jeudi 12 octobre 2017

FABLES – LE BON PRINCE


FABLES – LE BON PRINCE

Ces derniers temps, le Prince Charmant est complètement dépassé. Il négocie avec Hansel, un ambassadeur de l'Adversaire, qui souhaite obtenir des informations précises quant au nombre de têtes des soldats de bois ayant échappé à la crémation, lors du dernier conflit à Fableville. Le Prince Charmant est un maire finalement bien plus malin que ce que pouvait imaginer son vis à vis, puisqu'il exige lui aussi d'obtenir une liste notifiant chaque Fable ou personne de sa famille toujours présente chez l'Adversaire. Ce faisant, le maire met en suspens la future guerre que prépare secrètement son ennemi. Il élabore aussi un véritable plan pour mettre un terme à cette bataille. L'agent d'entretien de Fableville, Gobe-Mouche, recouvre enfin la mémoire. Autrefois, il était le Prince Ambrose et a été chassé de son royaume. L'ex amnésique a dans l'idée de se rendre dans les territoires de l'Adversaire et de se venger. Pour commencer, il part à la Ferme y trouver son ami Boy Blue...


Fables – Le Bon Prince
Scénario : Bill Willingham
Dessins : Mark Buckingham, Aaron Alexovich
Encrage : Steve Leialoha, Andrew Pepoy, Mark Buckingham
Couleurs : Lee Loughridge
Couverture : James Jean
Genre : Aventure, Conte, Féerie
Editeur : Vertigo Comics
Titre en vo : Fables – Vol 11
Pays d’origine : Etats-Unis
Parution : 18 juin 2008
Langue d’origine : anglais
Editeur français : Urban Comics
Date de parution : 06 décembre 2013
Nombre de pages : 240

Liste des épisodes
Fables 60-69

Mon avis : Ce qu’il y a de bien avec Fables, c’est que, depuis ses débuts, l’œuvre de Bill Willingham alterne entre les très bons et les excellents albums et si, ici et là, au grès de certains épisodes un peu en deçà, on aura sentit une toute petite baisse de régime, cela n’aura été que de façon ponctuelle, le niveau remontant de fort belle manière a chaque fois. Et, justement, après lecture de ce Bon Prince, onzième volume de la saga, il apparait grandement que celui-ci fait partit, indéniablement, des tous meilleurs, rien que ça ! Pourtant, a priori, je ne m’attendais nullement à passer un aussi bon moment de lecture : depuis les débuts, le personnage de Gobe-Mouche m’avait plutôt laissé indifférent, pour être tout a fait franc. Or, après que celui-ci ait retrouvé la mémoire suite a sa rencontre avec le Père Noël dans le volume précédant, l’ancien homme de ménage, devenu dépressif, n’a plus qu’un seul objectif en tête : mourir en se vengeant des troupes de l’Adversaire ! Les choses, comme souvent, prendront une tournure totalement inattendue et sans rentrer dans les détails, disons qu’il y sera fait mention d’un certain Lancelot du Lac, d’Excalibur, que certains protagonistes passés de vie a trépas depuis longtemps reviendront faire un petit tour et que, pour finir, un nouveau royaume verra le jour au plein milieu de celui de l’Adversaire et que, a la surprise générale, les troupes de ce dernier seront totalement inefficaces face a lui ! C’est bon, très bon même, oh combien captivant et ce onzième tome se lit d’une traite tellement Bill Willingham réussit à nous pondre une intrigue passionnante de la première a la dernière page. Bref, une énième confirmation de ce qui n’est plus vraiment une surprise, c’est-à-dire, que Fables est décidément l’un des comics les plus réussis de ces dernières années, tout simplement !


Points Positifs :
- Jusque là, Gobe-Mouche était loin d’être une tête d’affiche de la série, or, ici, non seulement il hérite d’Excalibur et de l’armure de Lancelot, mais en plus, il s’en va, a la tête de ses troupes de fantômes, damner le pion a l’Adversaire en créant un royaume sur ses terres et en repoussant toutes les attaques de ce dernier.
- Un des arcs narratifs parmi les plus captivants depuis les débuts de la série. Il faut dire que celui-ci est tellement passionnant, imaginatif et même drôle par moments que, du coup, malgré les 240 pages de cet album, celui-ci se lit d’une traite !
- Le plaisir de retrouver certaines têtes connues qui avaient passé l’arme à gauche depuis un certain temps.
- Mark Buckingham n’est pas et ne sera jamais le plus grand dessinateur de tous les temps, il faut le reconnaitre, cependant, son style, son travail et sa maitrise sur Fables fait que chaque planche, ou presque, est un véritable régal.
- Par moments, Bill Willingham a des idées qui pourraient paraitre absurdes mais qui n’en restent pas moins efficaces après coup : ainsi, les habitants de Fableville qui suivent les péripéties de Gobe-Mouche et ses compagnons comme s’il s’agissait d’une émission de téléréalité !?

Points Négatifs :
- Mouais, l’épisode qui sert d’interlude entre les deux parties de la saga de Gobe-Mouche ne restera pas dans les annales, loin de là. Sympa, certes, mais sans plus…
- Je n’ai pas vraiment apprécié le style d’Aaron Alexovich sur cet épisode d’ailleurs.

Ma note : 8,5/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...