lundi 5 janvier 2015

SHERLOCK HOLMES – JEU D'OMBRES


SHERLOCK HOLMES – JEU D'OMBRES

Sherlock Holmes a toujours été réputé pour être l'homme à l'esprit le plus affûté de son époque. Jusqu'au jour où le redoutable professeur James Moriarty, criminel d'une puissance intellectuelle comparable à celle du célèbre détective, fait son entrée en scène… Il a même sans doute un net avantage sur Holmes car il met non seulement son intelligence au service de noirs desseins, mais il est totalement dépourvu de sens moral. Partout dans le monde, la presse s'enflamme : on apprend ainsi qu'en Inde un magnat du coton est ruiné par un scandale, ou qu'en Chine un trafiquant d'opium est décédé, en apparence, d'une overdose, ou encore que des attentats se sont produits à Strasbourg et à Vienne et qu'aux Etats-Unis, un baron de l'acier vient de mourir… Personne ne voit le lien entre ces événements qui semblent sans rapport, hormis le grand Sherlock Holmes qui y discerne la même volonté maléfique de semer la mort et la destruction. Et ces crimes portent tous la marque du sinistre Moriarty. Tandis que leur enquête les mène en France, en Allemagne et en Suisse, Holmes et Watson prennent de plus en plus de risques. Mais Moriarty a systématiquement un coup d'avance et semble tout près d'atteindre son objectif. S'il y parvient, non seulement sa fortune et son pouvoir seront sans limite, mais le cours de l'Histoire pourrait bien en être changé à jamais…


Sherlock Holmes – Jeu d'ombres
Réalisation : Guy Ritchie
Scénario : Kieran Mulroney et Michele Mulroney
Musique : Hans Zimmer
Production : Warner Bros., Village Roadshow Pictures, Silver Pictures, Wigram Productions et Lin Pictures
Genre : Thriller, Action, Aventure
Titre en vo : Sherlock Holmes – A Game of Shadows
Pays d'origine : États-Unis
Langue d'origine : anglais
Date de sortie : 16 décembre 2011
Durée : 129 mn

Casting :
Robert Downey Jr. : Sherlock Holmes
Jude Law : Dr. John Watson
Jared Harris : Professeur Moriarty
Noomi Rapace : Madame Simza Heron
Rachel McAdams : Irène Adler
Stephen Fry : Mycroft Holmes
Kelly Reilly : Mary Morstan Watson
Paul Anderson : Colonel Sebastian Moran
Eddie Marsan : Inspecteur Lestrade
Geraldine James : Mrs Hudson
Jack Laskey : Carruthers
William Houston : agent Clark
Thierry Neuvic : Claude Ravache
Wolf Kahler : docteur Hoffmanstahl
Laurentiu Possa : Rene Heron

Mon avis : Sans surprise, pur divertissement parfaitement calibré pour le grand public, usage parfois abusif des effets spéciaux mais, et ce fut là ma principale surprise, inattendu. Oui, après coup, c’est-à-dire, après visionnage de ce second volet des aventures modernes du cultissime et maintes fois porté au cinéma, Sherlock Holmes, je dois reconnaitre que je fus surpris par ce film : en effet, et alors que je n’en attendais strictement rien (d’ailleurs, j’avoue que je m’étais décidé a le regarder un peu par dépit, hier soir) et que je m’étais dit que la critique qui suivrait serait pour le moins assassine, force est de constater que mon opinion finale est bien plus complaisante qu’escompté. Pourtant, les choses étaient bien mal engagées de prime abord : Sherlock Holmes, avant toute chose, c’est une figure mythique depuis une bonne centaine d’années, un personnage fictif que tout le monde connait et qui entra dans la mémoire collective pour ses déductions hors du commun au cours de ses enquêtes, bref, un fin limier qui privilégiait son intellect plutôt que ses muscles. Or, et il faut bien avouer que ce Sherlock Holmes new-look, dont c’est ici le second volet, nous montre une version du personnage bien différente de l’originale : combattant hors paire, fantasque pour ne pas dire fou, ses talents de déduction étant, qui plus est, porté a un niveau tel qu’ils en deviennent surhumains. Bref, quasiment un super-héros agissant a l’époque victorienne ce qui, il faut en convenir, est une hérésie au vu du Sherlock Holmes originel. Pourtant, malgré ce crime de lèse majesté, malgré cette débauche d’effets spéciaux et de ralentis tout droit sortis de Matrix, je me suis pris au jeu, acceptant à la fois le personnage et une intrigue qui certes, était sans surprise, mais n’en était pas moins suffisamment captivante pour passer un agréable moment de pur divertissement sans prise de tête… Alors bien entendu, tout cela n’est pas bien sérieux et d’ailleurs, ce Sherlock Holmes – Jeu d'ombres est tout sauf le film de l’année, bien au contraire, mais bon, de temps en temps, un peu de légèreté ne fait pas de mal et sur ce point, on ne peut que convenir que ce film fut on ne peut plus efficace.


Points Positifs :
- Si cette version moderne du mythique Sherlock Holmes en agacera – à juste titre – plus d’un, force est de constater qu’au final, cet espèce d’hurluberlu fantasque aux talents tenant quasiment du surhomme passe plutôt bien ; et je dis cela alors qu’avant de voir ce film, je trouvais ce choix scénaristique comme étant un véritable crime de lèse majesté.
- Un humour omniprésent et sur ce point, le duo composé par Robert Downey Jr. et Jude Law fonctionne à merveille.
- Une intrigue sans surprise, certes, mais qui fonctionne plutôt bien et entraine le spectateur dans une aventure captivante.
- Je ne suis pas fan des effets spéciaux a tout va mais la scène de la poursuite en forêt, tout de même, faut reconnaitre qu’elle en jette.
- Eh, mais c’est Noomi Rapace ! Quel plaisir de la retrouver !

Points Négatifs :
- Quant on repense au Sherlock Holmes originel et quand on le compare a ce… euh, bouffon, il y a tout de même un monde d’écart.
- Non, la, sincèrement, ce n’est plus de simples talents d’enquêteur que possède le sieur Holmes mais de véritables superpouvoirs qui rendent le tout peu crédible voir ridicule par moments.
- Trop d’effets spéciaux tuent les effets spéciaux et franchement, c’est le cas dans ce film ; oh, et puis ces arrêt sur images, ces ralentis…
- Un scénario plutôt basique, sans surprise, rempli d’incohérences et pas toujours compréhensible d’ailleurs.

Ma note : 6,5/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...