lundi 23 novembre 2015

JFK


JFK

Suite à l'assassinat du président John F. Kennedy, le procureur de la Nouvelle Orléans, Jim Garrison remet en cause le rapport du commissaire Warren. Ce dernier avait clôturé l'affaire en trouvant le parfait coupable, Lee Harvey Oswald. Pourtant avant d’être abattu par un tireur isolé, le suspect avait toujours nié sa culpabilité. Pour Garrison, il est impossible que l’homme ait agi seul. Persuadé qu'un complot se trame, Garrison explore des pistes occultées et comprend vite que la CIA, le FBI et le Pentagone ont joué un rôle déterminant dans cette affaire. Prêt à tout pour faire éclater la vérité au grand jour, le procureur devient très vite l'homme à abattre.


JFK
Réalisation : Oliver Stone
Scénario : Oliver Stone et Zachary Sklar, d'après le livre de Jim Garrison
Musique : John Williams
Production : Warner Bros., StudioCanal, Regency Enterprises, Alcor Films, Ixtlan et Camelot
Genre : Drame, Thriller, Historique
Titre en vo : JFK
Pays d'origine : États-Unis
Langue d'origine : anglais
Date de sortie : 20 décembre 1991
Durée : 206 mn

Casting :
Kevin Costner : Jim Garrison
Tommy Lee Jones : Clay Shaw
Gary Oldman : Lee Harvey Oswald
Jay O. Sanders : Lou Ivon
Michael Rooker : Bill Broussard
Laurie Metcalf : Susie Cox
Sissy Spacek : Liz Garrison
Joe Pesci : David Ferrie
Jack Lemmon : Jack Martin
Edward Asner : Guy Bannister
Walter Matthau : le sénateur Long
Kevin Bacon : Willie O'Keefe
Donald Sutherland : « Monsieur X »
John Candy : Dean Andrews
Wayne Knight : Numa Bertel
Gary Grubbs : Al Oser
Martin Sheen : le narrateur
Brian Doyle-Murray : Jack Ruby
Jim Garrison : Earl Warren
Pruitt Taylor Vince : Lee Bowers, un témoin
Jo Anderson : Julia Ann Mercer, un témoin
Ellen McElduff : Jean Hill, un témoin
Vincent D'Onofrio : Bill Newman, un témoin
Lolita Davidovich : Beverly Oliver, la fille du Carousel Club
Sally Kirkland : Rose Cheramie, la prostituée
Frank Whaley : le « faux » Oswald
Tony Plana : Carlos Bringuier, le cubain anti-castriste
Beata Pozniak : Marina Oswald Porter
Gary Carter : Bill Williams, une relation de Oswald
Willem Oltmans : George de Mohrenschildt, une relation de Oswald
Bob Gunton : un des journalistes télévisés
Peter Maloney : Colonel Finck, le médecin légiste
John Finnegan : Juge Haggerty
Pat Perkins : Mattie, la bonne
Sean Stone : Jasper Garrison, le fils de Jim
Ron Rifkin : M. Goldberg / Spiesel, un témoin à l'audience
John Larroquette : Jerry Johnson, l'animateur de télévision

Mon avis : Si jusqu’à aujourd’hui, je n’avais jamais parler de ce véritable petit bijou cinématographique qu’est JFK, c’est que cela faisait belle lurette que je n’avais pas eu l’occasion de le revoir, d’ailleurs, pour être tout a fait franc, cela ne m’étais arriver qu’une seule fois, lors de sa première diffusion a la télévision française, il y a de cela plus de deux décennies. Du coup, si ce n’était pas une nouveauté pour moi, surtout que le film d’Oliver Stone m’avait énormément marqué a l’époque, le temps écoulé et le fait qu’il s’agissait cette fois ci de la version longue de celui-ci me permettait de revoir ce chef d’œuvre d’un œil neuf et plus qu’attentif. Car oui, JFK est indéniablement un chef d’œuvre, le genre de film quasiment parfait de bout en bout et dont, personnellement, je ne me lasse pas : ici, Oliver Stone, déjà porté au panthéon des grands réalisateurs d’Hollywood pour ses nombreux films ayant pour trait la guerre du Vietnam, nous offre là sa plus belle réussite, quelque chose d’énorme, et qui, accessoirement, fit énormément parler de lui lors de sa sortie au début des années 90. Il faut dire que le sujet avait tout pour attirer l’attention du spectateur, tout pour faire un succès mais également, tout pour créer la polémique, mais bon, si trente ans après l’assassinat de John F. Kennedy à Dallas le 22 novembre 1963, énormément de zones d’ombres subsistaient quand aux véritables responsables du drame (Mafia, CIA, Anticastristes, Soviétiques, Oswald voir carrément le gouvernement américain au sens le plus large possible), on ne peut que reconnaitre que fin 2015, nous en sommes toujours au même point et que si le mythe du président idéal est passé depuis longtemps, les mystères entourant sa mort, eux, sont toujours les mêmes. Car oui, que Lee Harvey Oswald ait effectivement pressé la détente ou qu’il ne soit qu’un parfait bouc émissaire, on ne peut nier qu’il y eut bel et bien complot et qu’entre une enquête pour le moins bâclée, pas mal de zones d’ombres et ces nombreux témoins qui n’ont jamais été écoutés, il est difficile, sur ce cas là, de ne pas adhéré a ceux qui ne jurent que par la théorie du complot. Et forcément, JFK, film tiré du livre de Jim Garrison, le procureur qui fit de sa vie une lutte acharnée pour découvrir la vérité sur cet assassinat qui bouleversa l’Amérique mais aussi le monde, va parfaitement dans le sens du complot ; la chose est normale mais, principalement, la grande force d’Oliver Stone, sinon, autant regarder un reportage, c’est d’avoir réussi à rendre celui-ci captivant au possible, de nous tenir en haleine de la première a la dernière minute (et sur plus de trois heures tout de même) et de nous faire adhérer, nous aussi, a cette idée que l’assassinat de John F. Kennedy cache encore bien des questions et que, probablement, on ne connaitra jamais l’entière vérité… Alternant images d’archives et reconstitutions de grande qualité, servi par une flopée d’acteurs de premier ordre tout bonnement excellents, JFK est un grand film, incontestablement. Alors bien entendu, on pourra pointer du doigt les quelques arrangements avec la vérité du scénario, mais bon, dans l’ensemble, et comme je le disais en préambule de cette critique, dans l’ensemble, JFK est quasiment sans défauts, un film parfait, captivant et, reconnaissons le, l’exemple parfait du talent d’Oliver Stone et d’un certain cinéma américain… Un bijou à voir et à revoir…


Points Positifs :
JFK n’est pas, a priori, un film grand public (nombre de personnages conséquents, scénario complexe au possible, très nombreux et très longs dialogues), pourtant, de par son talent, Oliver Stone réussit son pari et nous livre une œuvre captivante, prenante et qu’il est difficile de lâcher une fois entré dedans.
- Le sujet du film, bien entendu, car bon, on parle tout de même de l’assassinat de Kennedy, l’un des événements les plus marquants de l’histoire américaine de l’après-guerre.
- Tout cela est tellement bien fait, les faits présentés apparaissent tellement imparables que l’on ne peut qu’en conclure qu’il y a bien anguille sous roche dans cette affaire.
- Une flopée d’acteurs connus, excellents et impliqués dans leurs rôles respectifs. Même Kevin Costner, qui n’est pas un acteur que j’apprécie énormément est franchement bon dans ce film.
- Le mélange entre images d’archives et reconstitutions historiques, celles-ci étant, accessoirement, fort réussies.
- La version longue qui apporte un plus intéressant a un film déjà excellent à la base.
- La bande originale de John Williams, elle aussi parfaite.
- JFK est bien entendu un film qui ne pourra que plaire aux nombreux amateurs de la théorie du complot.

Points Négatifs :
- Autant il est logique que ce film soit partisan et soit à fond dans la théorie du complot, autant on peut regretter que, par moments, Oliver Stone ait fait quelques petits arrangements avec la réalité historique histoire que tout aille dans le sens de son propos.

Ma note : 9/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...