vendredi 19 janvier 2018

ATOM HEART MOTHER


ATOM HEART MOTHER

Pink Floyd

1 - Atom Heart Mother (Geesin, Gilmour, Mason, Waters, Wright) 23:39
2 - If (Waters) 4:31
3 - Summer '68 (Wright) 5:29
4 - Fat Old Sun (Gilmour) 5:24
5 - Alan's Psychedelic Breakfast (Gilmour, Mason, Waters, Wright) 13:00


Atom Heart Mother
Musicien : Pink Floyd
Parution : 2 octobre 1970
Enregistré : mars 1970 – août 1970
Durée : 52:44
Genre : Rock progressif
Producteur : Pink Floyd
Label : Harvest, EMI

Musiciens :
David Gilmour : Guitares, chant
Roger Waters : Basse, chant
Richard Wright : Claviers, chant
Nick Mason : Batterie
Ron Geesin : Orchestration
John Alldis Choir : Chœurs
Philip Jones Brass Ensemble : Cuivres
Haflidi Hallgrimsson : Violoncelle
Alan Styles : Monologues (Alan's Psychedelic Breakfast)
Alan Parsons : Ingénieur du son

Mon avis : Curieusement, alors que j’apprécie depuis fort longtemps Pink Floyd, je dois reconnaitre que, sur ce blog, je n’ai guère eu l’occasion de vous en parler, ainsi, après le cultissime The Dark Side on the Moon, le sublime Wish You Were Here et le non moins somptueux The Piper at the Gates of Dawn, aujourd’hui, c’est au tour de Atom Heart Mother d’avoir droit a sa critique dans Le Journal de Feanor ! Pour la petite histoire, cet opus est sans nul doute l’un des plus connus du groupe aux yeux du grand public, pas forcément en raison de son contenu, loin de là, mais en raison de sa pochette, tellement connue qu’elle est devenue l’une des plus emblématiques du groupe voir de l’histoire du rock tout court ! Car bon, comment dire… cette vache dans un pré sans qu’il soit fait mention du nom du groupe ou du titre de l’album, cela annonçait d’entrée de jeu la couleur, surtout après quelques loupés – il faut le reconnaitre – dans certains albums précédents. Mais ici, avec une telle simplicité, on touche presque au génie créatif et il est clair que presque cinq décennies plus tard, la pochette de Atom Heart Mother est toujours aussi efficace ! Mais bon, je vous parle de la pochette mais un album, cela ne se limite pas a cela, fort heureusement, et, justement, cet opus, le cinquième de la carrière du groupe, démarre fort, très fort même, avec cette merveille du rock progressif qu’est Atom Heart Mother, non pas l’album mais la chanson, ou plutôt, devrais-je dire, le long instrumental de plus de 23 minutes qui voit Pink Floyd flirter allègrement avec la musique classique et où certains passages nous rappellent allègrement Wagner et Rossini. Une merveille, donc, que ce morceau et, incontestablement, le titre qui mérite a lui tout seul l’achat de cet album, en raison de sa qualité, indéniable, mais aussi parce que le reste, lui, est loin d’être a la hauteur. Car oui, il faut le reconnaitre, si Atom Heart Mother marque durablement les esprits, c’est principalement dut au fait de son titre et de sa vache en pochette, car le reste, lui, sans être mauvais, est loin d’être de la même qualité ; ainsi, on passera rapidement sur les trois ballades composées par Waters, Wright et Gilmour, sympathiques mais sans plus, pour remonter très légèrement le niveau avec un semi-instrumental, Alan's Psychedelic Breakfast, morceau barré qui ravira les amateurs les plus extrêmes du rock progressif, mais bon, il faut vraiment aimer le genre… Bref, au final, Atom Heart Mother apparait comme étant un album qui vaut particulièrement par son titre phare – un pur chef d’œuvre au demeurant – et par sa pochette culte, cependant, si le reste de l’opus est loin d’être comparable aux heures de gloires de Pink Floyd, il est loin d’être a jeter non plus et plaira, sans nul doute, aux inconditionnels du groupe…


Points Positifs :
- Le morceau éponyme, Atom Heart Mother, est un véritable chef d’œuvre du rock progressif et voit le groupe, pour la toute première fois, flirter allègrement avec la musique classique, le morceau, oh combien épique, rappelant par moments Wagner et Rossini. Un pur bijou de plus de 23 minutes dont on ne se lasse pas !
- La pochette bien sur, avec la vache Lulubelle III, tellement culte et emblématique du groupe.
- Les fans les plus extrêmes de rock progressif apprécieront le singulier Alan's Psychedelic Breakfast.

Points Négatifs :
- Il apparait clairement que Atom Heart Mother – l’album, pas la chanson – alterne entre le pur génie et le franchement moyen, du coup, après une face A somptueuse, la B, elle, déçoit fortement…
- Les trois pseudo-ballades signées Waters, Wright et Gilmour son sympathiques mais tellement loin de ce que le groupe a put faire ou fera par la suite qu’on se demande même par moments ce qu’elles font dans cet album !?
- Il faut tout de même être un gros fan de progressif pour apprécier un morceau comme Alan's Psychedelic Breakfast.

Ma note : 6,5/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...