dimanche 10 décembre 2017

LA LIGUE DES GENTLEMEN EXTRAORDINAIRES – NEMO – CŒUR DE GLACE


LA LIGUE DES GENTLEMEN EXTRAORDINAIRES – NEMO – CŒUR DE GLACE

En 1925, sur les quais de New-York, Janni Dakkar, fille du capitaine Nemo, et ses hommes du Nautilus dérobent les biens de la reine de Kôr, une principauté d'Afrique centrale. La souveraine particulièrement en colère et mandate un magnat de l'édition pour qu'il récupère tout cela. Ce dernier engage trois aventuriers connus pour leur génie de l'invention afin qu'ils mettent la main sur la fille de Nemo, qui en a d'ailleurs assez de jouer les pirates et n'a qu'une idée en tête : faire mieux que son père. Pour cela, elle se met en tête de réussir là où Nemo a échoué, dans la traversée de l'Antarctique. Sur le continent glacé, une course poursuite entre les membres du Nautilus et les mercenaires engagés par la reine Kôr se dessine...


La Ligue des Gentlemen Extraordinaires – Nemo – Cœur de Glace
Scénario : Alan Moore
Dessins : Kevin O'Neill
Encrage : Kevin O'Neill
Couleurs : Ben Dimagmaliw
Couverture : Kevin O'Neill
Genre : Super-héros, Fantastique, Etrange
Editeur : DC Comics
Titre en vo : The League of Extraordinary Gentlemen – Nemo – Heart of Ice
Pays d’origine : Angleterre, Etats-Unis
Parution : 12 mars 2013
Langue d’origine : anglais
Editeur français : Panini Comics
Date de parution : 06 novembre 2013
Nombre de pages : 48

Liste des épisodes
The League of Extraordinary Gentlemen – Nemo – Heart of Ice

Mon avis : Paru au tout début des années 2000, La Ligue des Gentlemen Extraordinaires de l’auteur britannique Alan Moore est non seulement l’une de ses œuvres les plus célèbres mais aussi celle qui connut le plus de suites. Ainsi, entre Le Dossier Noir ou Century, j’ai déjà eu l’occasion de vous parler de certaines d’entre elles sur ce blog, mais il m’en restait une, la fameuse trilogie Nemo dont je m’attèle enfin a sa lecture en cette fin d’année, en commençant, donc, par ce Cœur de Glace, premier volet mettant en avant la fille du célèbre Capitaine Nemo, Janni Dakkar. Bon, disons le tout de suite, dans ce premier tome, qualitativement parlant, nous sommes loin de l’excellence de La Ligue des Gentlemen Extraordinaires ; certes, cela reste plutôt bon dans l’ensemble, certes, retrouver cet univers si original et travailler est assez plaisant pour les fans de ce dernier, quant aux dessins de Kevin O’Neill, malgré le style particulier de ceux-ci, force est de constater qu’ils sont toujours aussi efficace et sont, depuis longtemps, indissociables de l’œuvre dans son ensemble. Là où le bat blesse, c’est que, scénaristiquement, ce Cœur de Glace est un poil plus léger que d’habitude… Certes, Alan Moore multiplie les références, principalement a Lovecraft, et il faut reconnaitre que les fans du reclus de Providence retrouveront avec plaisir lieux et créatures qui leurs sont familiers, cependant, dans l’ensemble, cet album n’est, dans les grandes lignes, qu’une longue course poursuite où les protagonistes passent par les cités antédiluviennes des Anciens… Bref, on se retrouve au final avec une impression mi-figue, mi-raisin, en se disant qu’il y a un tas de bonnes choses dans ce Cœur de Glace mais avec l’impression qu’il y avait nettement de quoi mieux faire. Mais bon, vu qu’il s’agit d’une trilogie, on ne perd pas non plus espoir, sachant qu’il faudra juger sur place l’ensemble lorsque l’on viendra à bout de celle-ci…


Points Positifs :
- Le plaisir de retrouver un univers, celui de La Ligue des Gentlemen Extraordinaires, qui est peut-être l’un des plus réussis parmi toutes les créations d’Alan Moore, surtout que, si dans Century et Le Dossier Noir, on savait ce qu’il était advenu de Mina Murray et Quatermain, la fille de Nemo était un peu perdue de vue…
- Les très nombreuses références à l’univers de Lovecraft, au point même que celui-ci soit omniprésent tout au long des pages de cet album. Un régal, bien sur, pour les fans de l’écrivain.
- Si Janni Dakkar ne possède bien évidement pas le charisme de son père, le Capitaine Nemo, force est de constater qu’elle est loin d’être inintéressante, loin de là.
- Pour ce qui est des dessins, on reste en terrain familier avec un Kevin O'Neill égal a lui-même.
- Elle est plutôt intrigante la Reine de Kôr, vous ne trouvez pas !?

Points Négatifs :
- Malgré quelques bonnes idées, quelques protagonistes réussis et les nombreuses références a Lovecraft et son univers, nous restons loin de ce que Moore a fait de mieux dans La Ligue des Gentlemen Extraordinaires.
- Peut-être est ce le format de cet album qui est trop court mais en tous cas, l’impression qu’il en ressort et que le scénario, limité dans les grandes lignes a une course poursuite, parait moins travaillé que d’habitude.

Ma note : 7,5/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...