samedi 21 janvier 2017

DEADLY CLASS – DIE FOR ME


DEADLY CLASS – DIE FOR ME

L'année scolaire se termine à la King's Dominion des Arts Létaux. Or, un examen final doit se tenir et celui-ci exige que les élèves éliminent des « rats » et ont une semaine pour y parvenir. N'étant pas issu d'une famille de la pègre internationale, Marcus fait partie des cibles et n'attend pas une seconde de plus avant de fuir la salle. Les élèves se jettent vite les uns sur les autres. Lui aussi se fait attaqué et il n'hésite pas un instant à dégainer son pistolet et à tirer sur un de ses camarades. Le jeune homme voit son amie Petra être prise pour cible. Il l'aide alors et tous les deux parviennent à s'enfermer dans une salle destinée aux produits d'entretiens. La jeune femme utilise différents bidons et mélangent les substances pour créer un acide qui brûlera celles et ceux qui tentent de les tuer. Pendant ce temps-là, le sang ne cesse de couler au sein de l'école.


Deadly Class – Die for Me
Scénario : Rick Remender
Dessins : Wes Craig
Encrage : Wes Craig
Couleurs : Justin Boyd
Couverture : Wes Craig
Genre : Action
Editeur : Image Comics
Titre en vo : Deadly Class – Die for Me
Pays d’origine : Etats-Unis
Parution : 09 août 2016
Langue d’origine : anglais
Editeur français : Urban Comics
Date de parution : 13 janvier 2017
Nombre de pages : 160

Liste des épisodes
Deadly Class 17-21

Mon avis : Une claque, tout simplement ! Alors bien sur, quelque part, ce ne devrait même pas être une surprise vu tout le bien que je pense de cette série depuis son premier tome, de même, quand on connait l’immense talent du sieur Rick Remender, peut-on encore s’étonner que celui-ci nous livre de véritables petits bijoux !? La réponse devrait être non, et pourtant… Et pourtant, après un troisième volume qui s’était achevé sur un cliffhanger inattendu et qui nous annonçait, par la force des choses, un beau petit jeu de massacres entre les étudiants de première année, force est de constater que Remender a sut, non seulement, maintenir les sommets qualitatifs de sa série qui jusque là, fait quasiment un sans faute, mais qui plus est, et là, il y bel et bien de quoi s’extasier, réussir le mince exploit de faire encore plus fort avec un tome que tout fan de Deadly Class et de comics indé en règle générale n’est pas prêt d’oublier se si tôt… Car si le massacra a bien naturellement lieu, s’il y a moult trahisons, alliances étonnantes et tout un tas de protagonistes qui passent de vie a trépas, comme il fallait s’y attendre, si l’action ne descend pas d’un iota tout au long des cinq épisodes qui composent ce quatrième tome de la saga, là où l’auteur parvient a nous surprendre encore une fois, et de manière totalement inattendue, c’est en trucidant quasiment l’intégralité de son casting principal ! Attention aux spoilers !? Il suffit de jeter un œil aux illustrations de cette critique pour s’en rendre compte, aussi incroyable que cela puisse paraitre… car si en effet, depuis la mort de Maria dans le volume précédant, on pouvait se dire que tout le monde pouvait, tôt ou tard, y passer, entre tout le monde et quasiment tout le monde y compris et surtout le protagoniste principal de l’histoire, il y avait un pas que je ne pensais pas être franchis, et pourtant, ce pas, oh combien osé, Remender l’a franchis allégrement ! Ce final, traumatisant et inattendu vous aura laissé sur les fesses ? Personnellement, moi aussi ! Surtout que maintenant, je suis bien curieux de voir ce que réserve Rick Remender a sa série sans son personnage principal !?


Points Positifs :
- Le final de cet album est l’un des plus inattendus qu’il m’a été donné de lire dans un comics. Il faut dire que Remender fait tuer tout bonnement le héros de l’histoire – à moins qu’il s’en sorte mais franchement, je ne vois pas comment surtout que la série se poursuit sans lui en vo – ce brave Marcus et que, pour une surprise, ce fut une sacrée surprise !
- Marcus n’est pas le seul à passer l’arme a gauche et bon nombre de figures majeures ou secondaires sont trucidées dans cet album qui est un sacré petit jeu de massacre. Certes, depuis la mort de Maria, on se disait que tout le monde pouvait y passer, mais a ce point…
- Scénaristiquement, c’est parfait de bout en bout et il n’y a pas le moindre temps mort ! Pourtant, entre les scènes d’actions, celle plus intimistes, les retournements de situations, les alliances, les trahisons, cela aurait put être le cas, mais non, on ne s’ennui pas une seule seconde !
- Aux dessins, Wes Craig livre une prestation à la hauteur de son talent et sans la moindre fausse note.
- Justin Boyd à fort bien succéder a Matthew Hollingsworth aux couleurs.
- Une couverture moins marquante que les précédentes mais qui reste plutôt bonne.

Points Négatifs :
- La peur pour la suite de la série, sans Marcus et tant de figures importantes. Mais bon, je ne doute pas que l’auteur sait ce qu’il fait, et puis, quel coup de théâtre !
- A part ceux qui restent allergique au style de dessin de Wes Craig ou ceux qui n’aiment pas cette série, je ne vois pas trop…

Ma note : 9/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...