samedi 8 octobre 2016

WALKING DEAD – UNE VIE DE SOUFFRANCE


WALKING DEAD – UNE VIE DE SOUFFRANCE

Alors que Michonne l'avait laissé à l'agonie, le Gouverneur, après s'être fait soigné, a mobilisé tous les habitants de Woodbury et a décidé de trouver le camp où vivent Rick et ses amis. Après de longs mois de recherche, la prison est enfin découverte et il décide de se lancer dans un raid meurtrier. Après avoir éliminé les morts-vivants entourant la clôture, les hommes du Gouverneur se font accueillir à coups de feu par Andrea, dont les tirs réussissent à toucher quelques uns de ses adversaires. Véritablement désorganisé, le Gouverneur fait replier ses troupes, laissant ses ennemis se soigner. Rick fait d'ailleurs parti des blessés graves, puisqu'il a reçu une balle en plein estomac. Alice commence à soigner les blessés, Michonne et Tyreese sortent de l'enclos et pourchassent leurs opposants ! Rapidement, ils arrivent à retrouver leurs traces mais devant leur nombre, ils sont capturés…


Walking Dead – Une vie de souffrance
Scénario : Robert Kirkman
Dessins : Charlie Adlard
Encrage : Charlie Adlard
Couleurs : Cliff Rathburn
Couverture : Tony Moore
Genre : Fantastique, Etrange, Horreur
Editeur : Image Comics
Titre en vo : Walking Dead – Made to suffer
Pays d’origine : Angleterre, Etats-Unis
Parution : 25 juin 2008
Langue d’origine : anglais
Editeur français : Delcourt
Date de parution : 01 mai 2009
Nombre de pages : 144

Liste des épisodes
Walking Dead 43-48

Mon avis : Magistral, tout simplement ! Certes, débuter une critique avec l’usage d’un tel superlatif, cela peut paraitre exagéré, cependant, après lecture de ce huitième tome de cet exceptionnel (allez, encore un) comics qu’est Walking Dead, comment ne pas crier haut et fort tout le bien que l’on pense de cette œuvre ? Non seulement, cela est impossible, non seulement, ce tome confirme une fois de plus tout le bien que l’on pouvait penser de ce comics depuis ses débuts, mais non seulement, encore une fois, rendons a César ce qui lui appartient et donc a Robert Kirkman son impressionnante créativité car oui, mille fois oui, non seulement l’auteur réussit à maintenir l’intérêt de son œuvre a un niveau rarement atteint par la concurrence, surtout lorsqu’un comics approche des cinquante numéros ! En effet, si depuis les débuts de Walking Dead, nous avions déjà eu droit à d’excellents albums (les autres se contentant d’être très bons), force est de constater que ce huitième tome fait parti, indéniablement, des plus marquants : ainsi, après un septième volume franchement plus calme et qui portait décidément bien son titre (surtout en VO, The Calm Before…), Une vie de souffrance, après un démarrage tranquille mais nécessaire qui nous dévoile comment le Gouverneur s’en était sortit suite a sa petite rencontre avec Michonne, par dans tous les sens, coté action avec cet affrontement terrible entre les deux forces en présence, celles de nos héros et, bien entendu, celles du Gouverneur. Bien évidement, et comme je le laissais présager a la fin de ma critique du tome précédent, tout cela s’annonçait oh combien apocalyptique et je me doutais bien qu’on aurait droit a quelques morts… sauf que… sauf que, en fait, j’étais a mille lieux d’imaginer ce que Robert Kirkman nous avait concocté ! Ainsi, oui, ça tire dans tous les sens, c’est bourré de rebondissements et l’action est a son degré le plus élevé du début a la fin, mais là où j’en ai pris plein la gueule, c’est en découvrant l’ampleur du massacre final : des protagonistes majeurs passent l’arme a gauche, des seconds rôles également, et ce, en… très grand nombre ! Les pages défilent, les morts se succèdent et si, bien évidement, suivant l’identité de ces derniers, on est plus touchés par certaines pertes que par d’autres, force est de constater qu’il est difficile de ne pas être totalement insensible a la disparition d’autant de protagonistes que l’on avait appris a connaitre depuis plusieurs tomes, voir depuis le premier ! Et lorsque l’on arrive, totalement éberlués, a la dernière page et que l’on se rend compte qu’il ne reste plus que… deux protagonistes encore en vie (ou, du moins, dont on est sur de leur survie), difficile de se remettre totalement de cet imprévu et impressionnant massacre en règle ; décidément, chapeau bien bas a Robert Kirkman pour ce grand, très grand moment de l’histoire des comics que l’on n’est pas prêt d’oublier de si tôt !


Points Positifs :
- Sans nul doute l’un des plus grands si ce n’est le plus grand massacre en règle que j’ai connu dans un comics, un truc énorme digne de longs métrages comme Alamo ou Zulu Dawn, et, accessoirement, totalement imprévisible : bien sur, on se doutait bien que certains protagonistes allaient passer l’arme a gauche au cours de cet affrontement, mais qu’au final, il n’en reste plus que… deux (certes, on se doute qu’il y a quelques survivants, mais pas des masses non plus), là, franchement, ce fut une sacrée surprise !
- Si, bien entendu, les morts de Tyreese et de Lori sont les plus marquantes et les plus horribles, celles de leurs compagnons, ne laissent pas indifférent le lecteur ; après tout, on s’était habituer a tous ces personnages depuis de nombreux tomes, voir depuis le tout premier pour certains !
- Captivant de bout en bout, tout simplement ! Robert Kirkman nous pond ici un volume bourré d’action et de morts mais qui n’en reste pas moins parfait dans son genre. C’est violent, gore, terrible et on n’est pas prêt de l’oublier de si tôt !
- Particulièrement apprécier la mort du Gouverneur ou, plus précisément, comment elle survient et qui en est responsable.
- Si l’on n’a guères de doutes quant a la survie de Michonne, loin de l’action, quid du sort d’Andrea, de Glenn et des autres ? Ah, l’attente est insoutenable !
- Coté dessins, Charlie Adlard fait le taf et nous livre, accessoirement, quelques planches tout bonnement sublimes – ah, celle de la mort de Lori…

Points Négatifs :
- Certains pourront regretter ce coté massacre en règle et le fait que tant de protagonistes disparaissent en quelques pages. D’un autre coté, s’il est difficile de devoir dire adieu à tant de personnages, tout cela est plutôt cohérant car bon, une fusillade, cela accouche souvent d’un bilan très lourd…
- Certes, Charlie Adlard livre une fort belle prestation coté dessins, mais on notera tout de même quelques cases un peu en deçà, ici ou là – curieusement, souvent lorsque apparait Rick.

Ma note : 9/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...