dimanche 21 février 2016

LA TOUR SOMBRE – TERRES PERDUES


LA TOUR SOMBRE – TERRES PERDUES

Roland de Gilead et ses compagnons Eddie et Susannah poursuivent leur chemin en direction des Terres Perdues, nouvelle étape vers la Tour Sombre. Or le Pistolero perdra l'esprit s'il ne sauve pas Jake, ce garçon qu'il a déjà trahi mais qu'il n'oublie pas. Comment le ramener vers l'Entre-Deux-Mondes aride et périlleux dans lequel ils cheminent ? II existe peut-être une clé à cette énigme, une clé que seul Eddie peut façonner... II leur faudra dès lors traverser Lud, cité livrée au chaos, et affronter Blaine, le monorail fou, dont ils devront déjouer les pièges, au risque d'y perdre la vie... et d'échouer dans cette quête devenue leur raison d'être.


La Tour sombre – Terres perdues
Auteur : Stephen King
Type d'ouvrage : Fantastique, Fantasy
Première Parution : 01 août 1991
Edition Française : 6 avril 2006
Titre en vo : The Dark Tower – The Waste Lands
Pays d’origine : Etats-Unis
Langue d’origine : Anglais
Traduction : Jean-Daniel Brèque, Christiane Poulain
Editeur : J’Ai Lu
Nombre de pages : 521

Mon avis : Depuis mi-janvier, je suis plonger dans l’une des œuvres maitresse de l’écrivain américain Stephen King – mais pas forcément la plus connue aux yeux du grand public – je veux bien évidement parler de La Tour Sombre, cycle mêlant habilement Fantasy, western, horreur et mondes parallèles et où l’on suit la destinée de Roland de Gilead et de ses compagnons sur les traces de la fameuse Tour. Ainsi, après un premier volume, Le Pistolero, qui présentait le personnage principal et l’univers où se déroule l’intrigue, et un second, largement plus réussi de par son intensité narrative, Les trois cartes, où l’on faisait la connaissance de deux des compagnons de Roland, Eddie et Susannah, ce fut avec un enthousiasme certain que je me suis lancer dans la lecture de ce troisième tome de la saga, ce Terres perdues qui aura non seulement confirmer tout le bien que je pensais de celle-ci mais qui, il faut le reconnaitre, aura réussi a sublimer mon intérêt pour celle-ci. Il faut dire, pourtant, que les choses n’étaient pas forcément gagnées d’avance puisqu’une bonne partie de ce roman est dans la ligne droite de son prédécesseur : en effet, une fois de plus, Roland doit batailler ferme pour amener auprès de lui celui qui sera deviendra un autre de ses compagnons, dans le cas présent, le jeune Jake, l’enfant rencontrer dans Le Pistolero et que notre héros avait laissé… mourir. Sauf que depuis, les choses ont pas mal changées et que Jake est bel et bien vivant tout en se souvenant qu’il devait être mort et qu’il se souvient d’un autre monde. Bref, un sacré nœud d’embrouilles dans la tête du jeune garçon, et de Roland, et c’est justement là où Stephen King fait fort, réussissant a nous tenir en haleine tout au long de cette première partie où Roland et ses compagnons tentent le tout pour le tout afin de sauver et de ramener Jake auprès d’eux. La suite, elle, est plus conventionnelle mais n’en reste pas moins excellente même si, lors de la traversée pour le moins chaotique de la ville de Lud, l’action prend un peu le pas sur la réflexion. Par le biais des ressemblances troublantes entre le monde de Roland (dont on ne cesse de nous dire qu’il a changer) et le notre, pour cette locomotive schizophrène issue d’un livre pour enfants et bien vivant ici et pour, une fois de plus, la maitrise narrative parfaite du sieur King, le lecteur traverse, en compagnie des personnages, la dangereuse ville de Lud et ses habitants dégénérés avant de la quitter a très grande vitesse sur les traces de la fameuse Tour sombre, et ce, sans avoir le temps de reprendre son souffle tellement l’intrigue est captivante. Bref, vous l’avez compris, nouveau tome pour La Tour sombre est nouvelle réussite pour un King tout simplement au sommet de son art, qui sait prendre son temps entre chaque parution d’un volume de son cycle majeur, mais, sincèrement, quand on voit le résultat final, on ne peut qu’applaudir des deux mains !


Points Positifs :
- La première partie, consacrée a Jake, est tout simplement parfaite : au début, on se dit qu’on va avoir droit a une réédite du tome précédant, où Roland faisait des incursions dans notre monde, a différentes époques, afin d’en ramener ses futurs compagnons, Eddie et Susannah, mais en fait, les choses sont bien plus compliquées que cela est, accessoirement, passionnantes.
- Le personnage de Jake, présent dans le premier roman mais qui prend ici enfin de l’importance. De part ses souvenirs qui se télescopent entre le fait qu’il aurait dut être mort mais qu’en fait il vit encore, ses recherches pour parvenir dans le monde de Roland, ce nouveau membre du ka-tet est aussi réussi que les autres.
- Charlie le Tchou-Tchou avec son sourire qui n’inspire pas confiance ou Blaine le Mono, monorail schizophrène, King nous offre là un protagoniste improbable mais oh combien réussit.
- Mine de rien, en avançant dans l’histoire, au fil des tomes, c’est de mieux en mieux.
- Roland reste bien sur charismatique en diable, cependant, je suis plus attirer par des personnages comme Eddie et Susannah, véritables piliers de l’histoire.
- L’ours géant, créature immémoriale a la fois faite de chair et de circuits.
- La maison vivante qui essai de dévorer Jake.
- La scène où Susanna a une relation sexuelle pour le moins particulière avec un démon.
- La traversée de la ville de Lud.   

Points Négatifs :
- Si la seconde partie, celle où nos héros traversent la ville de Lud, est captivante au possible et bourrée d’action, elle reste inférieure, par certains cotés, a la première, plus posée, certes, mais tout simplement parfaite d’un point de vue narratif ainsi que pour ses nombreuses implications quand aux rapports entre notre univers et celui de Roland.
- Mouais, pas vraiment fan de Ote, l’animal de compagnie de Jake.

Ma note : 8,5/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...