année 2015 était, finalement, un choix on ne peut plus naturel…


Disque de l’année : Oxygène

Une fois de plus, la musique aura été le parent pauvre sur ce blog et franchement, on ne peut pas vraiment dire que j’aurai tenu parole quand a mon envie de publier davantage de critiques d’albums cette année – allez, je le promet, cela sera pour l’année prochaine. Fort heureusement, ces derniers temps, après avoir eu envie de me replonger dans les œuvres d’un musicien qui avait énormément compter pour moi étant adolescent, je veux bien évidement parler de Jean Michel Jarre, les critiques musicales sont réapparues, tout juste a temps pour que je fasse un choix – ce qui aurait été on ne peut plus compliquer sans cela. Et parmi les trois albums critiqués ces dernières semaines, j’ai souhaité mettre en avant Oxygène, et ce, principalement pour la simple et bonne raison que plus jeune, j’avais des préférences pour d’autres opus de Jean Michel Jarre mais qu’en vieillissant, en me replongeant dans ses œuvres, il m’est apparu que ce tout premier album du magicien de la musique électronique, était, non seulement sa plus belle réussite, mais aussi et surtout, un pur chef d’œuvre…


Revue de l’année : Charlie Hebdo 1178

Ma dernière récompense pour cette année est un peu spéciale, comme vous pouvez le constater. En effet, cette fois ci, je n’ai pas souhaité donner le titre de Revue de l’année au magazine le plus réussi de ces douze derniers mois mais à un numéro devenu célèbre, par la force des choses, de Charlie Hebdo. Certes, je ne reviendrais pas sur les circonstances du drame du sept janvier dernier, ni même sur les attentats du 13 novembre dernier et encore moins, car la chose est générale, sur la véritable déclaration de guerre faite au monde entier et la menace que représente DAESH, ce blog n’étant pas le lieu de le faire. Mais bon, au vu des événements de ces derniers mois, au vu de ce qui nous attend encore tant que l’occident n’aura pas réglé le problème que représente ces quelques dizaines de milliers de fous de Dieu, il me fallait, en quelque sorte, marquer le coup, et, justement, pour cela, je ne pouvais pas trouver plus beau symbole que ce numéro Charlie Hebdo

Bon bah voilà, il me semble que c’est tout pour cette année, il est donc temps pour moi de vous souhaiter de passer un excellent réveillon, de fêter comme il se doit (mais avec modération les amis, franchement, je vais joueur les vieux chiants mais tant pis, inutile de picoler comme des trous au point de rouler sous la table) l’année 2016 qui arrive dans quelques heures et de saluer, une dernière fois, 2015, une année faite de hauts et de bas, pas toujours heureuse au vu des nombreux événements qui l’ont émailler, mais une année faite aussi, d’un point de vu personnel, de bons moments. Et pour finir, comme il se doit, je ne pouvais pas vous quitter sans la traditionnelle salutation d’usage : bonne année a tout le monde !

2 commentaires:

Tigger Lilly a dit…

Beau bilan !
Je plussoie sur la mésetime des Tommyknockers. Moi aussi c'est un bouquin que j'ai adoré. Sais-tu qu'il existe un téléfilm en plusieurs parties qui n'est pas mal du tout (dans mon jeune souvenir tout au moins je ne l'ai plus revu depuis des lustres) ?
Interstellar très bon et Breaking Bad aussi, même si j'avais failli abandonner à la fin de la saison 2 pour cause de rythme en baisse. Puis on a commencé à vraiment beaucoup en parler et je me suis dit que j'allais lui redonner une chance. Sans regrets.

Feanor a dit…

Pour ce qui est du téléfilm des Tommyknockers, j'en ai entendu parler mais je n'ai jamais eu l'occasion de le voir. Peut-être un jour si l'occasion se présente...

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...