samedi 8 octobre 2016

LET'S DANCE


LET'S DANCE

David Bowie

1 - Modern Love (Bowie) 4:46
2 - China Girl (Bowie, Iggy Pop) 5:32
3 - Let's Dance (Bowie) 7:38
4 - Without You (Bowie) 3:08
5 - Ricochet (Bowie) 5:14
6 - Criminal World (Peter Godwin, Duncan Browne, Sean Lyons) 4:25
7 - Cat People (Putting Out Fire) (Bowie, Giorgio Moroder) 5:09
8 - Shake It (Bowie) 3:49


Let's Dance
Musicien : David Bowie
Parution : 14 avril 1983
Enregistré : décembre 1982
Durée : 39:41
Genre : Post-Disco, Dance-Punk, Dance-Pop
Producteur : David Bowie, Nile Rodgers
Label : EMI

Musiciens :
David Bowie : chant, saxophone, guitare, claviers
Nile Rodgers : guitare
Stevie Ray Vaughan : guitare
Carmine Rojas : basse
Omar Hakim : batterie
Tony Thompson : batterie
Rob Sabino : claviers
Mac Gollehon : trompette
Robert Aaron : saxophone ténor, flûte
Stan Harrison : saxophone ténor, flûte
Steve Elson : saxophone baryton, flûte
Sammy Figueroa : percussions
Frank Simms : chœurs
George Simms : chœurs
David Spinner : chœurs
Bernard Edwards : basse sur Without You

Mon avis : Depuis le temps que ce blog existe, il était tout de même temps, qu’un jour, je m’attelle a la critique de Let’s Dance, probablement l’album du grand et regretté David Bowie le plus critiquer par les fans, alors que, en toute franchise, il est a mille lieux d’être le plus mauvais, bien au contraire… Alors certes, depuis sa sortie, en 1983, Let’s Dance souffre d’une immense tare aux yeux de beaucoup : ce fut un succès, un très gros succès même ! Fichtre, diantre, bigre, infamie suprême ! Un opus de Bowie apprécié du grand public, mais ce ne pouvait être qu’une hérésie ! Bah oui, forcément… Et comme en plus, le bougre avait osé s’entourer d’un certain Nile Rodgers de Chic, producteur de la chose, oui, décidément, Let’s Dance ne pouvait avoir que tous les défauts du monde et se devait d’être jeter au bucher… Ah, je ne veux pas être méchant mais sincèrement, qu’est ce que l’on peut être con parfois ! Car oui, mille fois oui, Let’s Dance fut un succès, et alors !? Oui, Let’s Dance sonne terriblement années 80, et alors !? Oui, China Girl, Let’s Dance, Modern Love et Cat People furent d’immenses succès, et alors !? Oui, nous sommes ici a des années lumières d’un Low, et alors !? Oui, c’est produit par Nile Rodgers, et alors !? Et oui, avec Let’s Dance, le grand public a enfin aimer Bowie, et alors !? Oui, et alors !? Cela empêche-t-il cet album, malgré tout cela, d’être un bon disque ? Cela empêche-t-il cet album, si ce n’est pas un grand Bowie, d’être un bon Bowie, fort injustement massacrer par la critique ? Cela empêche-t-il de reconnaitre que le sieur David Robert Jones a sut, une fois de plus, se recycler habilement tout en s’entourant d’une flopée d’excellents musiciens – fichtre, il y a même un certain Stevie Ray Vaughan – et que, quelque part, Let’s Dance est l’évolution naturelle de  Scary Monsters alors que ce dernier, lui, est porter aux nues ? Non, je ne pense pas que tout cela puisse empêcher Let’s Dance d’être considérer, avec du recul, comme étant un album qui mérite grandement d’être réhabiliter par la critique et les fans, car oui, cet opus ne fera jamais parti des plus belles réalisations du maitre, certes, et oui, connu un succès mondial – ouh, ce n’est pas bien – mais qu’il fut bon, c’est une certitude, et pas qu’un peu !


Points Positifs :
- Décrié, conspué depuis plus de trois décennies, Let’s Dance n’en reste pas moins un fort bon album de Bowie, le dernier qui vaut le coup avant son passage à vide des années 80 et sa renaissance artistique du milieu des années 90. Alors certes, tout cela sonne terriblement années 80, mais bon, au cours de cette décennie si facilement critiquée, tout n’était pas à jeter non plus et avec cet opus, nous avons un fort beau fleuron de ce qui ce faisait de mieux a l’époque.
- China Girl, Let’s Dance, Modern Love, Ricochet, Cat People… Mine de rien, il y a de très bonnes chansons dans cet album.
- Nile Rodgers, Stevie Ray Vaughan, Omar Hakim, Tony Thompson : Bowie, une fois de plus, a sut s’entourer de très bons musiciens.
- La production de Nile Rodgers est d’une efficacité diabolique et si cela sonnera commercial pour beaucoup, force est de constater que le bougre connait le taf et le fait bien.

Points Négatifs :
- Même si j’ai tenu a réhabilité cet album, je reconnais qu’il ne fait pas parti non plus des incontournables de Bowie : c’est un bon disque mais pas un chef d’œuvre, loin de là.
- Les indécrottables détracteurs continueront à trouver tout cela trop commercial, trop éloigné de l’univers musical traditionnel du maitre…
- Bon, par contre, la pochette, ce n’est pas une réussite, là, je pense que tout le monde est d’accord sur ce point !
- Idem pour la coupe de cheveux de Bowie, enfin, sa coloration… même si cela n’a pas grand-chose a voir avec le contenu de l’album ; mais bon, je ne pouvais pas non plus passer sous silence cette terrible faute de gout !

Ma note : 8/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...