lundi 14 septembre 2015

THORGAL – LE BARBARE


THORGAL – LE BARBARE

Thorgal et sa famille sont devenus une marchandise pour un marchand d’esclaves. Vaguement négocié 30 pièces d’argent, Thorgal doit servir de cible d’entraînement au tir à l’arc pour de jeunes nobles. Lâché sur une presqu’île escarpée en compagnie d’autres esclaves, notre héros retourne pourtant la situation à son avantage et parvient à mettre (provisoirement) sa famille au service du gouverneur romain de la province.


Thorgal – Le barbare
Scénario : Jean Van Hamme
Dessins : Grzegorz Rosinski
Couleurs : Grzegorz Rosinski
Couverture : Grzegorz Rosinski
Editeur : Le Lombard
Genre : Heroic Fantasy, Fantastique, Science-Fiction
Pays d’origine : Belgique
Langue d’origine : français
Parution : 02 novembre 2002
Nombre de pages : 48

Mon avis : Lors de ma critique du précédant tome de Thorgal, Le royaume sous le sable, je me plaignais déjà de la baisse de régime notable de la série depuis La cage, comme si, depuis que notre héros, après s’être encanailler avec la sulfureuse Kriss de Valnor, était rentrée sagement au près des siens, les auteurs ne savaient plus trop quoi faire avec lui, nous proposant, tomes après tomes, des aventures indépendantes qui n’apportent plus grand-chose a une œuvre qui connu ses heures de gloire au cours des années 80/90. Car il faut dire que, depuis, c’est un peu la débandade et entre un Jean Van Hamme visiblement a bout de souffle et qui a perdu le feu sacré et un Grzegorz Rosinski qui nous aura tant enchanté avec ses dessins et qui, depuis Le royaume sous le sable, livre une prestation tout bonnement médiocre, force est de constater que Thorgal n’est vraiment plus ce qu’il était. Du coup, que reste-t-il a se mettre sous la dent avec cet énième opus de la saga, le vingt-septième ? Eh bah en fait, pas grand-chose : lorgnant allègrement du coté des Archers, qui fut, de mon point de vu, le meilleur tome de la saga, il n’en retrouve jamais, a aucun moment, le souffle épique de ce dernier. Thorgal, sa famille et ses deux nouveaux compagnons rencontrés dans le tome précédant sont vendus comme esclaves a des… romains (en l’an 1000 ?!), Thorgal, toujours aussi moralisateur, passe son temps à critiquer le pouvoir, la corruption de celui-ci et n’arrête pas de geindre quand a sa condition d’homme libre, Thorgal participe, contraint et forcé a un concours de tir a l’arc qu’il ne peut, forcément, que remporter, et, pour finir, a la fin, Thorgal meurt… Hein, quoi, comment ?! Mouais, qui peut donc y croire une seule seconde ? Scénaristiquement, c’est plutôt ennuyeux et sans surprises, quand aux dessins, bigre, mais quelle mouche a bien put piquer Rosinski ?! Bref, une fois de plus, une nouvelle déception pour Thorgal qui, décidément, aura raté son entrée dans le vingt-et-unième siècle…


Points Positifs :
- Tout n’est pas a jeter non plus dans ce tome et certaines scènes marquent un peu les esprits, comme celle où Thorgal et Tiago doivent échapper a des jeunes nobles romains armés d’arcs et de flèches.
- Toute la partie du concours se laisse regarder et n’est pas désagréable.
- Le sort, humiliant et terrible, que subit Ileniya, déguisée en panthère – d’ailleurs, le costume lui va bien.
- La couverture est sympa.

Points Négatifs :
- Reconnaissons qu’en comparaison de ses nombreux prédécesseurs, ce tome, Le barbare, souffre terriblement de la comparaison. Il faut dire que tout ce qui faisait la force et l’intérêt de cette série semble avoir disparu, comme si les auteurs avaient perdu leur inspiration ou s’ennuyaient franchement avec ce personnage.
- Les dessins de Grzegorz Rosinski qui étaient tout bonnement magnifiques auparavant sont devenus d’une médiocrité atroce : entre un encrage trop marquant, certaines planches faites a la va-vite, des visages loupés, difficile de reconnaitre ce fabuleux dessinateur depuis deux volumes…
- Scénaristiquement, c’est pauvre, peu original et on s’ennui plus qu’autre chose.
- La scène où Ileniya se suicide est non seulement mal dessinée mais, alors que l’on pouvait s’attendre a quelque chose de fort, d’une platitude affligeante.
- Idem pour le pseudo mort de Thorgal. Qui donc y croit ? Si encore elle avait été amenée autrement ?!
- Rien n’est logique dans ce tome : ainsi, Thorgal qui a toujours voulu protéger les secrets de ses enfants dévoile leurs pouvoirs aux yeux de tout le monde !?
- Thorgal devient de plus en plus pénible a force d’être un monstre de vertu moralisateur ; d’ailleurs, c’est peut-être pour cela que les auteurs ont perdu le feu sacré avec lui ?
- Des romains en l’an 1000 ? Euh, il y a un souci là…

Ma note : 4/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...