vendredi 13 janvier 2017

SORCELEUR – LE SANG DES ELFES


SORCELEUR – LE SANG DES ELFES

Le royaume de Cintra a été entièrement détruit. Seule la petite princesse Ciri a survécu. Alors qu'elle tente de fuir la capitale, elle croise le chemin de Geralt de Riv. Pressentant chez l'enfant des dons exceptionnels, il la conduit à Kaer Morhen, l'antre des Sorceleurs. Initiée aux arts magiques, Ciri y révèle bien vite sa véritable nature et l'ampleur de ses pouvoirs. Mais la princesse est en danger. Un mystérieux sorcier est à sa recherche. Il est prêt à tout pour s'emparer d'elle et n'hésitera pas à menacer les amis du Sorceleur pour arriver à ses fins…


Sorceleur – Le Sang des Elfes
Auteur : Andrzej Sapkowski
Type d'ouvrage : Dark Fantasy
Première Parution : 05 mars 1994
Edition Française : 26 août 2011
Titre en vo : Krew elfów
Pays d’origine : Pologne
Langue d’origine : Polonais
Traduction : Lydia Waleryszak
Editeur : Milady
Nombre de pages : 471

Mon avis : Après deux premiers volumes, Le dernier vœu et L'Épée de la providence, qui, par le biais de plusieurs nouvelles, présentaient l’univers et les protagonistes de la Saga du Sorceleur du sieur Andrzej Sapkowski, bien connue des amateurs du jeu The Witcher 3 (et de ses prédécesseurs), Le Sang des Elfes est, en fait le véritable premier tome de la saga de notre Sorceleur préféré. En effet, ici, finit les nouvelles plus ou moins longues et les petits artifices destinés a les liées entre elles puisque nous avons enfin affaire a un véritable roman, ce qui est un premier changement significatif. Le second, et pas des moindres mine de rien, c’est qu’assez rapidement, a la lecture de ce qu’il faut bien appeler le premier tome de la Saga du Sorceleur, on se rend compte que notre bon vieux Geralt perd un peu de son importance narrative : certes, notre pourfendeur de monstres et bourreau de ses dames est toujours un personnage majeur du cycle, cependant, au vu du défilement des chapitres et de la mise en avant de certains protagonistes, comment ne pas reconnaitre que Yennefer, Triss Merigold, Jaskier (celui-là a un degré moindre) et bien entendu, Ciri, occupent une place tout aussi importante voir plus, ce qui est incontestablement le cas pour la jeune Ciri. D’ailleurs, puisque nous abordons le cas de la princesse Cirilla, comment ne pas reconnaitre qu’en fait, c’est elle le personnage central de l’œuvre écrite par Andrzej Sapkowski ?! Présente du début a la fin, tout tourne autour de sa figure et chaque protagoniste, qu’il soit a ses cotés ou pas, ne cesse d’en faire mention. Cependant, malgré ce fait que l’on ne peut nier, que les plus fervents admirateurs de Geralt de Riv se rassurent car non seulement ce dernier est toujours présent mais en plus, en mettant en avant d’autres protagonistes, le monde qui nous entoure notre héros, ainsi que ses relations, gagne en profondeur, ce qui, ma foi, est une fort bonne chose. Bref, vous l’avez compris, avec Le Sang des Elfes, le Cycle du Sorceleur débute véritablement et, ma foi, sur de fort bonnes bases ; certes, tout n’est pas encore parfait et certains passages restent un peu inégaux, cependant, rien que pour la mise en avant de Ciri et de Yennefer et, justement, pour la superbe relation qui se noue entre les deux, ainsi que l’apparition de tout un tas de personnages qui rappelleront de bon souvenirs aux amateurs de la version vidéoludique (Philippa Eilhart), le fan, déjà conquis par les deux premiers volumes, dévorera avec un plaisir certain ce nouvel épisode des aventures de Geralt, ce, bien entendu, en attendant avec impatience la suite !


Points Positifs :
- C’est avec Le Sang des Elfes que les choses sérieuses débutent véritablement et, ici, les changements sont de taille puisque, en plus de passer du format recueil de nouvelles a roman, certains protagonistes sont mis en avant tout autant que Geralt et le monde où ces derniers vivent est de plus en plus détaillé, ce qui apporte davantage de profondeur a un univers assez réussi dans son ensemble.
- Geralt n’est plus seul a occuper le devant de la scène et des personnages comme Yennefer, Ciri et, a un degré moindre, Triss et Jaskier, prennent de l’importance au point d’avoir droit tout bonnement a des chapitres entiers qui leurs sont consacrés. D’ailleurs, il apparait de plus en plus que Ciri est la véritable héroïne de l’histoire.
- Le destin de Ciri qui passe d’apprentie Sorceleuse a Kaer Morhen sous la houlette de Triss Merigold puis qui développe ses talents magiques par le biais de Yennefer ainsi que la relation très forte entretenue entre l’adolescente et la magicienne est assez captivant.
- Vesemir, Lambert, Eskel, Philippa Eilhart, Shani, les différents rois et reines des royaumes du nord, etc. Tout un tas de personnages font leur apparition, et, ma foi, pas des moindres, bien au contraire !
- Fan des jeux vidéo, ce premier véritable volume de la saga est fait pour vous, surtout pour ce qui est des relations entre Ciri, Geralt, Yennefer et Triss. Accessoirement, a la lecture de tout cela, comment peut-ont ensuite choisir Triss dans The Witcher 3  ?!
- L’intrigue politique et les enjeux en court sont plutôt bien décrits.

Points Négatifs :
- Certains passages sont un poil en retraits et si le chapitre consacré a Ciri a Kaer Morhen et celui où la jeune fille apprend la magie aux cotés de Yennefer sont les deux grands moments du livre, le reste est un poil inférieur. Intéressant mais inférieur…
- Une couverture un peu bof.

Ma note : 8/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...