dimanche 29 novembre 2015

THORGAL – MOI, JOLAN


THORGAL – MOI, JOLAN

Thorgal et sa famille connaissent enfin un repos bien mérité dans leur village du Northland. Repos ou… presque ! Car pour sauver son père, Jolan a offert sa vie à Manthor, le maître de l’entremonde, et ce dernier réclame à présent son du. Jolan part donc de bon matin, avant le levé du soleil pour éviter des adieux déchirants avec sa mère et sa sœur. Son père est néanmoins éveillé pour lui insuffler le courage nécessaire. Dans un tourbillon de neige et de souvenirs d’enfance, l’inquiétant Manthor l’accueille donc dans l’entremonde. Il lui annonce alors que pour suivre son enseignement et embrasser le destin exceptionnel dont il rêve, il lui faut s’affranchir d’une première épreuve. Il lui faut en effet prendre un chemin parsemé de pièges et arriver dans son donjon lugubre avant que le soleil de l’entremonde ne se couche à 2 reprises. Manthor le met également en concurrence avec 4 autres valeureux prétendants, tous doté d’une intelligence et de talents hors normes. Or « seuls deux pieds pourront fouler le seuil de l’initiation ». Tout commence par le choix d’une barque pour traverser une rivière infestée de piranhas. Après une première déconvenue, Jolan sauve la vie d’un premier concurrent…


Thorgal – Moi, Jolan
Scénario : Yves Sente
Dessins : Grzegorz Rosinski
Couleurs : Grzegorz Rosinski
Couverture : Grzegorz Rosinski
Editeur : Le Lombard
Genre : Heroic Fantasy, Fantastique, Science-Fiction
Pays d’origine : Belgique
Langue d’origine : français
Parution : 01 octobre 2007
Nombre de pages : 48

Mon avis : D’entrée de jeu, il est important de souligner que ce trentième tome de cette longue et cultissime saga qu’est Thorgal est tous sauf anodin puisque, comme je le disais dans ma critique du volume précédent, Le sacrifice, désormais, ce n’est plus le créateur de l’enfant des étoiles qui se trouve aux manettes de la série, celui-ci ayant décidé de passer le relais au sieur Yves Sente. Bref, un sacré événement en soit qui fit couler beaucoup d’encore, comme on pouvait s’en douter, en son temps, la chose étant compréhensible aux yeux des fans qui étaient en droit de se demander ce que ce changement d’auteur pouvait apporter a la série. Or, dès les premières pages, la chose semblait bien entendu : Yves Sente n’allait pas décevoir, du moins, pour ce qui était de ce premier tome où il était aux manettes puisque, comme on l’avait compris a la fin du volume précédent, désormais, Thorgal allait passer au second plan et son fils Jolan allait avoir droit aux feux des projecteurs, ce dernier devenant, en quelque sorte, le personnage principal de la saga. Un choix fort judicieux d’ailleurs et qui me plait bien surtout que cela faisait belle lurette que j’avais de plus en plus de mal avec Thorgal et son coté moralisateur a tout va ; en effet, avec Jolan, tout un tas de possibilités narratives s’offrent aux auteurs, et, ma foi, reconnaissons que tout cela débute fort bien avec une quête assez prenante où ce dernier, et d’autres jeunes de son age, doivent subir moult épreuves s’ils veulent être dignes d’être formés par le mystérieux Manthor. Scénaristiquement, c’est plutôt bon surtout que Yves Sente en profite pour faire quelques révélations sur les origines de Manthor, son père étant un personnage plutôt inquiétant, mais aussi en les liant a une certaine… Kriss de Valnor ! Coté dessins, ou plutôt devrais-je dire peintures, nous restons sur la même lignée que dans le tome précédent et, ma foi, je ne peux que louer le choix artistique de Grzegorz Rosinski qui a trouver un second souffle et livre du coup des planches par moments superbes… superbes comme un album franchement bon et prometteur pour ce second cycle d’une saga, Thorgal, qui enfin, semble retrouver des sommets qu’elle n’atteignait plus depuis quelques albums.


Points Positifs :
- Pour un premier essai, reconnaissons qu’Yves Sente s’en sort très bien et que ce trentième album de Thorgal est franchement bon : le changement de protagoniste principal (on passe de Thorgal à Jolan) apporte un souffle nouveau à la saga, surtout qu’il y a beaucoup a dire au sujet d’un personnage qui certes n’est pas nouveau mais qui, en quelque sorte, a tout l’avenir devant lui – en tous cas, c’est mieux que son père qui tournait en rond depuis longtemps.
- Sans être extraordinaire – il s’agit d’une simple quête où Jolan et ses compagnons/rivaux doivent échapper a moult dangers – l’intrigue n’en reste pas moins rapidement prenante et fourmille d’idées sympas.
- Yves Sente met petit à petit les jalons de ce qu’il compte faire pour la suite et, ma foi, pour le moment, c’est prometteur : prêtres rouges, origines de Kriss, etc.
- Franchement, depuis que Grzegorz Rosinski est passé a la peinture directe, il a retrouvé un second souffle et ce changement artistique apporte un plus indéniable au renouveau de la série.
- Même si Thorgal, Aaricia et les autres sont désormais en retrait, ils n’en restent pas moins présents.
- Quelques nouvelles têtes dans la série, ce n’est pas plus mal.
- Je l’ai bien aimé le Golem de Terre.
- Fort belle couverture au demeurant…

Points Négatifs :
- Si l’intrigue pour ce premier essai d’Yves Sente est sympathique, reconnaissons qu’elle n’est pas forcément d’une grande originalité : une quête parsemée d’épreuves, ce n’est pas nouveau dans Thorgal.
- Fallait-il vraiment que ce soit Jolan qui pose les pieds sur le seuil d’initiation ? Tout cela me semble un peu téléphoné et il faudrait faire attention a ce que notre jeune héros ne prenne le relais de son père avec son coté parfait qui en était devenu détestable au bout d’un moment.  

Ma note : 8/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...