jeudi 11 janvier 2018

FABLES – SORCIÈRES


FABLES – SORCIÈRES

Il y a très longtemps, dans un lieu méconnu, un cavalier nommé Jubilee Murant atteint les abords d'un chalet isolé en forêt. L'homme est venu délivrer un message à Dunster Happ, un mage local, qui a les capacités nécessaires à intégrer la fameuse ligue des encoffreurs et ce, malgré son âge assez jeune. Cette association voit les rumeurs les plus folles l'entourer, de sorts interdits à sa non-existence. Le mage n'hésite pas un instant et se rend à l'endroit tenu secret où il apprend tout ce qu'il faut savoir de la ligue. Afin de devenir plus fort, Dunster accepte de sacrifier sa vie. Rapidement, il participe dorénavant à des conflits armés où il offre son sens de la stratégie mais aussi sa magie. La puissance de ses pouvoirs impressionne, le faisant ainsi monter en grade au sein de l'organisation. Dunster reçoit même une mission très particulière. Il doit réunir autour de lui les meilleurs encoffreurs afin d'attraper un sinistre individu répondant au nom de Mister Dark.


Fables – Sorcières
Scénario : Bill Willingham
Dessins : Mark Buckingham, Jim Fern, David Lapham
Encrage : Andrew Pepoy, Steve Leialoha, Daniel Green, Graig Hamilton
Couleurs : Lee Loughridge
Couverture : James Jean
Genre : Aventure, Conte, Féerie
Editeur : Vertigo Comics
Titre en vo : Fables – Vol 15
Pays d’origine : Etats-Unis
Parution : 08 décembre 2010
Langue d’origine : anglais
Editeur français : Urban Comics
Date de parution : 28 août 2014
Nombre de pages : 192

Liste des épisodes
Fables 86-93

Mon avis : Bande dessinée de l’année 2017, sur ce blog, comme on peut le voir ici, Fables fait sa toute première apparition en ce mois de janvier 2018 avec le quinzième volume de la saga, un album qui, sans faire parti des incontournables de la saga, n’en est pas resté fort plaisant et plutôt réussi dans son genre. Il faut dire qu’après un tome, La grande alliance, qui nous proposait l’intégralité du crosover entre l’œuvre éponyme et Jack of Fables, série parallèle sympathique mais qui ne m’intéresse guère – je ne peux pas non plus tout acheter – assez sympathique mais loin d’être transcendant, ce fut avec un certain enthousiasme que je me suis replonger dans l’intrigue principale du moment, c’est-à-dire, le sort de nos héros confrontés cette fois ci a l’inquiétant Mister Dark, personnage oh combien important apparu dans le treizième tome. Surtout que cela démarre plutôt bien avec un épisode qui retrace les origines de ce triste sir et plus particulièrement de la manière dont les sorciers de l’Adversaire avaient réussis à le capturer – un épisode loin d’être exceptionnel, certes, mais fort instructif. Mais le plat principal, lui, mis en dessins par le talentueux Marck Buckingham, met en avant les sorciers de Fableville et plus particulièrement la singulière Ozma, sorcière au corps d’enfant mais qui semble doté de puissants pouvoirs – ainsi que de pas mal d’ambitions. Ces épisodes sont fort plaisants et permettent de faire avancer, petit à petit, l’intrigue tout en nous présentant de nouvelles têtes et en nous proposant leurs petits lots de révélations et autres coups de théâtre – en fait, elle est plutôt pas mal Totenkinder lorsqu’elle retrouve sa véritable apparence. Ajoutons a cela un affrontement inattendu entre Bufkin et Baba Yaga et l’on aurait put être en droit de se dire que, décidément, ce quinzième tome de Fables était un sacré bon cru. Malheureusement, le final, lui, gâche un peu l’ensemble car bon, si l’histoire du jugement du gobelin par Gobe-Mouche se laisse lire, on ne peut pas vraiment dire qu’elle fait avancer le schmilblick, loin de là. Bref, un bon mais pas un grand album de Fables


Points Positifs :
- L’arc Sorcières est franchement bon – sans être exceptionnel, certes. En effet, dans celui-ci, on découvre de nouveaux personnages, d’autres, encore mystérieux jusque là prennent enfin de l’importance, comme la singulière Ozma, tandis que l’on a droit a une sacrée révélation de taille vis-à-vis de Frau Totenkinder et que Gepetto fait des siennes !
- L’épisode qui ouvre cet album est intéressant puisqu’il nous permet d’en apprendre davantage au sujet de Mister Dark et de l’homme qui, a la tête d’une troupe de sorciers, avait réussi à le capturer quelques siècles auparavant.
- Bufkin face à Baba Yaga ! Certes, dit ainsi, cela fait ridicule, or, cet affrontement vous réservera bien des surprises…
- Ce qui a de bien avec une BD comme Fables, c’est que même des petits détails peuvent prendre de l’importance par la suite ; ainsi, vous vous doutez bien que la grossesse de la Belle nous réserve des surprises !
- Les dessins de Marck Buckingham qui s’occupe de l’arc Sorcières est qui est, naturellement, égal a lui-même.
- Une superbe couverture.

Points Négatifs :
- Les deux derniers épisodes, celui où un crime est commis par un gobelin dans le royaume de Gobe-Mouche, se laissent lire mais ne resteront pas dans les annales, loin de là.
- Pour ce qui est des dessins, si Marck Buckingham reste fidèle au poste, j’ai été moins conquis par ses deux compères du jour, Jim Fernet David Lapham…

Ma note : 7,5/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...