jeudi 5 mai 2016

L'ATTAQUE DES TITANS – TOME 18


L'ATTAQUE DES TITANS – TOME 18

Dans un monde ravagé par des titans mangeurs d’homme depuis plus d’un siècle, les rares survivants de l’Humanité n’ont d’autre choix pour survivre que de se barricader dans une cité-forteresse. Le jeune Eren, témoin de la mort de sa mère dévorée par un titan, n’a qu’un rêve : entrer dans le corps d’élite chargé de découvrir l’origine des titans, et les annihiler jusqu’au dernier… Après avoir renversé le régime et fait le ménage dans le gouvernement, le Bataillon d’exploration lance enfin l’opération de reconquête du mur Maria. Fort de la capacité de durcissement d’Eren et d’un minerai luminescent permettant les déplacements de nuit, ses chances de réussite semblent bonnes. Mais Reiner, Bertolt et le Titan bestial sont prêts à les recevoir !


L’attaque des Titans – Tome 18
Scénariste : Hajime Isayama
Dessinateur : Hajime Isayama
Genre : Shōnen
Type d'ouvrage : Action, Dark Fantasy, Dystopie, Horreur, Tragédie
Titre en vo : Shingeki no Kyojin
Parution en vo : 9 décembre 2015
Parution en vf : 6 avril 2016
Langue d'origine : Japonais
Editeur : Pika Édition
Nombre de pages : 192

Mon avis : L’année avait plutôt bien commencée pour ce qui est de mon manga préféré actuel, puisque, pour rappel, le dix-septième volume de L’attaque des Titans, était l’un des meilleurs qu’il m’avait été donné de lire depuis le début de la saga. En tous cas, un tome majeur puisque, non seulement, il mettait fin a l’intrigue de la prise de pouvoir par les militaires, l’accession au trône de la nouvelle reine, une certaine Historia, mais aussi, parce qu’il annonçait le prochain arc, celui de la reconquête du Mur Maria. Bref, un nouveau tournant dans la saga qui promettait beaucoup et qui nous annonçait de nouveaux affrontements spectaculaires face aux Titans, chose qui avait été mise de coté depuis pas mal de temps en fait. Or, d’entrée de jeu, il faut se faire une raison, pour ce qui est de l’action, on repassera puisque celle-ci ne survient – mais de quelle façon, hautement spectaculaire d’ailleurs – qu’a la toute fin de ce dix-huitième volume. En effet, d’entrée de jeu, nous avons droit à de nouvelles révélations sur le passé de nos protagonistes et, forcément, à pas mal de blabla. Certes, ce n’est pas inutile surtout qu’on en sait davantage au sujet du père d’Eren, ses origines et ses agissements. Le problème, c’est qu’ensuite, les personnages continuent à parler, encore et encore, et là, au bout d’un moment, je trouve que ça fait un peu trop. Certes, que le Major Erwin et ses officiers préparent l’opération, cela se conçoit, certes, que l’on s’attarde un peu sur la dernière soirée tranquille des membres du Bataillon d’exploration, ce n’est pas une mauvaise chose, cependant, avais-t-on besoin, malgré le comique de la scène, d’une énième prise de bec entre Eren et Jean, avait-on besoin, pour la énième fois, des discussions sur le bon vieux temps du trio Eren, Mikasa et Armin ? Non, je ne le pense pas, surtout que tout cela, en plus de ne pas apporter grand-chose a l’intrigue, à le don de casser le rythme. Fort heureusement, comme je l’ai dit, le dernier tiers de ce tome est d’un tout autre acabit et les dernières pages, spectaculaires, elles, relèvent grandement le niveau tout en nous tirant du demi-sommeil où un bon tiers de ce volume nous avait plongé. Nos héros se retrouvent une fois de plus face a une menace mortelle, leurs adversaires les plus puissants sont au rendez vous et, ma foi, cela risque de castagner sévère lors du prochain tome au risque, qui sait, d’en laisser certains sur le carreau… Mais bon, pour cela, il va falloir patienter jusqu’en aout et là, ça risque d’être vachement long !


Points Positifs :
- Les nombreuses révélations au sujet du père d’Eren. Désormais, on en sait énormément à son sujet même s’il subsiste encore quelques zones d’ombres sur ses origines, bien entendu.
- D’ailleurs, au sujet des révélations, depuis quelques temps, le sieur Hajime Isayama n’est pas avare avec celles-ci, ce qui est une bonne chose.
- Le final de ce tome qui laisse nos héros en fort mauvaise posture, piégés qu’ils sont par le Titan Singe et les autres.
- La scène où Livaï attaque Reiner, spectaculaire au possible ! Il s’en est fallu d’un cheveu d’ailleurs…
- Même si ça parle beaucoup trop dans ce volume, certains dialogues ne sont pas à jeter, loin de là – un exemple, celui entre le Major Erwin et Livaï.
- Certes, au bout d’un moment, les prises de becs entre Eren et Jean sentent franchement le réchauffé, mais bon, celle-ci était plutôt amusante finalement.

Points Négatifs :
- Le début et la fin de ce tome sont plutôt bons voir très bons par moments mais vers le milieu, tout ce jolie monde parle tellement – surtout pour répéter encore et encore les mêmes choses – que cela casse un peu le rythme !
- Plus le temps passe et moins je supporte le trio Eren, Mikasa et Armin : franchement, lorsque ces trois là sont ensemble, leurs discussions reviennent toujours au bon vieux temps, ils répètent pour la millième fois ce qu’ils disent depuis le début et on s’ennui, mais en s’ennui !
- Accessoirement, plus le temps passe et plus je trouve Mikasa de plus en plus transparente : je l’aimais bien au début, de par son charisme et sa force, mais depuis quelques temps, elle se contente d’être là, un peu inutile, au point, selon moi, d’être dépassée par bien des personnages secondaires, ces derniers, eux, apportant véritablement quelque chose a l’intrigue.
- Un grand bof pour cette couverture.

Ma note : 7,5/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...