lundi 26 septembre 2016

COMPUTER WORLD


COMPUTER WORLD

Kraftwerk

1 - Computer World (Ralf Hütter, Florian Schneider, Emil Schult, Karl Bartos) 5:05
2 - Pocket Calculator (Ralf Hütter, Emil Schult, Karl Bartos) 4:55
3 - Numbers (Ralf Hütter, Florian Schneider, Karl Bartos) 3:19
4 - Computer World 2 (Ralf Hütter, Florian Schneider, Karl Bartos) 3:21
5 - Computer Love (Ralf Hütter, Emil Schult, Karl Bartos) 7:15
6 - Home Computer (Ralf Hütter, Florian Schneider, Karl Bartos) 6:17
7 - It's More Fun to Compute (Ralf Hütter, Florian Schneider, Karl Bartos) 4:13


Computer World
Musicien : Kraftwerk
Parution : 11 mai 1981
Enregistré : 1979 – 1981
Durée : 34:21
Genre : Electronique, Pop
Producteur : Ralf Hütter, Florian Schneider
Label : Kling Klang

Musiciens :
Ralf Hütter : effets eléctroniques, synthétiseurs, mixage, orchestration, claviers, chant
Florian Schneider : effets eléctroniques, mixage, synthétiseurs
Karl Bartos : percussion électronique
Emil Schult : percussion électronique

Mon avis : Trois ans après leur chef d’œuvre absolu que fut The Man-Machine, les allemands de Kraftwerk refirent parler d’eux avec ce Computer World, album moins marquant que son prédécesseur, certes, mais qui n’en reste pas moins d’excellente facture, au point même qu’on peut le qualifier sans problème, la aussi, de pure merveille de la musique électronique voir tout court en général. Car oui, malgré cette jaquette pour le moins particulière avec les visages des quatre membres du groupe matérialisés dans l’écran d’un ordinateur du début des années 80 – mine de rien, qu’est ce qu’ils étaient moches a l’époque – d’entrée de jeu, dès le premier titre, l’amateur du groupe sait qu’il aura a faire a un grand album de Kraftwerk avec ce Computer World, la chanson pas l’album, premier grand moment de cet opus. Ainsi, on retrouve ce coté électro-pop toujours aussi plaisant, cette voix de Ralf Hütter dématérialisée et qui sonne moins robotique que dans The Man-Machine (mais de peu), ces bruitages particuliers, ces effets sonores travaillés et, bien entendu, cette ligne mélodique toujours aussi imparable ; oui, et certains l’oublient bien trop rapidement, si Kraftwerk fut le groupe le plus samplé et copié de l’histoire de la musique, ce ne fut pas tout à fait par hasard… Pocket Calculator suit, dans la même veine que Computer World, tout aussi bon, puis arrive un autre gros morceau de cet opus, Numbers, titre que l’on peut qualifier sans problème d’ancêtre de la Techno, genre qui connaitra un succès monstrueux… une décennie plus tard ! Quand je vous disais que Kraftwerk furent les précurseurs de bien des choses… Mais ce n’était pas finit, fort heureusement, car dans cet album où ordinateurs et calculatrices ont prit la place de l’Homme, il restait une dernière merveille, un certain Computer Love, véritable réussite pop a la mélodie imparable et qui, accessoirement, inspira bien d’autres groupes par la suite – qui a dit Coldplay ? Bref, vous l’avez compris, sans atteindre l’excellence absolue de The Man-Machine, avec Computer World, Kraftwerk, groupe inventif, génial et terriblement doué, entrait de plein pied dans une nouvelle décennie, donnant le ton de ce que sera la musique populaire des deux décennies suivantes. La suite, malheureusement, ne fut plus jamais aussi bonne pour nos amis d’outre-Rhin, malgré quelques belles réalisations de temps en temps, mais bon, pour sa place dans l’histoire de la musique, pour son innovation permanente, pour son indéniable talent, si vous aimez la musique, alors, vous ne pouvez pas passer a coté de Kraftwerk, groupe précurseur s’il en est et qui inspira bien des vocations… et, bien entendu, parmi leurs meilleurs albums, ce Computer World trône indéniablement en fort bonne place !


Points Positifs :
- Le dernier grand album de Kraftwerk, certes, mais quel album ! Cohérant, précurseur musicalement parlant, mélodies imparables et expérimentations innovantes sont la marque de fabrique de cet opus qui mérite plus que le détour !
- Computer World, Pocket Calculator, Numbers et Computer Love sont les titres les plus marquants de cet album, de véritables petites merveilles comme ce groupe savait nous en offrir.
- Computer Love pour son coté pop, Numbers pour être l’ancêtre de la Techno.
- Ce coté détaché et dématérialisé du chant de Ralf Hütter.

Points Négatifs :
- Il n’est jamais facile pour un groupe de faire aussi bien après un chef d’œuvre, du coup, Computer World souffre un peu de la comparaison avec l’exceptionnel The Man-Machine, ce qui est injuste, bien entendu, mais terriblement humain.
- Une fois passé Computer Love, je ne dit pas que la suite est mauvaise mais bon, il y a comme un très léger essoufflement avec deux titres moins marquants que les autres.
- Pas vraiment fan de la jaquette : on a déjà connu le groupe plus inspirer… même s’il faut reconnaitre que celles des albums suivants seront vraiment moches, ce qui n’est pas le cas ici.

Ma note : 8,5/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...