samedi 29 octobre 2016

SUR LES TRACES DU YÉTI ET AUTRES ANIMAUX CLANDESTINS


SUR LES TRACES DU YÉTI ET AUTRES ANIMAUX CLANDESTINS

Après Monstres des lacs et des océans, Richard D. Nolane poursuit son enquête passionnée dans les domaines ignorés par la science officielle. Depuis un demi-siècle en effet, d’innombrables témoignages et des indices concrets font l’état de l’existence de grandes créatures à l’apparence simiesque dans plusieurs contrées du monde. La plus célèbre est le Yéti, qui hante les hauteurs de l’Himalaya. Mais « l’Abominable Homme-des-Neiges » ne doit pas éclipser ses cousins de Chine, du Caucase et d’Amérique du Nord. Et parmi eux se trouvent peut-être les ultimes descendants des Néandertaliens supposés disparus depuis plus de 30000 ans. Si la poursuite des hominoïdes reliques reste une des préoccupations essentielles de la Cryptozoologie, elle s’emploie aussi à déterminer si d’autres grands animaux préhistoriques n’auraient pas survécu jusqu’à une époque récente ou même jusqu’à nos jours. La découverte de l’okapi et du cœlacanthe a montré que ceci n’a rien d’invraisemblable, bien au contraire, et que l’on doit se poser la question : combien d’espèces vivantes, aujourd’hui encore niées, sortiront-elles bientôt de leur clandestinité ?  


Sur les traces du Yéti et autres animaux clandestins
Auteur : Richard D. Nolane
Type d'ouvrage : Cryptozoologie
Première Parution : 11 février 1994
Edition Française : 11 février 1994
Titre en vo : Sur les traces du Yéti et autres animaux clandestins
Pays d’origine : France
Langue d’origine : français
Traduction : Néant
Editeur : Vaugirard
Nombre de pages : 251

Mon avis : Après avoir abordé le cas des créatures mystérieuses vivant dans les océans, les lacs ou les rivières, Richard D. Nolane avait poursuivi, il y a de cela une vingtaine d’années, son entreprise de vulgarisation de la Cryptozoologie en s’intéressant, cette fois ci, aux animaux et autres humanoïdes vivant sur la Terre ferme. Bien évidement, et comme le titre de cet ouvrage le sous-entend – Sur les traces du Yéti et autres animaux clandestins – ce sont les Yétis, les Sasquatchs et autres Almastys qui représentaient le plat de résistance de cet ouvrage, ce qui peut se comprendre pour deux raisons : leur importance médiatique, principalement pour ce qui est du Yéti, mais aussi et surtout, pour la simple et bonne raison que ces derniers soient des hommes sauvages, des Gigantopithèques ou d’autres espèces de grands singes humanoïdes et encore inconnus de nos jours, il y a un coté spectaculaire indéniable qui fait que, si un jour, un spécimen, mort ou vif, est trouvé, cela ferait l’effet d’une bombe au sein du grand public ; au moins autant que si un Ovni atterrissait en plein jour devant la Maison Blanche ! Mais si les Yétis et ses compères occupent une bonne partie de cet ouvrage, ceux-ci ne sont pas les seuls que Nolane nous présente : ainsi, de nombreuses créatures défilent au fil des pages, des éléphants nains aux mystérieux félins britanniques en passant par les paresseux géants ou les tigres à dents de sabres des forêts amazoniennes, des singuliers vers a pattes des Alpes voir même la fameuse Bête du Gévaudan. Bref, une fois de plus, Richard D. Nolane nous offre une belle entrée en matière du coté des parasciences, et ce, avec la passion qui l’habite tout en gardant une certaine dose de sérieux lorsqu’il n’hésite pas a revenir sur certains faux cas – même si je le trouve tout de même un peu trop crédule quant aux nombre de témoignages hallucinants et franchement suspects sur le Bigfoot. Bien évidement, si vous souhaitez en savoir davantage sur cette science fascinante qu’est la Cryptozoologie, d’autres ouvrages et principalement, ceux de Bernard Heuvelmans, sont plus complets que celui-ci, cependant, si vous êtes un néophyte de la chose et que, ne l’oublions pas, vous avez l’esprit ouvert, alors, il se pourrait que ce Sur les traces du Yéti et autres animaux clandestins vous plaise, surtout que, au fil des pages, il y a tout de même des moments ou on se demande pourquoi certaines de ces créatures sont toujours aussi dédaignées par la zoologie officielle et les médias, ne serais-ce qu’au vu des preuves et des témoignages plus que troublants ?!


Points Positifs :
- Un excellent travail de vulgarisation de la part de Richard D. Nolane et une belle compilation de témoignages et de preuves qui nous font dire, au fil de la lecture, que, décidément, notre planète regorge encore de bien des mystères.
- Si les Yétis et autres hommes singes occupent le devant de la scène, ils ne sont pas seuls et nombreuses sont les créatures présentées dans cet ouvrage comme quelques survivants de la préhistoire, plus ou moins récente, des félins mystérieux, des oiseaux géants et bien d’autres.
- Comme a chaque fois dans les ouvrages de Nolane, celui-ci n’hésite jamais à déglinguer quelques vrais-fausses énigmes.
- Une bonne entrée en matière avant d’aborder des ouvrages plus spécialisés sur la Cryptozoologie, particulièrement ceux de Heuvelmans.

Points Négatifs :
- Je trouve que l’auteur s’emballe tout de même un peu trop par moments : l’exemple le plus flagrant est la manière dont il accepte sans le moindre problème les milliers de témoignages de rencontre avec des Bigfoot. Sincèrement, à croire que nos hommes singes sont légions dans les forêts nord-américaines ?!
- De la même manière, j’ai un peu de mal quand a la survivance de ptérosaures ? Des paresseux géants voir des tigres a dents de sabre, pourquoi pas a la rigueur, mais des contemporains des dinosaures ?
- L’ouvrage étant grand public, le spécialiste passera son chemin…

Ma note : 7,5/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...