mardi 24 novembre 2015

JUDE


JUDE

En Angleterre, à l’époque victorienne, le jeune Jude Fawley rêve d’étudier à l’Université. Suite à un premier mariage malheureux avec une fille de la campagne, Arabella, dont il se sépare, il devient maçon et gagne la ville de Christminster pour réaliser son rêve. Il y fait la rencontre de sa belle cousine, Sue Bridehead, aussi intelligente et anticonformiste que lui. Ils tombent vite amoureux, mais vont devoir faire face au scandale provoqué par leur union…


Jude
Réalisation : Michael Winterbottom
Scénario : Hossein Amini, d'après le roman Jude l’Obscur de Thomas Hardy
Musique : Adrian Johnston
Production : PolyGram Filmed Entertainment
Genre : Drame
Titre en vo : Jude
Pays d'origine : Royaume-Uni
Langue d'origine : anglais, latin
Date de sortie : 27 novembre 1996
Durée : 129 mn

Casting :
Christopher Eccleston : Jude Fawley
Kate Winslet : Sue Bridehead
Liam Cunningham : Phillotson
Rachel Griffiths : Arabella
June Whitfield : Tante Drusilla
James Nesbitt : Oncle Joe
Ross Colvin Turnbull : Jude enfant
Dexter Fletcher : Prêtre

Mon avis : D’entrée de jeu, Jude avait tout pour me plaire : film se déroulant a l’époque Victorienne, cette période de l’histoire qui m’attire depuis longtemps, la présence de Kate Winslet, tout simplement mon actrice préférée et, pour finir, l’avis de mon épouse qui chantait les louanges de ce long métrage depuis que je la connais, ce qui commence à dater, la aussi. Bref, tout un tas d’éléments positifs et qui me laissaient présager du meilleur, et, ma foi, le début du film semblait aller dans ce sens, et puis, au fil des minutes, je dois reconnaitre que j’ai commencé à fléchir mon enthousiasme… oh, certes, je ne vais pas nier que l’histoire en elle-même est bonne, de plus, pour ce qui est des acteurs, il n’y avait rien a redire, le duo Christopher Eccleston/Kate Winslet fonctionnant de fort belle manière. Et puis, comment ne pas prendre fait et cause pour le destin de ce héros, le fameux Jude, fils de paysan qui s’est fait lui-même, visiblement bien plus instruit que bon nombre de fils de bourgeois mais qui, de part ses origines modestes, se voit empêcher de monter les marches de la réussite sociale… Mais Jude, c’est aussi et surtout une belle histoire d’amour, impossible bien sur, entre deux cousins, chacun étant accessoirement marié et, forcément, une histoire d’amour qui finira mal, très mal même – et comme chacun sait, les meilleures histoires d’amour sont celles qui ne finissent pas bien. Celle-ci est donc vouée a l’échec, on le comprend dès le début, mais cela nous empêche pas d’espérer, de nous dire que… qui sait ? Bref, tout un tas d’éléments qui auraient put faire de Jude un grand film, un incontournable, sauf que… sauf que, a un moment donné, si l’intrigue débute bien et si la fin, terrible, est une pure réussite, le milieu du film est bourré de longueurs qui gâchent indéniablement l’ensemble. Et puis, ces sauts scénaristiques qui nous font passer, par moments, du coq a l’âne, ces scènes curieusement trop courtes alors qu’a coté, on s’attarde sur d’autres beaucoup moins intéressantes font qu’au final, Jude rate un peu le coche. Dommage car on n’était pas loin que celui-ci soit un excellent film.


Points Positifs :
- Une fort belle histoire d’amour, impossible, qui finira mal, et qui accroche tout de suite le spectateur. Alors bien sur, ce genre d’intrigues dramatiques sont vieilles comme le monde, mais bon, force est de constater que cela marche toujours.
- Justement, quand je dis que cela finis mal, la fin, terrible, n’en reste pas moins une pure réussite et le grand moment du film… accessoirement, ce qui le sauve et relève le niveau.
- Le duo Christopher Eccleston/Kate Winslet, tout simplement excellent.
- Si l’amour occupe une place importante dans ce film, n’oublions pas le coté social, très présent, avec ce fils de paysan qui ne peut accéder a de plus hautes sphères sociales de par ses origines.

Points Négatifs :
- Il y a beaucoup trop de longueurs vers le milieu du film, de scènes plutôt inutiles voir même agaçantes par moments : ainsi, a force de voir le héros se taper le train pour suivre sa belle, cela en devient ridicule.
- Le montage est par moments singuliers et je n’ai pas vraiment compris pourquoi certaines scènes, importantes, ne durent que quelques secondes tandis que d’autres, qui le sont beaucoup moins, durent des plombes…
- S’il y a un truc que je n’ai pas compris, c’est lorsque le héros rencontre sa cousine pour la première fois : elle bosse dans une boutique, il l’observe puis la suit jusqu’à une réunion, ensuite, stupeur totale, dans la scène suivante, elle vient le trouver en se présentant comme sa cousine !? Il n’y a pas un souci là-dedans ?

Ma note : 6,5/10

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...