samedi 28 octobre 2017

LE PIRE DE L'HISTOIRE


LE PIRE DE L'HISTOIRE

L'Histoire n'est pas un long fleuve tranquille, loin s'en faut ! Si les héros sont nombreux et leurs hauts faits louables, il faut bien reconnaître que le pire n'est pas en reste, bien au contraire ! Quand l'Histoire dérape, les événements s'enfoncent dans l'horreur, les héros côtoient les assassins, et les catastrophes historiques se succèdent. La grande Histoire aime se nourrir bien souvent des malheurs des uns et des bassesses des autres. En matière de mensonges, de massacres, de génocides, de manipulations, d'assassinats, nos livres d'Histoire dépassent la fiction ! Il était donc urgent de se pencher sur les heures noires, sanglantes et humiliantes de notre passé. Loin des mythes préfabriqués ou des légendes trop pimpantes, Luc Mary et Philippe Valode vous racontent sans fard cette Histoire qui fait mal ! Sièges de Leningrad et de Constantinople, massacre de la Saint-Barthélemy, défaites d'Azincourt, de Waterloo ou d'Alésia, manipulations lors de l'Affaire Dreyfus ou de la mort de Jules César, la liste est longue mais ô combien passionnante ! Partez pour un voyage au cœur de l'Histoire, de ses heures sombres, de ses revers et de ses lâchetés ! L'Histoire se répète, mais souvent pour le pire.


Le pire de l'Histoire
Auteur : Luc Mary, Philippe Valode
Type d'ouvrage : Essai
Première parution : 21 octobre 2015
Edition française : 21 octobre 2015
Titre en vo : Le pire de l'Histoire
Pays d’origine : France
Langue d’origine : français
Traduction : néant
Editeur : Editions de l'Opportun
Nombre de pages : 333

Mon avis : Rien que le titre de cet essai, Le pire de l’Histoire, est à lui seul tout un programme. Il faut dire qu’en lisant celui-ci, on se dit que le contenu de cet ouvrage sera a la hauteur de nos attentes, que l’on aura droit, a la lecture de celui-ci, au pire du pire de ce que l’être humain aura été capable de commettre au court de son histoire, et, par ailleurs, il n’est nul besoin d’être un spécialiste de la chose pour savoir que, justement, sur ce point, l’homme est capable de tout, surtout du pire… Bref, un contenu oh combien alléchant pour les amateurs du genre et même si la thématique n’est pas la plus originale qui soit, une petite compilation des atrocités humaines, ma foi, pourquoi pas !? Or, d’entrée de jeu, je veux dire, dès la lecture du sommaire de cet essai, il y a comme quelques interrogations : ainsi, si l’on retrouve les nazis, les khmers rouges et autres joyeux drilles du même genre, l’on est déjà plus dubitatif quand a la présence de Jeanne d’Arc, pour ne citer que l’exemple le plus absurde ! Et, dans les grandes lignes, ce sera un peu le problème tout au long de cet essai qui alterne entre crimes de masses, batailles inutiles, complots détestables et exemples de lâchetés parmi les plus vils, mais aussi, simples évocations de certaines figures historiques ou certains faits qui, selon moi, n’ont pas vraiment leur place dans ces pages : Jeanne d’Arc, bien sur, mais aussi Roland ou les bourgeois de Callais… Bref, un résultat final mi-figue mi-raisin où le pire côtoie le meilleur, mais pas dans le sens du titre de l’ouvrage. Dommage car il y avait, selon moi, matière a faire beaucoup mieux pour un essai qui arrive à être franchement instructif par moments et terriblement désolant par d’autres…


Points Positifs :
- Un postulat de départ fort intéressant même si, il faut le reconnaitre, peu original : l’homme étant un loup pour l’homme, les exemples pullulent des pires comportements humains au court de son histoire.
- Si les crimes de masses et autres génocides occupent une place naturelle, certains exemples moins flagrants, s’intéressant davantage à des individus retors ou lâches, méritent le détour.
- Le néophyte sera indéniablement aux anges à la lecture de cet ouvrage, le spécialiste ou l’amateur, lui, un peu moins, mais dans l’ensemble, il y a matière a ravir le lecteur.

Points Négatifs :
- Quelqu’un peut-il m’expliquer ce que Jeanne d’Arc vient faire là-dedans ? Et la chanson de Roland ? Et cette histoire des bourgeois de Callais ? Sincèrement, si certains exemples cités dans cet ouvrage sont discutables, ces trois là sont absurdes !
- Mais comment des individus comme Staline ou Mao sont absents de cet ouvrage ? Quid également de la traite des noirs, du sort des amérindiens, de la piraterie en Méditerranée, du génocide arménien, du sort des chrétiens en terre d’Islam et bien d’autres encore qui brillent par leur absence ?!
- Si certains chapitres sont passionnants, ce n’est pas forcément le cas de l’ensemble de cet essai. Peut-être le problème d’une écriture a quatre mains ?
- Bon, il faut reconnaitre que tout cela est tout sauf d’une grande originalité…

Ma note : 6/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...