samedi 28 mai 2016

SCIENCES ET AVENIR HS 185 – LE FABULEUX HÉRITAGE DES EMPIRES DISPARUS


SCIENCES ET AVENIR HS 185 – LE FABULEUX HÉRITAGE DES EMPIRES DISPARUS
Avril/Mai 2016

Sciences et Avenir HS 185 – Le fabuleux héritage des empires disparus
Edito : Aux sources de notre humanité
Rencontre : Jean-Luc Martinez : « Effacé le passé, c’est déshumaniser l’homme »
Syrie
- Palmyre. Une cité impériale surgie du désert
- Alep, Mari, Krak des chevaliers, Apamée, Douras Europolos…
Enquête : Antiquités du sang, la lutte s’organise
Entretien : France Desmarais : « Nous n’avons aucune idée de l’ampleur actuelle du trafic »
Irak
- Ninive. La cité guerrière rivale de Babylone
- Olivier Christin : « Le Coran ne proscrit pas l’usage d’images »
- Khorsabad, Nimroud, Tikrit, Monastère de Saint-Elie…
Portfolio : D’or et d’ivoire, les trésors des musées
Entretien : Jean Devallon : « Etrangers, les objets du passé permettent de se confronté à l’altérité »
Lybie
- Cyrène. Un rêve grec en Afrique
- Leptis Magna, Sabratha, Acacus…
Afghanistan
- Bamiyan. Sur les traces de Bouddha
- Bactres, Aï Khanoum, Mes Aynak…
- High-tech : L’archéologie 3.0 au secours du patrimoine
- Mali
- Tombouctou. La mémoire retrouvée d’une ville de légende
- Yémen
- Sanaa. Témoin fragile d’une Arabie heureuse
- Marib, Shibām, Saada, Barakish…
- Exposition : Ariane Thomas : « La Mésopotamie, ce berceau de l’humanité »

Mon avis : Un titre pour le moins trompeur que celui de cet hors-série de Sciences et Avenir puisque, plutôt que de s’intéresser a ce prétendu héritage de ces fameux empires disparus, cette revue s’intéresse aux dangers qui le menacent, dangers, bien évidement, qui sont dus a la folie des hommes et plus particulièrement, dans la grande majorité, de ces fous de Dieu comme Daesh, Al-Qaïda et autres fanatiques du même genre… Car comme tout a chacun a put le voir au cours de ces derniers mois voir de ces dernières années, au Moyen-Orient, principalement, les vestiges archéologiques de nos ancêtres sont menacés, pillés, voir tout bonnement détruits au marteau piqueur ou a la dynamite, et ce, de la main de ces illuminés qui ne jurent que par leur version étriquée (et accessoirement fausse) du Coran. Du coup, ce numéro de Sciences et Avenir nous entraine certes dans une plongée vers notre passé lointain, nous faisant redécouvrir ces civilisations disparues depuis des éons dans le sable, mais surtout, plus qu’un voyage dans le temps, dans ces pages, on y trouve une bien triste compilation, celle des nombreuses destructions que subissent ces trésors du patrimoine mondial. Forcément, tout cela est instructif au possible surtout que, loin de s’attarder aux méfaits de dégénérés comme Daesh, les auteurs ne font pas l’impasse sur certains conflits dont les médias, curieusement (ou pas, alliances géopolitiques oblige), ne parlent pas comme celui du Yémen, dévasté par les troupes de l’Arabie Saoudite, Ryad prenant visiblement un malin plaisir à dévaster toute trace du patrimoine de son voisin. Bref, un numéro qui mérite le détour, surtout si, comme moi, vous êtes un passionner de ces anciennes civilisations, mais, il faut le reconnaitre, un numéro plutôt fataliste puisque, malheureusement, non seulement tout un pan de notre patrimoine mondial est retourné a la poussière, mais, malgré quelques bonnes nouvelles (comme la reprise par les troupes syriennes et russes de la cité de Palmyre), l’avenir s’avère franchement sombre dans la région et il y a de fortes chances que d’autres destructions fort regrettables surviennent encore…


Points Positifs :
- Une fort instructive compilation de tous les sites archéologiques actuels détruits ou en danger. Des plus connus aux plus obscurs, de ceux dont les médias ont fait les choux gras (les Bouddhas de Banyan, les sites mésopotamiens détruits par Daesh) a ceux dont ils ne parlent jamais (le Yémen), que l’on soit néophyte ou pas, on ne s’ennui pas un instant a la lecture de cette revue.
- Justement, on pourrait craindre que ce numéro ne mette en avant que les cas les plus connus, or, fort heureusement, il n’en est rien et c’est l’une des grandes forces de celui-ci.
- Illustrations, cartes, chronologies des civilisations abordées : le tout est plutôt complet.  

Points Négatifs :
- Pas véritablement de points négatifs dans ce numéro sauf que l’on peut éventuellement regretter que certains chapitres ne soient pas un peu plus développés, particulièrement vers la fin.
- Certes, il ne faut pas se voiler la face, le fondamentalisme islamique est la plus grande menace qui soit au jour d’aujourd’hui (pour les vestiges archéologiques comme pour l’humanité en général), cependant, ce n’est pas le seul danger, loin de là, et il n’aurait pas été superflu de pointer du doigt décisions gouvernementales et certaines multinationales tout aussi néfastes par moments pour certains vestiges archéologiques.

Ma note : 7,5/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...