samedi 27 février 2016

APOCALYPSE – VERDUN


APOCALYPSE – VERDUN

Février 1916. La Première Guerre mondiale dure depuis deux ans. Elle a déjà fait plus de 3 millions de morts. Et pourtant, aucun des belligérants ne parvient à prendre l'ascendant sur l'autre. À Verdun, les Allemands, en concentrant plus d'artillerie et plus d'hommes que dans toutes leurs autres offensives, veulent forcer le destin et gagner la guerre. Mais les Français vont tenir. Pendant 300 jours et 300 nuits, sous un orage d'acier continu de 60 millions d'obus, Allemands et Français vont s'affronter, avec la rage d'en finir. Comment ont-ils pu survivre à cette apocalypse ? À partir d'un fonds d'archives de plus de 500 heures, restaurées, superbement mises en couleur et portées par la voix de Mathieu Kassovitz, Apocalypse Verdun nous offre une plongée terrible au cœur de l'une des plus grandes batailles de tous les temps.


Apocalypse – Verdun
Réalisation : Isabelle Clarke, Daniel Costelle
Narrateur : Mathieu Kassovitz
Production : France Télévisions Distribution
Genre : Documentaire historique
Titre en vo : Apocalypse – Verdun
Pays d’origine : France
Chaîne d’origine : France 2
Diffusion d’origine : Février 2016
Langue d'origine : Français
Nombre d’épisodes : 1 x 90 minutes

Mon avis : Après vous avoir parlé, dans mon billet précédant, du numéro spécial de Géo Histoire consacré a la terrible et célèbre bataille de Verdun, dont on fête ces jours ci le centenaire, je reste dans le même sujet avec le dernier documentaire en date du duo Clarke/Costelle, je veux bien évidement parler de la série Apocalypse et, bien entendu, sobrement intitulé Apocalypse – Verdun. Ce n’est pas la première fois qu’Isabelle Clarke et Daniel Costelle s’intéressent a la Der des Der puisque, pour rappel, il y a deux ans, lors du centenaire des débuts du premier conflit mondial, nous avions déjà eu l’occasion de voir, sur nos petits écrans, un certain Apocalypse – La Première Guerre Mondiale, documentaire en cinq parties, accessoirement, de fort bonne qualité. Bien entendu, ici, là n’est pas mon propos de critiquer, ou pas, le fait que les images d’époque, tournées en noir et blanc, aient été colorisées : c’est, selon moi, un faux problème (un peu comme discuter du sexe des anges) puisque, si cela permet de toucher un plus grand nombre de personnes, alors, pourquoi pas – oui, autant je suis contre le fait de coloriser les films, je suis plus souple quand aux images d’archives même si je trouve dommage que ce fichu grand public soit bien souvent allergique au noir et blanc. Non, l’important, c’est le contenu de ce documentaire, son sérieux, son intérêt, et, ma foi, que dire de plus ? En fait, pas grand-chose car bon, comment dire… depuis quelques années, Apocalypse rime indéniablement avec qualité et même si dans le cas présent, on pourrait trouver a redire sur le fait qu’un volet soit uniquement consacré a une bataille, Verdun, chose qui fut déjà fait dans Apocalypse – La Première Guerre Mondiale, reconnaissons que, premièrement, ce ne fut pas n’importe quelle bataille (bah oui), deuxièmement, qu’au vu du nombreux matériel proposé, souvent inédit, on ne s’ennui pas une seule seconde. Bref, avec ce volet consacré à Verdun, Isabelle Clarke et Daniel Costelle réussisse une fois de plus leur coup, livrant une belle œuvre de vulgarisation pour le grand public, souvent passionnante, parfois émouvante mais surtout, bigrement instructive. Alors, que demander de plus ?!


Points Positifs :
- La série Apocalypse n’est plus une nouveauté et on retrouve une fois de plus tout ce qui fait sa force : le sérieux de la chose, de nombreuses images d’archives avec un bon nombre inédites d’ailleurs, le coté instructif, la narration et, bien sur, la vulgarisation assumée du documentaire, destiné non pas a une intelligentsia mais au grand public.
- 90 minutes consacrées à une seule et unique bataille, vous pensiez que cela faisait beaucoup ? Sauf que Verdun n’est pas n’importe quelle bataille et, d’ailleurs, on ne s’ennui pas une seconde.
- Les images de la vie quotidienne des soldats sont les plus touchantes, bien entendu ; mais n’oublions pas toutes celles qui s’attardent sur pas mal d’anecdotes moins connues comme, par exemple, celles où l’on voit des animaux comme des zèbres ou des éléphants, en Allemagne, remplacer les chevaux.
- Mathieu Kassovitz est toujours aussi sobre et efficace dans sa narration.

Points Négatifs :
- Comme je l’ai dit, dans le cas présent, je n’ai rien contre la colorisation des images, cependant, force est de constater que, par moments, certaines séquences sont un peu gâchées par celle-ci au point que quelques images finissent par devenir pénibles au visionnage. Et oui, la colorisation a ses limites.
- Au vu de la richesse du sujet, je pense que je n’aurai pas été contre quelques minutes supplémentaires…

Ma note : 8/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...