dimanche 22 mai 2016

SIEGE


SIEGE

Norman Osborn a longtemps été le Bouffon Vert, un des ennemis les plus agressifs de Spider-Man. Pourtant, en l'espace de quelques mois, il a réussi à gagner la confiance du gouvernement américain. Après la gestion des Thunderbolts, Norman est devenu le chef du H.A.M.M.E.R., l'organisation qui remplace le SHIELD. Il s'entoure très vite de ses propres Vengeurs et porte même une armure similaire à celle d'Iron Man. Jusqu'ici, les plans d'Osborn ont toujours fonctionné mais le Bouffon Vert qui ronge l'esprit de Norman le force à établir une stratégie concernant Asgard. La cité des Dieux vikings flotte dans le ciel de l’Oklahoma et cela insupporte Osborn au plus haut point. Avec la ruse de son allié Loki, il parvient à provoquer un incident où Volstagg, un des compagnons de Thor, tue de nombreux innocents. Avec ce prétexte, le chef du H.A.M.M.E.R. mobilise ses troupes et ses Vengeurs avec un objectif très clair : bouter les Dieux hors des USA !


Siege
Scénario : Brian Michael Bendis, Kieron Gillen, Jonathan Hickman, Brian Reed, Sean McKeever, Cristos N.Cage, Paul Jenkins
Dessins : Olivier Coipel, Michael Lark, Lucio Parrillo, Jamie McKelvie, Alessandro Vitti, Marco Santucci, Mahmud A. Asrar, Federico Dallocchio, Tom Raney
Encrage : Mark Morales, Stefano Gaudiano, Lucio Parrillo, Scott Hanna, Victor Olazaba
Couleurs : Laura Martin, Matt Hollingsworth, Lucio Parrillo, Nathan Fairbairn, José Villarrubia, Chris Sotomayor, Jorge Maese, Matt Milla, Giualia Brusco, Rob Schwager, Val Staples
Couverture : Olivier Coipel
Genre : Super-Héros
Editeur : Marvel
Titre en vo : Siege
Pays d’origine : Etats-Unis
Parution : 4 janvier 2012
Langue d’origine : anglais
Editeur français : Panini Comics
Date de parution : 07 novembre 2012
Nombre de pages : 296

Liste des épisodes
Siege The Cabal
Siege Prologue
Siege 1-4
Siege Loki
Siege Secret Warriors
Siege Spider Man
Siege Young Avengers
Siege Captain America
Siege The Sentry

Mon avis : Le méga event de la mort qui tue de chez Marvel de l’année passée étant enfin paru dans nos vertes contrées, je veux bien évidement parler de Secret Wars, il est temps, pour ma part, de me replonger dans les autres events de la Maison des Idées que je n’avais jamais eu l’occasion de lire jusqu’à alors et, justement, il y en avait un qui me tentait depuis pas mal de temps, vous l’avez compris, il s’agissait de Siege. Bon, ne nous voilons pas la face et ne tournons pas plus longtemps autour du pot, depuis sa parution, début 2010, Siege n’a pas marquer les esprits des fidèles de Marvel, loin de là, ou alors, pas forcément pour les bonnes raisons ; souvent décrié, peu soutenu, cet event qui, pourtant, était censé être le point d’orgue d’une décennie de bouleversements radicaux de chez Marvel – rappelez vous, les super-héros s’étaient diviser, il y avait eu une invasion Skruul et depuis, les vilains, par le biais de Norman Osborn, faisaient la loi aux Etats-Unis – fut un peu, en quelque sorte, un pétard mouillé. Certes, ce n’était plus, à ce moment là, une véritable surprise puisque les events précédents avaient déjà déçus un lectorat blasé de tous ces loupés annoncés a grande pompe – d’ailleurs, ce n’est que très récemment que Marvel s’est réveiller de ce coté là et quelque part, Secret Wars est un peu l’exception qui confirme la règle – pourtant, malgré le peu de critiques élogieuses a son sujet, malgré ses défauts décriés par beaucoup, oui, je souhaitais lire ce Siege, voir par moi-même ce qu’il avait dans le ventre et, quelque part, voir s’il y avait quelque chose a en sauver aussi… ou pas !? Car après tout, le synopsis de départ n’était pas mauvais, loin de là : avec sa traditionnelle mégalomanie, alors que, quelque part, il tenait le monde dans sa main, Norman Osborn décide de s’en prendre aux dieux Asgardiens, et ce, sans l’aval d’Obama himself (oui, c’est lui). Bien évidement, d’entrée de jeu, les lecteurs comprennent que cette décision entrainera la chute d’Osborn mais aussi, que par la force des choses, cela nous promettait moult affrontements titanesques ; pas génial en soit mais prometteur, du moins, de quoi passer un bon moment. Or, comme souvent (toujours) avec Bendis, malgré d’excellentes idées, tout cela finit par se dégonflé et les défauts de prendre le pas sur les qualités, surtout que, le fait qu’il n’y ait que quatre misérables épisodes, joue énormément  a l’encontre de l’ensemble – surtout quand une bonne partie est constituée de combats… Du coup, Siege qui, a défaut d’être un grand event aurait au moins put être un event convenable, déçoit et oui, après lecture, je comprends aisément le peu d’enthousiasme du lectorat traditionnel de chez Marvel a s’en égard. Certes, il reste le synopsis de départ, quelques scènes d’actions spectaculaires, et, bien entendu, le cas Sentry qui est le véritable protagoniste principal, en quelque sorte, de cette intrigue. Mais bon, tout cela pèse peu dans la balance, surtout que les épisodes annexes, en grand nombre, alternent entre le franchement moyen et le nullissime absolu. Bref, Siege, event trop moyen comme je m’y attendais, n’aura été, au final, que la confirmation, une fois de plus, que Brian Michael Bendis ne réussi jamais ses gros événements Marvel, mais aussi, qu’a l’époque, cela ne volait décidément pas bien haut du coté de la Maison des Idées…


Points Positifs :
- Le postulat de départ est plutôt bon et en parfaite adéquation avec les protagonistes, que ce soit Norman Osborn ou Loki – le premier pour ses délires mégalomaniaques, le second pour sa fourberie. Et puis, il faut dire que voir les troupes d’Osborn s’en prendre a Asgard, cela promet de belles castagnes.
- Au final, c’est Sentry qui est a l’honneur dans cet event, et ce, en temps que menace numéro un ! Cela donne des scènes d’affrontements qui marquent les esprits, particulièrement celle où Sentry massacre Arès !
- Les fans d’Olivier Coipel seront ravis.
- Le coté un peu historique de la chose, puisque, après tout, Siege est l’aboutissement final d’une dizaine d’années de bouleversements majeurs chez Marvel.  

Points Négatifs :
- Comme a chaque fois avec Bendis, le bougre à une bonne idée, ça commence plutôt bien et, en cours de route, cela part un peu trop dans tous les sens et le final déçoit. C’est bien évidement le cas avec Siege mais bon, quelque part, vu qu’on a l’habitude, ce n’est même plus une surprise.
- Quatre misérables épisodes, seulement !? C’est peu, très peu, et après, on s’étonne que le scénario ne soit pas plus développé que cela et que le résultat final apparaisse comme étant un peu trop bancal.
- Un peu débile tout de même la façon dont se développe l’intrigue : Osborn est la menace principale, il fait régner la loi depuis quelques temps et les super-héros sont devenus des hors-la-loi, or, qui finit par devenir la menace tandis qu’Osborn est battu comme un malpropre ? Sentry…
- Le pétage de câble de Sentry et sa mort apparait comme une façon artificielle pour Marvel de se débarrasser d’un personnage dont ils ne savaient pas quoi faire.
- L’intégralité des épisodes annexes (en dehors du prologue qui sauve les meubles) alterne entre le franchement moyen et la nullité absolue : non seulement ils n’apportent pas grand-chose au schmilblick mais en plus, quand certains semblent un peux plus intéressants question scénario, les dessins gâchent le tout. Bref, quasiment tout a jeté dans le cas présent !  

Ma note : 6/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...