lundi 16 mai 2016

FALSE FLAG


FALSE FLAG

Deux semaines après l’enlèvement du ministre de la Défense iranien dans un hôtel de Moscou, les autorités russes accusent le Mossad d’être derrière l’opération et désignent cinq Israéliens comme étant les auteurs du kidnapping. Le Shin Bet, le service de sécurité intérieure israélien, hérite de l’affaire. Il doit établir si les cinq Israéliens mis en cause par les Russes sont liés ou non à l’enlèvement. Commence alors un jeu du chat et de la souris avec les suspects. Tous résident à Tel-Aviv et découvrent avec effarement leurs visages dans les journaux télévisés. Pressés par leurs proches de s’expliquer, chacun réagit différemment. En apparence parfaitement innocents, des détails de leur comportement trahissent pourtant, si ce n’est leur implication, quelques dissimulations. Mais sont-elles seulement en lien avec l’affaire ? Eytan Koppel, l’inspecteur en chef du Shin Bet, a carte blanche pour déterminer les responsabilités de chacun.


False Flag
Réalisation : Oded Raskin
Scénario : Amit Cohen et Maria Feldman
Musique : Gilad Benamram
Production : Keshet Broadcasting, Tender Productions
Genre : Drame, Espionnage, Thriller
Titre en vo : Kfulim
Pays d’origine : Israël
Chaîne d’origine : Aroutz 2
Diffusion d’origine : 29 octobre 2015 – 17 décembre 2015
Langue d'origine : hébreux
Nombre d’épisodes : 8 x 42 minutes

Casting :
Ishai Golan : Ben Rephael
Mickey Leon : Eitan Kopel
Orna Salinger : Emma Lipman
Magi Azarzar : Natalie Elfassia
Ania Bukstein : Asia Brinditch
Angel Bonanni : Sean Tilson
Roy Assaf : Yuval Harari
Moris Cohen : Eli Mazor
Yoav Donat : Jonathan Fisher
Igal Naor : Gavriel Silver
Avigail Ariely : Efrat Rephael

Mon avis : Dans la lignée de l’excellent Hatufim, qui, pour rappel, inspira les américains qui en firent leur propre version, Homeland, très bonne série mais néanmoins inférieure a l’original, False Flag, des mêmes producteurs, est la preuve parfaite que les israéliens sont décidément fort doués pour nous pondre des séries d’espionnage de fort grande qualité. En deviendraient-ils les spécialistes ? Au vu de Hatufim et donc de ce False Flag, on pourrait commencer à le penser, surtout que, au vu du contexte moyen-oriental, il y a décidément tout un tas de choses a raconter a chaque fois, et ce, pour rappel, avec des moyens qui ne sont pas ceux de l’industrie américaine même si le résultat, au final, n’a rien a lui envier, bien au contraire. Et donc, que nous propose donc ce False Flag, encore une histoire de prisonniers de guerre de retour au pays ? Que nenni bien sur mais un concept tout aussi génial même si éloigné : en effet, ici, il y a une sombre histoire d’enlèvement d’un dirigeant iranien puis la révélation, dans les médias, de l’identité de ses ravisseurs. Qui sont-ils ? De simples citoyens lambdas israéliens qui, bien entendu, tombent des nues… ou pas car, bien entendu, très rapidement, le doute va s’instiller petit à petit sur ce qu’ils sont véritablement, sur ce qu’ils savent et, qui sait, si certains d’entre eux voire tous ne sont pas, finalement, coupables de prêt ou de loin de cet enlèvement pour le moins problématique ?! Bref, un postulat de départ réussi et une intrigue dont le développement, au fil des épisodes, devient très rapidement captivant tant il est haletant : aux révélations se succèdent des fausses pistes tandis que, petit à petit, se fait jour que si tout ce petit monde cache bel et bien des secrets, la vérité, elle, est encore plus surprenante. Belle petite réussite, False Flag prouve une fois de plus que les israéliens sont décidément très doués pour ce genre de séries : captivante, n’hésitant pas a maltraiter les forces de sécurité du pays et leurs petites magouilles, et ce, tout en nous présentant des héros comme vous et moi a qui il leur arrive bien des problèmes, cette série, si elle n’atteint certes pas l’excellence de Hatufim, n’en reste pas moins fort bonne et fera passer aux amateurs du genre un bon moment. Espérons maintenant qu’il y aura une seconde saison car bon, au vu du final, même si celle-ci n’est pas nécessaire, il y aurait des pistes à explorer pour en faire une tout aussi bonne…


Points Positifs :
- Le postulat de départ qui est tout simplement excellent avec ces cinq citoyens lambdas accusés de l’enlèvement d’un dignitaire iranien et qui se voient, du jour au lendemain, livrer en pâture sur la place publique et inquiétés par l’état qui ne les lâchera plus d’une semelle.
- Bien entendu, on se doute bien que dans le lot, certains ne sont pas si innocents que cela et, bien entendu, c’est là tout l’enjeu de cette série : découvrir, au fil des épisodes, qui est coupable et qui ne l’est pas. D’ailleurs, les révélations finales sont une pure réussite.
- Comme dans toute bonne œuvre d’espionnage, il y en a des magouilles, des manipulations. De quoi ravir les amateurs, ces derniers comprendront le pourquoi du titre vers la toute fin d’ailleurs.
- Ma foi, de très bons acteurs au casting avec, en tête de liste, bien entendu, le plaisir de retrouver Ishai Golan qui jouait l’un des trois prisonniers dans Hatufim.

Points Négatifs :
- Si l’ensemble est effectivement très bon, force est de constater que, par moments, on tombe un peu trop dans l’action pure et dure, surtout avec l’un des personnages…
- Autant la fin est bonne, de par ses conséquences, autant j’ai quelques doutes qu’une telle opération en terres russes soit possible ; un tel massacre en pleine base militaire et ses auteurs qui s’en sortent ? Mouais…

Ma note : 8/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...