dimanche 15 mai 2016

LOW – OPTIMISME DE SURFACE


LOW – OPTIMISME DE SURFACE

Della a affronté de nombreuses épreuves depuis qu'elle a été kidnappé par Roln le pirate. Des années après, elle est devenue Ministre de la pensée dans une Cité où l'espoir est interdit et où chaque œuvre d'art peut être considérée comme criminel. Elle entretient une relation amoureuse avec une autre jeune femme qui adore peindre. Si Della est au courant, elle place chaque toile dans les flammes de la cheminée pour éviter toute condamnation. Avec des membres de son équipe d'intervention, Della détruit un haut lieu de la revente de tableaux et élimine de nombreux contrevenants. L'un d'eux est capturé et torturé jusqu'à ce qu'il dévoile l'identité d'un de leur fournisseur, un nom qui résonne comme très familier aux oreilles de Della. Celle-ci se presse de rentrer chez sa petite amie et s'apprête à l'éliminer...


Low – Optimisme de surface
Scénario : Rick Remender
Dessins : Greg Tocchini
Encrage : Greg Tocchini
Couleurs : Greg Tocchini, Dave McCaig
Couverture : Greg Tocchini
Genre : Aventure, Action, Science-Fiction
Editeur : Image Comics
Titre en vo : Low – The Evocative Optimism
Pays d’origine : Etats-Unis
Parution : 24 novembre 2015
Langue d’origine : anglais
Editeur français : Urban Comics
Date de parution : 22 avril 2016
Nombre de pages : 120

Liste des épisodes
Low 7-10

Mon avis : Fort d’un premier album plutôt réussi, comme je vous le disais en mars dernier, dans ma critique de l’une des dernières séries en date du très prolifique Rick Remender, je veux bien évidement parlé de Low, c’était avec une certaine impatience que je souhaitais découvrir la suite des aventures de cette indécrottable optimiste qu’est Stel Caine, quoi que, après les événements pour le moins dramatiques survenus lors du sixième épisode qui clôturait cet album – la mort de son fils et l’une de ses filles qui pétait un câble et massacrait des milliers d’individus sans le moindre remord – on était en droit de se demander si notre héroïne verrait toujours la vie en rose ? La question était pour le moins pertinente surtout qu’au vu du titre de ce second tome, Optimisme de surface, il y avait de quoi en douter… Et justement, des doutes, Stel Caine va en avoir, et pas qu’un peu et d’ailleurs, c’est plutôt une bonne chose que Remender bouscule un peu les certitudes de son héroïne : au vu des nombreux drames qui ont jalonné sa vie, la chose est normal, et, accessoirement, cela la rend plus humaine et plus attachante. Un bon premier point, donc, pour cette suite de Low, mais ce n’est pas le seul puisque, ici, et dès le début – c’est-à-dire, le septième épisode de la série – on retrouve une certaine Della, c’est-à-dire, la seconde fille de Stel Caine. Vivant dans une citée qui nous rappelle le bon vieux temps de l’URSS et que n’aurait pas renié Orwell, la jeune fille, Ministre de la pensée, vie une relation avec une artiste peintre et ce, dans une société où toute forme d’art est abolie : bien entendu, cela aboutira pour cette relation a un final dramatique et qui marque les esprits, surtout que, la suite, elle, n’est pas de tout repos pour la jeune femme. Bref, vous l’avez compris, si j’avais fortement apprécié le premier album de Low, cette suite, avec ces deux intrigues qui se déroulent en parallèle, est tout aussi bonne ; Remender a non seulement livrer un univers cohérant mais également un scénario fort avec des protagonistes plutôt attachants, qu’au aux dessins, si l’on peut toujours trouver que Greg Tocchini alterne les planches sublimes et celles un peu moins réussies, son style, superbe au demeurant, est un véritable plus pour cette série. Dommage juste que dans ce second album, il n’y ait que quatre petits épisodes, c’est peu selon moi qui, du coup, suis resté un peu sur ma faim… bon, c’est pour quand la suite !?


Points Positifs :
- Après une mise en place de l’univers, des enjeux et des personnages, l’effet de surprise n’est certes plus là, cependant, cela n’enlève rien au fait que c’est avec un grand plaisir que l’on retrouve nos protagonistes, ne serais-ce que pour découvrir ce qui va leur arriver. Et puis, il y a cette fameuse citée pseudo-soviétique qui semble tout droit sortie de 1984.
- Vous trouviez Stel Caine un peu trop optimiste dans le premier album ? Rassurez vous, ici, elle va avoir sa petite crise de conscience, ce qui est normal vu que, mine de rien, elle en bave depuis longtemps. Du coup, ces hésitations et ses remises en questions la rendent plus humaine et, bien sur, plus attachante.
- Enfin, on connait le sort de la seconde fille de Stel Caine : devenue Ministre de la pensée dans une dystopie communiste, elle est en couple avec une artiste peintre alors que, toute forme d’art est interdit et condamne ses auteurs a la mort. Une relation compliquée, dangereuse et qui, d’ailleurs, finit par aboutir à la scène la plus terrible et la plus réussie depuis le début de cette série.
- Le style de Greg Tocchini peut-être déstabilisant pour certains, mais au fil du temps, je m’y fais de plus en plus et, d’ailleurs, force est de constater que certaines planches sont pour le moins superbes.

Points Négatifs :
- Les dessins de Greg Tocchini : oui, son style est superbe et oui, personnellement, j’accroche énormément, cependant, force est de constater que celui-ci n’est pas très régulier et que, en effet, si certaines planches sont superbes, d’autres sont un peu moins réussies de par leur coté limite brouillon. Mais bon, c’est aussi une affaire de gouts et si certains n’accrocheront nullement, les autres, eux, feront l’impasse sur ces quelques imperfections.
- Seulement quatre petits épisodes dans cet album, c’est trop peu…

Ma note : 8/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...