jeudi 29 janvier 2015

MATRIX REVOLUTIONS


MATRIX REVOLUTIONS

Les passagers du Nébuchadnézzar ont été recueillis par le Hammer après la destruction du premier par les Sentinelles. Néo est tombé dans une sorte de coma (il est en fait coincé dans un monde intermédiaire dont il sera libéré par Trinity) après avoir court-circuité quatre Sentinelles. La contre-attaque des autres hovercrafts a échoué à cause d'un EMP déclenché trop tôt qui a endommagé les vaisseaux et les équipages se sont fait massacrer par les Machines toujours en chemin pour Zion. Le seul survivant, dans le coma lui aussi, est Bane (contrôlé par Smith). Le Hammer est à la recherche du Logos, le vaisseau du capitaine Niobe. Néo va voir l'Oracle une dernière fois. Elle lui fait comprendre qu'il doit se rendre à la ville des Machines, le vrai emplacement de la Source et que Smith (qu'elle définit comme le double négatif de Néo) est la clé de la fin de la guerre. Après le départ de Néo, Smith et ses clones arrivent et l'Oracle le laisse l'absorber. Le Smith possédant l'Oracle devient capable de transgresser les lois de la Matrice (comme Néo) et « voit » sa victoire grâce aux pouvoirs de l'Oracle.


Matrix Revolutions
Réalisation : Larry et Andy Wachowski
Scénario : Larry et Andy Wachowski
Musique : Don Davis
Production : Warner Bros
Genre : Science-Fiction, Cyberpunk
Titre en vo : The Matrix Revolutions
Pays d'origine : Etats-Unis, Australie
Langue d'origine : anglais
Date de sortie : 27 octobre 2003
Durée : 129 mn

Casting :
Keanu Reeves : Néo
Carrie-Anne Moss : Trinity
Laurence Fishburne : Morpheus
Hugo Weaving : Agent Smith
Mary Alice : L'Oracle
Jada Pinkett Smith : Capitaine Niobe
Sing Ngai : Séraphin
Ian Bliss : Bane
Nona Gaye : Zee
Harold Perrineau Jr. : Link
Essie Davis : Maggie
Harry Lennix : Commandant Lock
Nathaniel Lees : Commandant Mifune
Lambert Wilson : Le Mérovingien
Monica Bellucci : Persephone
Anthony Zerbe : Conseiller Hamann
Helmut Bakaitis : L'Architecte
Bruce Spence : L'homme du train
Clayton Watson : Le Kid

Mon avis : Indéniablement, cette dernière semaine de janvier aura été placée sous le signe de la Matrice puisque, après avoir revu Matrix lundi dernier puis Matrix Reloaded ce mardi, aujourd’hui, ce fut autour du troisième volet, Matrix Revolutions d’avoir eu droit a un revisionage en bonne et due forme ainsi qu’a sa critique sur ce blog. Dernier film de la célèbre trilogie des frères Wachowski, celui-ci, en fait, fut tourner au même moment que Matrix Reloaded et la jonction entre les deux longs métrages se fait le plus naturellement du monde d’entrée de jeu, pourtant, là où on aurait put croire que nous allions avoir a faire a un long film de plus de quatre heures diviser en deux, ce Matrix Revolutions est bien différent de son prédécesseur, et ce, principalement pour la simple et bonne raison que la quasi-totalité de l’action se déroule dans la ville de Zion, assiégée par les machines, la Matrice, elle, étant quasiment absente, en dehors du début et de la fin avec le combat apocalyptique entre Néo et l’Agent Smith. Cependant, si l’on retrouve tous les éléments qui avaient fait la force de cette œuvre – univers, protagonistes – si l’on ne peut nier qu’une fois de plus, comme prévu, c’est toujours aussi spectaculaire et que, enfin, on en voit finalement le bout, c’est avec un certain regret, et ce revisionage me la confirmer, que je dois reconnaitre que ce dernier volet n’est pas a la hauteur de ses prédécesseur. Certes, la fin n’est pas mauvaise, loin de là, certes, dans le déroulement de l’intrigue générale, c’est ce que l’on était en droit d’attendre, hélas, et ce n’est pas un mince défaut, bien au contraire, Matrix Revolutions pèche par ses longueurs, ses extrêmes longueurs qui font que, au bout d’un moment, eh ben, je me suis surpris en plein combat entre humains et machines a m’ennuyer, ce qui est un comble. Alors oui, je sais, depuis quelques années, le cinéma a tendance à aller vers le toujours plus et, bien des films nous proposent des combats qui durent une demi-heure voir plus (repensez un peu a la trilogie du Seigneur des Anneaux de Peter Jackson), sauf que, le problème, c’est que ça ne marche pas toujours et que souvent, on n’attend qu’une chose, que celui-ci prenne fin. Car si cette attaque de Zion par les machines devait être le point d’orgue de ce film, eh ben, c’est raté, la faute, vous l’avez compris, a une durée excessive qui finit par gâcher l’ensemble… Mais le problème, c’est que ces longueurs, mises bout a bout – il y en a d’autres, c’est comme le vaisseau de Niobe et Morpheus qui met trois heures a arriver a Zion – font que l’on passe trop de temps sur des détails et que, au final, le principal est galvaudé : ainsi, lorsqu’arrive l’affrontement entre Néo et l’Agent Smith, je n’ai pas put m’empêcher de me dire : « oh non, encore un truc qui va durer des lustres ! » Pourtant, ce n’est pas vraiment le cas, mais vu que j’avais été saoulé par l’attaque de Zion qui avait duré des heures, je n’ai pas put l’apprécier a sa juste valeur… Dommage, oui, fort dommage car une œuvre comme Matrix méritait une autre fin, surtout que les bonnes idées ne manquaient pas et que tout était en place pour en faire un incontournable ; le problème, c’est comme souvent de nos jours, cette manie de vouloir étirer des films en longueur, même quand cela ne se justifie pas et, ici, c’était bel et bien le cas…


Points Positifs :
- Scénaristiquement parlant, il n’y a rien à redire : nous avons enfin les réponses à toutes nos questions (enfin, je pense), les agissements des divers protagonistes, leur destin, sont on ne peut plus acceptables et c’est fou ce que ce film regorge de bonnes idées.
- Pour ce qui est des bonnes idées, le passage dans la station de métro en est une qui m’a bien plut ; de même, la façon dont Néo vient a bout de l’Agent Smith est bien trouvée également. Et puis, le monde des machines avait l’air pas mal… hélas, on le voit à peine !
- Malgré tout, il reste une flopée de scènes marquantes dans ce troisième volet, et puis, le coté christique de Néo a la fin, c’est pas mal.
- Comme dans les volets précédant, pour ce qui est des effets spéciaux, c’est une fois de plus une pure merveille, même si c’est moins spectaculaire ou flagrant que dans les autres films ; cela est dut au fait que la majeure partie de l’intrigue a lieu dans le monde réel et que, du coup, on n’a pas droit a des types qui se battent en faisant des acrobaties.

Points Négatifs :
- C’est beaucoup trop long, énormément long même, au point que l’on finisse par bailler voir quasiment s’assoupir… mais à quoi cela sert-il de nous pondre des scènes de combat qui n’en finissent plus !? L’attaque de Zion en devient une véritable souffrance, et, du coup, tout ce qui s’en suit en devient pénible…
- Du coup, on se retrouve avec un troisième volet quasi-bancal et où, finalement, il ne se passe pas grand-chose vu que, les deux tiers du temps, on a droit a des humains qui se battent contre des machines ou le vaisseau de Niobe qui vole dans un couloir. Bref, le début est bien, la fin également, pour le reste, c’est un peu bof.
- Dommage car en raccourcissant pas mal de choses et en donnant de l’importance a d’autres scènes, l’équilibre de ce Matrix Revolutions aurait été plus réussi et ce film aurait été aussi bon que ses prédécesseurs.

Ma note : 7/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...