mardi 13 juin 2017

SOUVENIRS DE MARNIE


SOUVENIRS DE MARNIE

Anna, une jeune fille solitaire, timide et agoraphobe, a perdu sa famille très jeune et vit avec ses parents adoptifs. Malgré son talent prometteur de dessinatrice, elle peine à s'intégrer auprès de ses camarades dans la grande ville où elle habite. Son asthme s’aggrave et sa mère adoptive décide d'envoyer Anna à la campagne pour l'été, chez des parents à elle : Setsu et Kiyomasa Oiwa, qui vivent près de la mer au nord d'Hokkaïdo. C'est une belle aventure d'été qui commence pour Anna quand elle découvre une grande demeure construite au cœur des marais, non loin du village. Cette maison inhabitée, appelée « La Maison des Marais » par les habitants, semble avoir quelque chose de familier pour la jeune fille. Il lui semble d'ailleurs que la maison est habitée. Kiyomasa prétend qu'elle est hantée.


Souvenirs de Marnie
Réalisation : Hiromasa Yonebayashi
Scénario : Keiko Niwa, Masashi Andō et Hiromasa Yonebayashi
Musique : Takatsugu Muramatsu
Production : Studio Ghibli, Walt Disney Studios Entertainment
Genre : Animation, Drame
Titre en vo : Omoide no Mānī
Pays d'origine : Japon
Langue d'origine : japonais
Date de sortie : 19 juillet 2014
Durée : 103 mn

Casting :
Sara Takatsuki : Anna Sasaki
Kasumi Arimura : Marnie
Hana Sugisaki : Sayaka
Hitomi Kuroki : Hisako
Ryōko Moriyama : femme âgée
Nanako Matsushima : Yoriko Sasaki
Susumu Terajima : Kiyomasa Oiwa
Toshie Negishi : Setsu Oiwa
Kazuko Yoshiyuki : Nanny
Ken Yasuda : Toichi
Yo Oizumi : docteur Yamashita
Hiroyuki Morisaki : professeur d'art

Mon avis : Bon, déjà, je dois reconnaitre que je n’avais jamais entendu parler de ce Souvenirs de Marnie, une des dernières œuvres en date du célèbre Studio Ghibli – oui, celui où officie le grand Hayao Miyazaki bien que celui-ci n’ai rien à voir avec ce film d’animation. Mais bon, cela importait peu et ce fut donc avec une certaine curiosité que je me suis lancé, hier soir, dans son visionnage… et le résultat, eh bien, comment dire… disons que j’ai été loin d’être emballer, mais alors, très loin ! Bon, disons le tout de suite, Souvenirs de Marnie n’est pas un mauvais film, loin de là, mais je trouve qu’il rate le coche pour de multiples raisons : ainsi, si le postulat de départ – une jeune fille un peu paumée dans sa tête qui s’en va passer quelques semaines a la campagne et qui est terriblement attirée par une ancienne demeure que l’on dit hantée – n’est pas mauvais en soit, la suite, elle, est davantage problématique. Déjà, pour le coté franchement gnangnan de la chose ; bon, je suis peut-être un peu dur mais toutes ces embrassades, ces grandes déclarations d’amour, assez rapidement, cela m’a soulé. Mais justement, tous ces câlins entre les deux héroïnes – Anna et Marnie que l’on devine être un fantôme – m’ont fait me dire qu’il y avait comme un petit sens caché a cette relation pour le moins très proche : une histoire d’amour entre deux jeunes filles !? Sincèrement, il est difficile de ne pas y penser même si la chose n’est jamais totalement admise : la promenade en barque au clair de lune, la danse dans le jardin, les embrassades avec tous les « je t’aime plus que quiconque », la scène de jalousie a l’encontre d’un garçon, etc. Mouais, tout cela n’est pas bien claire, ou alors, un peu trop justement. Bon, ce n’est pas assumé mais pourquoi pas puisque, selon moi, on vit une époque où il n’y a pas besoin de le hurler sur les toits non plus… Mais le souci vient ensuite, avec cette héroïne, Anna donc, qui assez rapidement, affirme qu’elle a imaginé Marnie, que cette dernière n’existe pas mais qui… ne cesse de la rechercher malgré tout. Là, franchement, je m’y suis un peu perdu. Reste la révélation finale qui n’en est pas vraiment une lorsqu’elle survient puisque, a ce moment là, celui qui n’avait pas deviner que Marnie était soit la mère soit la grand-mère d’Anna, eh bien, c’est qu’il avait dormis pendant une bonne partie du film… Bref, bourré de contradictions, n’assumant pas totalement son propos et un poil trop niais par moments, Souvenirs de Marnie rate le coche, et pas qu’un peu d’ailleurs ! Reste les dessins et l’animation, sans fautes – mais cela est normal – et quelques passages enchanteurs qui, hélas, ne suffisent pas à sauver ce long métrage, loin de là…


Points Positifs :
- Le personnage d’Anna, jeune fille franchement pas bien dans sa tête et dans son corps et qui dénote énormément du genre d’héroïnes que nous propose traditionnellement le Studio Ghibli.
- Un certain onirisme plutôt enchanteur se dégage de certaines scènes, particulièrement autour de cette demeure, a la fois pleine de vie et abandonnée.
- S’il y a bien une histoire d’amour entre les deux jeunes filles, alors, tous les non dits, les sens cachés et les sentiments exprimés prennent tout leur sens.
- Pour ce qui est de l’animation, il n’y a rien à redire mais cela est normal puisque l’on est chez les maitres du genre.

Points Négatifs :
- Une histoire bourrée de contradictions : ainsi, Anna affirme rapidement qu’elle a imaginer Marnie mais ne cesse de chercher sa présence par la suite, ensuite, malgré la découverte du journal intime de cette dernière, elle persiste et signe et nie son existence passé, tout en se mettant en colère contre elle par jalousie. Hum, pas tout compris là…
- Certaines scènes sont tellement gnangnan qu’elles en deviennent gênantes.
- Un manque d’empathie pour le personnage de Marnie, présentée comme étant formidable, exceptionnelle, mais bon, à part une fille de riche délaissée par ses parents, je ne vois rien qui la fait sortir du lot.
- La révélation finale – Marnie est la grand-mère d’Anna – est prévisible et ne surprend absolument pas le spectateur attentif.

Ma note : 6/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...