mardi 9 mai 2017

LUST FOR LIFE


LUST FOR LIFE

Iggy Pop

1 - Lust for Life (Pop, Bowie) 5:13
2 - Sixteen (Pop) 2:26
3 - Some Weird Sin (Pop, Bowie) 3:42
4 - The Passenger (Pop, Gardiner) 4:44
5 - Tonight (Pop, Bowie) 3:39
6 - Success (Pop, Bowie, Gardiner) 4:25
7 - Turn Blue (Pop, Lacey, Bowie, Peace) 6:56
8 - Neighborhood Threat (Pop, Bowie, Gardiner) 3:25
9 - Fall in Love with Me (Pop, Bowie, Hunt Sales, Tony Sales) 6:30


Lust for Life
Musicien : Iggy Pop
Parution : 09 septembre 1977
Enregistré : avril – juin 1977
Durée : 41:53
Genre : Post-Punk
Producteur : David Bowie, Iggy Pop, Colin Thurston
Label : RCA

Musiciens :
Iggy Pop : chant
David Bowie : piano, claviers, chœurs
Carlos Alomar : guitare, chœurs
Ricky Gardiner : guitare, chœurs
Tony Sales : basse, chœurs
Hunt Sales : batterie, chœurs

Mon avis : Indéniablement, en 1977, David Bowie et son petit groupe de compagnons – Brian Eno, Iggy Pop – furent a l’origine de la sortie de cinq albums en quelques mois qui allèrent poser les bases musicales des dix années suivantes, ainsi, avec Low et Heroes pour Bowie, Before and After Science pour Eno et The Idiot et ce Lust for Life qui nous préoccupe aujourd’hui, pour l’Iguane, ce furent donc cinq petits chef d’œuvres qui, pour les deux premiers, se prolongèrent dans l’année suivante avec Lodger et Ambient. Bref, un fourmillant artistique peu commun et exceptionnel qui gravita autour du Mince Duc Blanc et où les autres n’étaient pas en reste, chacun apportant sa pierre a l’édifice, d’une façon ou une autre. Et donc, Iggy Pop, ex-Stooges et ami américain de l’ex-Ziggy, qui tel un phénix, renaquit de ses cendres avec le somptueux et dérangeant The Idiot, qui, accessoirement, dérouta bon nombre de ses fans, n’attendit guère pour refaire parler de lui avec, ce qui est encore de nos jours considéré comme son second meilleur album solo de tous les temps, ce fameux Lust for Life. Un grand album, donc, que cet opus qui, d’entrée de jeu, dénote grandement de son prédécesseur : il faut dire que la pochette avec cet Iggy souriant est a mille lieux de l’esthétisme froid et mécanique de The Idiot. Ainsi, le contenu tiendra moins, cette fois, du Low de Bowie et de Kraftwerk pour revenir a un rock plus basique, plus accessible aux fans de la première heure, il faut le reconnaitre. Cependant, n’allez pas croire que le duo Pop/Bowie aura céder aux sirènes du commercial et de la facilité a tout va car il n’en est rien, loin de là ! Lust for Life nous montre juste une autre facette de l’Iguane, plus enjouée, certes, moins expérimentale, indéniablement, mais tout aussi jouissive, a sa façon, que put l’être The Idiot et où des titres comme The Passenger, Tonight, Sixteen ou Lust for Life (la chanson) sont de très haute volées. S’en suivra ensuite une tournée mémorable avec Iggy Pop aux chants et Bowie aux claviers et la confirmation, indéniable, que ces deux là, ensemble, possédaient une alchimie peu commune. Au final, et même si je garde une nette préférence pour l’esthétisme froid et chirurgical de The Idiot, chef d’œuvre absolu de la discographie de l’Iguane, comment ne pas apprécier grandement ce Lust for Life, pendant génial et joyeux tout aussi indispensable !


Points Positifs :
- Le second meilleur album d’Iggy Pop en solo – oui, le premier étant The Idiot – ce qui, en soit, veut tout dire. Il est évidant que cet opus est très différent de son prédécesseur, qu’il renoue avec une certaine simplicité musicale mais que cela n’est nullement un défaut, Lust for Life déroutant bien moins les fans de la première heure de l’Iguane.
- Finit les expérimentations musicales et l’influence des groupes allemands pour un punk-rock du plus bel effet qui n’en reste pas moins festif et oh combien plaisant.
 - The Passenger, peut-être l’une des meilleures chansons d’Iggy Pop de tous les temps !
- Tonight, Sixteen, Lust for Life, pour ne citer que les morceaux les plus marquants d’un album qui ne possède que de bonnes chansons.
- Une collaboration diablement efficace – encore une – entre Iggy Pop et David Bowie ; et puis, ce dernier aux claviers et aux chœurs, quel plaisir !

Points Négatifs :
- D’un point de vu personnel, je trouve que The Idiot, plus expérimental, plus risqué musicalement parlant, est supérieur à Lust for Life. Après, tout est une question de préférences et de gouts.
- Certes, la pochette est devenue culte depuis le temps, mais, objectivement, on ne peut pas vraiment dire qu’elle soit très recherchée, loin de là.

Ma note : 8,5/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...