lundi 5 novembre 2012

THORGAL – AU-DELÀ DES OMBRES


THORGAL – AU-DELÀ DES OMBRES

Un vieil homme traverse une ville crasseuse, noyée sous la pluie. Il entre dans une auberge et y cherche le vaillant chevalier Thorgal. Mais on lui rit au nez, car le chevalier en question n'est rien de plus qu'un mendiant sur lequel les clients essuient leurs bottes... Devenu muet et apathique, Thorgal ne cherche même plus à mendier sa nourriture. Shaniah l'accompagne et s'efforce de le maintenir en vie. Malgré cela, le vieil homme, Wargan, a besoin de Thorgal, porteur de la clé du Deuxième Monde !


Thorgal – Au-delà des ombres
Scénario : Jean Van Hamme
Dessins : Grzegorz Rosinski
Couleurs : Grzegorz Rosinski
Couverture : Grzegorz Rosinski
Editeur : Le Lombard
Genre : Heroic Fantasy, Science-Fiction
Pays d’origine : Belgique
Langue d’origine : français
Parution : août 1983
Nombre de pages : 46

Mon avis : J’avais laissé Thorgal un peu de coté quelques mois puisque la critique du tome précédant, La Galère noire, remonte déjà a aout dernier. Pour rappel, et particulièrement pour ceux et celles qui connaitraient mal ce monument de la bande dessinée franco-belge, La Galère noire était en fait la première partie de ce que les fans ont surnommés la trilogie de Brek Zarith, sans nul doute l’une des plus belles réussites de toute la série. Et donc, après une entrée en matière plutôt réussie, j’au l’agréable surprise de lire tout bonnement… ce qui est le meilleur album de Thorgal depuis les débuts de la saga ! Il faut dire que l’on retrouve ici tout ce qui a fait l’intérêt de la série depuis ces débuts : déjà, l’univers de Thorgal, attirant au possible et qui oscille entre une certaine Fantasy mais davantage proche des légendes nordiques et germaniques que de la bien trop pâle copie de Donjons & Dragons. Ensuite, le mélange des genres qui, de mon point de vue, a toujours bien fonctionné : notre héros, ici, se voit plonger, afin de sauver son aimée, dans un autre monde, un univers parallèle en quelque sorte, replongeant carrément dans le temps avant de rencontrer, rien que ça, la Mort elle-même, du moins, l’un de ses avatars. Et si, dit comme cela, certains pourront trouver la chose peu originale, à la lecture, il en est tout autre et chaque page, ou presque, est un véritable régal pour le lecteur, tant, déjà, par les multiples bonnes idées qui parsèment cet album, mais également par la qualité des dessins qui, d’album en album, ne cessent de s’améliorer – même si, pour un jeune lecteur, ceux-ci pourront paraitre un peu trop vieillot. L’intrigue ne permet pas un seul moment de répit, les protagonistes rencontrés, parfois sur une ou deux cases, sont tous marquants, et certaines planches sont tout bonnement somptueuses de par leur découpages ; le tout, empreint d’une certaine tristesse et d’un fatalisme pesant, accouche d’un final certes sans surprises mais oh combien réussi – la belle et si triste mort de la jeune Shaniah – mais qui fonctionne parfaitement, et qui, personnellement, m’a franchement toucher. Bref, et vous l’avez compris, un excellent album de Thorgal selon moi, le meilleur depuis le début et qui confirme, une fois de plus, tout le bien que je pense vis-à-vis de cette œuvre dans son ensemble.


Points Positifs :
Au-delà des ombres est tout simplement le meilleur album de Thorgal depuis les débuts de la série : que ce soit par son scénario parfaitement abouti et maitrisé, ses dessins somptueux, le déroulement de l’intrigue et ce final d’une infinie tristesse, il n’y a aucune fausse note…
- Indéniablement, s’il y a un protagoniste qui se démarque grandement dans cet album, c’est bel et bien Shaniah : la jeune adolescente amoureuse et parfois mesquine du tome précédant a bien grandit, elle aime toujours Thorgal, le suit jusqu’au royaume des morts et finit par se sacrifier par amour. C’est beau, émouvant… et puis, son regard lorsqu’elle dit à Thorgal qu’elle l’aimait à en mourir…
- A moins d’être totalement sans cœur, il est impossible de ne pas être toucher par cette histoire tellement touchante où l’amour est au centre de tout : celui de Thorgal pour sa femme, bien entendu, mais surtout, mais celui, non partagé, de Shaniah pour Thorgal.
- Jamais Grzegorz Rosinski n’avait livré jusque là une prestation aussi somptueuse ; c’est tout simplement magnifique !
- Ah, les descentes dans le royaume des morts ou aux enfers ont toujours la cote et, franchement, comment ne pas être captiver par celle-ci !?
- Mine de rien, pas mal l’idée de voyager dans le temps pour parvenir dans le royaume des morts.

Points Négatifs :
- S’il fallait trouver un défaut a cet album, disons que la couverture n’est absolument pas a la hauteur de son contenu ; dommage tout de même…

Ma note : 8,5/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...