samedi 21 octobre 2017

NEONOMICON


NEONOMICON

Dans un hôtel minable à Brooklyn, l’agent fédéral Aldo Sax surveille la rue et se renseigne sur un club mal famé : le club Zothique. Le quartier est crasseux et le tout sent les embrouilles. Sa voisine de pallier, Germaine, est une schizophrène qui hurle dans la nuit et raconte ses effroyables cauchemars en parlant toute seule. L’agent est lui-même un flic très spécial : recruté par Carl Perlman, il enquête sur des histoires étranges et non élucidées. Il appelle d’ailleurs cela la théorie des anomalies : rechercher le petit grain de sable que personne ne remarque pour comprendre finalement qu’il se cache quelque chose de pas net. Cette fois, il doit résoudre une bien sinistre affaire : treize meurtres identiques avec des corps sauvagement découpés et de la même façon. L’anomalie est pourtant de taille : il ne s’agit pas du même tueur et les meurtriers, qui ont pourtant le même mode opératoire, ne se connaissent pas du tout ! Sax a du travail pour rassembler les différentes pièces de ce puzzle sombre et opaque. Et cela commence par une visite nocturne au club Zothique…


Neonomicon
Scénario : Alan Moore, Anthony Johnston
Dessins : Jacen Burrows
Encrage : Jacen Burrows
Couleurs : Juanmar
Couverture : Jacen Burrows
Genre : Horreur
Editeur : Avatar Press
Titre en vo : Neonomicon
Pays d’origine : Etats-Unis
Parution : 07 novembre 2011
Langue d’origine : anglais
Editeur français : Urban Comics
Date de parution : 25 octobre 2013
Nombre de pages : 176

Liste des épisodes
Neonomicon Prologue, 1-4

Mon avis : Je pense ne pas me tromper en affirmant qu’il est depuis longtemps inutile de présenter HP Lovecraft, mais bon, pour ceux qui ne le connaitraient pas encore, disons que le reclus de Providence est encore, près d’un siècle après, considéré comme étant le maitre absolu de l’horreur et comme un auteur qui aura, bien malgré lui, créer toute une mythologie dont bien d’autres s’inspirent encore de nos jours. De même, je pense également ne pas me tromper en affirmant que pour ce qui est d’Alan Moore, il n’est guère utile de s’attarder sur lui, et ce, tant l’auteur britannique aura révolutionné, depuis ces dernières décennies, l’univers des comics. Du coup, la rencontre des deux hommes, ou, plutôt, voir le génialissime Moore aborder sa vision du mythe de Lovecraft promettait énormément, et ce, que l’on soit fan de l’un ou l’autre auteur, voir, comme dans mon cas, des deux, tout simplement. Alors, le résultat de ce Neonomicon fut-il à la hauteur de mes espérances ? Alan Moore aura-t-il réussi son paris et livrer un hommage a la hauteur du maitre de l’horreur ? Ma foi, disons que je serais assez mitiger quand au résultat final car si oui, incontestablement, cette mini série possède bien des atouts pour ravir les fans de Lovecraft, si oui, Moore use fort habilement de la cosmologie horrifique du maitre et parsème son récit de tout un tas de références qui raviront bien des souvenirs aux familiers de Lovecraft, de même, si comme a son habitude, le britannique en profite pour pointer du doigt quelques travers de notre société, il apparait que Neonomicon ne fait pas parti de ses meilleures créations. La raison ? Tout simplement parce que, a un moment donné, Alan Moore passe de l’horreur traditionnelle à la pornographie, et sans être prude, sans que quelques scènes un peu hard me gênent véritablement, vers la fin du récit, ce n’est plus qu’orgies et copulations monstrueuses a n’en plus finir. Certes, au vu du final, on comprend le propos de Moore, de même, son idée quand a l’existence des Anciens est plutôt originale, cependant, a un moment donné, trop c’est trop et il aurait peut-être été judicieux que l’auteur britannique se souvienne que dans les récits de Lovecraft, contrairement a ceux de Stephen King, par exemple, l’ambiance et ce qui était suggéré avait plus d’importance que ce qui était véritablement montrer. Cela est fort dommage, il est clair, tant la rencontre Moore/Lovecraft avait de quoi allécher le fan, espérons maintenant que Providence, autre incursion du premier dans l’univers du second soit plus réussie ? En tous cas, je place quelques espoirs sur cette série…


Points Positifs :
- Alan Moore maitrise à merveille l’univers de Lovecraft et nous le démontre plutôt bien en multipliant les références à la cosmologie de celui-ci et à ses nombreux récits. De plus, l’idée de jouer avec l’existence réelle de cette dernière et le fait que l’intrigue ait lieu à notre époque est plutôt une bonne chose.
- Entre un prologue fort réussi et une intrigue intelligente dans l’ensemble, Neonomicon est mérite indéniablement le détour.
- Pour ce qui est des dessins, Jacen Burrows livre une prestation loin d’être époustouflante mais qui colle plutôt bien à l’ambiance.
- C’est assez sanguinolent, certains éléments sont durs, voir très durs, mais bon, on est dans un récit horrifique.
- Une fort belle couverture.

Points Négatifs :
- Mais pourquoi Alan Moore bascule-t-il, à un moment donné, dans la pornographie pure et dure !? Certes, j’aurais compris la présence de certaines scènes, y compris les plus dures et dérangeantes, cependant, celles-ci avaient-elles besoin de durer aussi longtemps ? Suggérer, en horreur, c’est ce qui marche le mieux, quand a montrer un peu, c’est toujours préférable que de nous abreuver jusqu’à la nausée d’orgies et de viols.

Ma note : 7/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...