vendredi 26 février 2016

VELVET – AVANT DE MOURIR


VELVET – AVANT DE MOURIR

Velvet Templeton est toujours recherchée pour le meurtre de X-14, une mort dont elle n'est pas responsable mais dont la mise en scène a tout fait pour l'accuser. L'espionne ne compte pas se laisser faire et parvient à échapper à chaque fois à ses poursuivants. Anticipant les réactions de ces derniers, Velvet va même jusqu'à retourner à Londres. Elle se rend dans les quartiers mal famés de la capitale anglaise, afin d'y dégoter des armes. Velvet cherche à connaître l'identité de son adversaire, de celui qui tire les ficelles de ce stratagème. Quatre noms lui viennent à l'esprit : le sous-directeur Simonson, le directeur Manning, Jean Bellanger et le sénateur Hillerman. Si elle a des doutes sur certains, elle n'a aucune preuve tangible ni même indice majeur. Après s'être rencardée sur l'état de la poursuite la concernant, Velvet décide de déjouer n'importe quel plan sensé. Elle se rend au domicile du directeur Manning, son patron qui, si elle ne le croît pas responsable de la machination, pourrait bien l'aider à progresser dans son enquête....


Velvet – Avant de mourir
Scénario : Ed Brubaker
Dessins : Steve Epting
Encrage : Elizabeth Breitweiser
Couverture : Steve Epting
Genre : Aventure, Action, Espionnage
Editeur : Image Comics
Titre en vo : Velvet – The Secret Lives of Dead Men
Pays d’origine : Etats-Unis
Parution : 20 mai 2015
Langue d’origine : anglais
Editeur français : Delcourt
Date de parution : 10 février 2016
Nombre de pages : 128

Liste des épisodes
Velvet 6-10

Mon avis : Fin 2014, je vous parlais sur ce blog du premier tome d’un comics qui m’avait fort plu, un comics d’un genre pour le moins particulier puisque traitant de l’espionnage (pas vraiment mon genre préféré, bien au contraire), je veux bien évidement parler de Velvet, œuvre du duo Brubaker/Epting, celui qui avait officié, en son temps, sur Captain America, et qui, en toute sincérité et sans exagération aucune, avait été l’une de mes meilleures lectures BD d’il y a deux ans. L’attente, vous l’avez compris, fut longue, trop longue, et c’est donc en ce mois de février 2016 que j’eu enfin le plaisir de découvrir la suite des aventures de la belle et dangereuse Velvet Templeton, ancienne secrétaire, en apparence, d’une agence d’espionnage britannique, et surtout, espionne oh combien dangereuse, surtout quand on l’accuse a tort de crimes qu’elle n’a pas commis. Bien évidement, je ne reviendrais pas sur tout le bien que je pense de ce James Bond au féminin, œuvre maitresse s’il en est, je pense avoir été suffisamment clair lors de ma critique du premier tome, mais plus important que cela, car désormais, nous sommes en terrain familier, ce que je retiendrais principalement de ce Avant de mourir, second volet de la saga, c’est que non seulement ce dernier confirme toute la qualité de cette œuvre mais, qui plus est, elle le sublime. Car oui, que ce soit pour son intrigue, de plus en plus complexe et où Ed Brubaker s’amuse avec les canons du genre, et pour ses dessins, superbement maitrisés par un Steve Epting que l’on ne présente plus, ce second volet de Velvet est tout simplement excellent, et je pèse mes mots. Alors bien sur, si l’on veut être tout a fait objectif, il faut reconnaitre que tout cela n’est pas forcément d’une grande originalité, que par moments, la belle Velvet est un peu trop efficace pour être honnête, mais bon, si l’on reprend les œuvres du même genre, et, principalement, les James Bond, comment ne pas admettre que c’est le genre qui vaut cela, que tout cela est conforme aux meilleurs récits d’espionnages, et que, quelque part, en deux volumes et dix épisodes, Velvet Templeton est déjà devenue un incontournable du genre ?! Franchement, une belle réussite !


Points Positifs :
- Ni meilleur, ni pire, ce second tome de Velvet est la confirmation de tout le bien que je pensais de cette œuvre : on reprend les intrigues en court, on retrouve avec plaisir l’univers de la série ainsi que les personnages et c’est reparti pour un tour !
- Scénaristiquement, Brubaker nous en met plein la vue avec moult retournements de situations et un épisode final qui nous laisse sur le cul ; vivement la suite !
- Le plaisir de retrouver Velvet Templeton, toujours aussi charismatique.
- La mise en avant de certains personnages, quelques nouvelles têtes et, surtout, des morts surprenantes !
- Les dessins de Steve Epting, toujours aussi bons.

Points Négatifs :
- Avec Velvet, on est de plein pied dans le genre espionnage et il est clair que, par moments, certaines situations sont un peu convenues.
- Certaines exagérations propres au genre.
- Si vous n’aimez pas les œuvres d’espionnage, ce n’est pas Velvet qui vous fera changer d’avis.  

Ma note : 8,5/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...