samedi 27 juin 2015

THORGAL – L'ENFANT DES ÉTOILES


THORGAL – L'ENFANT DES ÉTOILES

Le drakkar perdu : En mer, il y a bien longtemps... Un drakkar fend avec difficulté les flots déchaînés par la tempête. A son bord, quinze vikings épuisés, seuls survivants d'une grande expédition qui a tourné au désastre. Pour l'ambitieux Gandalf, le responsable de cet échec est sans nul doute leur chef, Leif Haraldson !
Le métal qui n'existait pas : Ivaldir, père de tous les nains, fut défié il y a plus de 1000 ans par le serpent Nidhogg. Une simple partie de dames eut pour enjeu leur plus grand bien, leur nom, et... Ivaldir perdit. Nidhogg lança alors un terrible défi : il rendrait son nom à Ivaldir si les nains réussissaient à fabriquer un bijou dans le métal qui n'existe pas !
Le talisman : Dans une forêt du nord, noyée par la pluie, un jeune garçon tente d'abattre un faisan. Mais la pluie le gêne et ce n'est pas encore aujourd'hui qu'il pourra manger de la viande. Il a quitté son village depuis trois jours déjà dans l'espoir d'atteindre la forêt brûlée du dieu descendu des étoiles...


Thorgal – L'enfant des étoiles
Scénario : Jean Van Hamme
Dessins : Grzegorz Rosinski
Couleurs : Grzegorz Rosinski
Couverture : Grzegorz Rosinski
Editeur : Le Lombard
Genre : Heroic Fantasy, Science-Fiction
Pays d’origine : Belgique
Langue d’origine : français
Parution : Septembre 1984
Nombre de pages : 46

Mon avis : Dans le petit monde de la bande dessinée franco-belge, s’il y a bel et bien une série dont les débuts commencent déjà a dater – plus de trois décennies – mais qui n’a quasiment pas pris une ride et qui se lit toujours aussi bien de nos jours, c’est bel et bien Thorgal, héros viking aux origines pour le moins spéciales – oui, il vient d’ailleurs – et dont les aventures se poursuivent encore de nos jours. Bien évidement, d’autres œuvres anciennes peuvent se targuer, de par leur qualité, d’être toujours aussi bonnes malgré le temps qui passe, mais dans le genre Heroic Fantasy (avec un soupçon de SF très seventies), je ne vois guère que ce bon vieux Thorgal a ne pas se démoder… Curieusement, avec celui-ci, j’ai toujours au une relation pour le moins particulière : découvert véritablement sur le tard, j’apprécie grandement ses albums mais, met un temps fou a chaque fois a me procurer la suite, ainsi, avant cet Enfant des étoiles, il faut remonter a novembre 2012 pour ma lecture du tome précédant, La chute de Brek Zarith – plus de deux ans et demi mine de rien ! Mais a chaque fois, c’est pareil car dès les premières pages me revient rapidement en mémoire tout ce qui fait de cette œuvre l’un des incontournables de la BD franco-belge de ces quatre dernières décennies, car oui, avec Thorgal, du moins, principalement pour les premiers albums, on frôle l’excellence ! Ainsi, prenez L’enfant des étoiles qui, accessoirement, est un album un peu singulier : situé hors chronologie, dans ce tome, nous avons droit à trois histoires (eh oui) courtes qui reviennent sur les origines de notre héros. D’abord, Le drakkar perdu où l’on découvre comment les vikings de Leif Haraldson ont découvert celui-ci, encore bébé, après une tempête en mer. Instructif, bien entendu, nous avons là le récit le plus conventionnel. Ensuite, dans Le métal qui n'existait pas, nous avons une histoire où l’élément fantastique est nettement plus présent et où Thorgal, enfant, aide le peuple des nains qui a quelques ennuis avec le serpent Nidhogg. L’élément merveilleux est omniprésent, l’histoire est sympathique et, accessoirement, on en apprend un peu sur celle qui sera la compagne de notre héros, Aaricia. Pour finir, on tombe carrément dans la science-fiction et la théorie des anciens astronautes (qui me plait tellement) dans Le talisman où non seulement Thorgal, âgé de dix ans, rencontre son grand père et apprend tout sur ses origines. Un récit fort intéressant, comme vous pouvez vous en doutez… Bref, vous l’avez compris, avec L’enfant des étoiles, nous avons droit a un album de Thorgal qui sort un peu des sentiers battus mais qui n’en reste pas moins essentiel pour les amateurs : avec ces trois courtes histoires, on en apprend plus sur le passé de notre héros et, accessoirement, tout cela nous permet de faire une pause dans ses aventures… une pause de qualité, ce qui n’est pas plus mal !


Points Positifs :
- De prime abord, on peut trouver cet album un peu singulier – trois courtes histoires qui reviennent sur le passé de notre héros – pourtant, il s’avère que celles-ci sont plutôt instructives sur celui-ci et, accessoirement, de fort bonne qualité.
- Dans l’ensemble, j’ai apprécié les trois récits, pourtant, pour son coté fantastique très marqué, j’ai bien aimé Le métal qui n’existait pas qui est un fort bon divertissement sans prise de tête ; et puis, ils sont sympas les nains et comment ne pas trouver charismatique le serpent Nidhogg !?
- Grand amateur de la théorie des anciens astronautes depuis des lustres, Le talisman ne pouvait que me plaire. Et puis, accessoirement, tout est dit ou presque sur les origines de Thorgal.
- Bien évidement, tout cela date un peu mais sincèrement, cela n’a absolument pas vieilli ; la preuve étant les dessins somptueux de Grzegorz Rosinski qui ne dénotent absolument pas de nos jours.

Points Négatifs :
- Bien évidement, il se peut que certains regrettent que cet album soit composé de trois histoires courtes ; oui, ce n’est pas vraiment un Thorgal typique, mais bon, c’est vraiment pour chipoter…
- Peut-être que je ne suis pas très objectif, que mon âge fait que les dessins et le style narratif ne me choquent pas, mais, il se peut fort bien que les plus jeunes d’entre nous trouvent tout cela un peu vieillot ?

Ma note : 8/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...