vendredi 13 janvier 2017

DEADLY CLASS – THE SNAKE PIT


DEADLY CLASS – THE SNAKE PIT

Chester Wilson, alias Fuckface, a longtemps torturé Marcus lorsque ce dernier était à l'orphelinat. En réapparaissant des années plus tard, le tortionnaire a de nouveau a de nouveau semé la pagaille dans la vie de Marcus. Responsable avec son gang de nombreux crimes dans la ville, Fuckface s'est également emparé de la seule preuve tangible de la culpabilité de Marcus et ses amis concernant la mort de Chico : sa tête. Alors qu'ils se sont infiltrés dans la base de Fuckface, Marcus et ses amis font le nécessaire mais à l'extérieur, le père de Chico, El Alma Del Diablo, les attend de pied ferme. Accompagné de ses hommes de main, il réclame vengeance. Alors que Marcus et Maria se retrouvent nez à nez avec eux, ils voient Lex se prendre une balle en pleine tête. Sans plus attendre, les deux étudiants s'enfuient à travers les ruelles. El Alma Del Diablo lâche alors son second fils, le grand frère de Chico connu pour être un tueur impitoyable...


Deadly Class – The Snake Pit
Scénario : Rick Remender
Dessins : Wes Craig
Encrage : Wes Craig
Couleurs : Matthew Hollingsworth, Justin Boyd
Couverture : Wes Craig
Genre : Action
Editeur : Image Comics
Titre en vo : Deadly Class – The Snake Pit
Pays d’origine : Etats-Unis
Parution : 20 octobre 2015
Langue d’origine : anglais
Editeur français : Urban Comics
Date de parution : 22 avril 2016
Nombre de pages : 160

Liste des épisodes
Deadly Class 12-16

Mon avis : Après deux premiers volumes tout simplement tonitruants – voir Reagan Youth et The Kids of the Black Hole – ce troisième tome de Deadly Class démarre sur les chapeaux de roues puisque l'on retrouve nos héros face a El Alma Del Diablo, le chef de gang responsable de la mort des parents de Maria et qui souhaite venger l’assassinat de son fils, Chico, tué par cette dernière dans le premier volume. Forcément, on en voit de toutes les couleurs au cours des deux premiers épisodes de ce troisième tome avec une Maria tout bonnement déchainée et qui finit par massacrer tous ses adversaires (enfin, presque tous) de fort belle manière d’ailleurs. Mais là où Rick Remender fait très fort, c’est que tout au long de cet affrontement, on se dit que la jeune fille va y passer, qu’elle ne s’en sortira pas, et c’est finalement quant tout est finit, que le calme est venu après la tempête, bref, qu’on ne craint plus rien pour elle… qu’on tombe des nues lorsqu’elle meure, empoisonnée par le directeur de l’école ! Un sacré choc, plutôt inattendu et qui marque les esprits, Maria étant l’une des protagonistes les plus charismatiques du casting de la série ! Forcément, on se doute que la suite sera moins rose pour ses compagnons survivants, principalement notre héros malgré lui, Marcus, sauf que là-aussi, nouvelle surprise, on ne s’attendait pas a une telle descente aux enfers : réussissant à se mettre a dos le peux d’amis qu’il avait, le bougre disjoncte totalement et semble de plus en plus isolé, malgré un rapprochement avec Petra. Cela nous donne paradoxalement quelques scènes franchement drôles, Marcus étant par moments le Pierre Richard des comics ! Quant au final de ce troisième tome, eh bien, disons qu’encore une fois, Remender réussit a nous surprendre de fort belle manière et que tout cela annonce une suite pour le moins… explosive !


Points Positifs :
- La mort de Maria, bien sur – a moins qu’elle s’en sorte mais je ne vois pas trop comment !? Personnage majeur de la série, son décès, inattendu a ce moment de l’intrigue et après un somptueux chant du cygne, marque les esprits.
- La manière dont Rick Remender maltraite son personnage principal, Marcus, est oh combien jouissive : voilà donc un individu poissart au possible, qui prend systématiquement les mauvaises décisions et qui, dans ce volume, tombe de plus en plus dans la paranoïa au point de s’isoler totalement du peu d’amis qu’il avait encore.
- Deadly Class est vraiment une série a part qui alterne scènes d’une violence extrême avec des moments de rigolade intense, et ce, tout en nous étonnant régulièrement. Un excellent travail narratif de la part de Remender.
- En usant d’humour ou par des moyens plus sérieux, l’auteur traite de certains problèmes de société comme les ravages de la drogue, les maladies sexuellement transmissibles, la politique interventionniste américaine des années 80, etc.
- Coté dessins, si vous êtes fan de Wes Craig, vous constaterez avec plaisir que celui-ci livre une fois de plus une excellente prestation.
- Et encore une magnifique couverture ! Deadly Class, la série qui possède les plus belles couvertures du marché !

Points Négatifs :
- Voir Marcus sombré de plus en plus dans la dépression a un petit coté jouissif et amusant mais au bout d’un moment, on se demande comment ce type réussit à creuser le fond du trou encore et encore ; tout lui arrive a ce bougre !
- Les fans de Maria seront inconsolables encore longtemps…
- Toujours le même souci avec Wes Craig quant a son style : si vous accrocher, comme moi, alors pas de problème, mais si ce n’est pas le cas, vous aurez beaucoup de mal et comme c’est un dessinateur qui divise fortement les avis avec son style franchement pas grand public…

Ma note : 8,5/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...